Browsing Category

Lifestyle

Lifestyle

Elevage de rennes en Finlande : comment choisir avec éthique ?

C’est l’une des activités préférées des touristes là-bas : visiter un élevage de rennes en Finlande. Mais comment être sûr de choisir un élevage de rennes respectueux des animaux ? Et est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Je vous parle de mon expérience et vous livre les conseils d’une spécialiste pour bien choisir quel élevage de rennes visiter en Finlande.

Ma rencontre avec les rennes de Finlande

Le renne est l’animal emblématique de la Finlande, aussi étais-je très contente de pouvoir en rencontrer du côté de Ahtari dans le Nord de la Finlande, au Reindeer Park Valkenseï Loma. Il faut savoir qu’en Finlande, la majorité des rennes vivent en semi-liberté et font partie d’un élevage. Dès notre arrivée, le propriétaire des lieux nous donne un espèce de foin pour les nourrir en nous prévenant : attention, les rennes sont gourmands !

Ce que je peux confirmer, on s’est faits assaillir dès l’entrée dans l’enclos puisque lorsque la porte de leur petit bois (dans lequel ils gambadent en liberté) est ouverte. Les animaux ne sont pas farouches, mais ils recherchent la nourriture plus que le contact humain, je peux vous le garantir 😉

Nous marchons en raquettes jusqu’à un feu de bois pour se réchauffer avec un bon café, et le propriétaire des lieux nous propose de faire un tour de traîneau avec l’un de ses rennes. Je n’y suis pas allée car il ne fallait pas trop le fatiguer, il faut savoir que cela prend des années pour qu’un renne puisse conduire un traîneau et clairement, le but n’était pas de l’exploiter.

Pour ma part, j’ai beaucoup aimé cette activité, et c’était le cas de tout le groupe. Le moment était agréable, nous marchions dans le bois avec les rennes, ils pouvaient aller et venir comme ils le souhaitaient, et ils étaient vraiment plus mignons les uns que les autres. C’est donc une activité que je recommande si vous en avez la possibilité.

Ou voir des rennes en Finlande ? Quel élevage de rennes choisir ?

En vous parlant de cette activité, je tenais à m’interroger sur l’aspect éthique de ces visites. Pourquoi autant d’élevage de rennes ? Comment faire son choix ? Je ne voulais pas vous recommander n’importe quelle activité. J’ai donc demandé à Céline du blog Je Papote de répondre à quelques questions.

Coucou Céline, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je suis Céline, je vis en Laponie finlandaise une bonne partie de l’année depuis 2016. Avec mon compagnon, nous avons monté notre petite agence de voyage spécialisée dans l’observation des aurores boréales. A coté de cela, je tiens le blog voyage Je Papote sur lequel je partage mon quotidien en Laponie (et mes voyages aussi !)

Les élevages de rennes en Finlande sont-ils courants ? Pour quelle raison ?

Les rennes font partie intégrante de la Laponie. En Laponie finlandaise, on compte autant de rennes que d’habitants c’est dire ! L’élevage des rennes dans cette région remonte à de nombreuses années et ce sont les samis qui traditionnellement les élèvent. Il y a donc très peu de rennes sauvages, ils vivent en semi-liberté et appartiennent pratiquement tous à un éleveur. Contrairement à la Laponie norvégienne et suédoise, il n’est pas obligatoire d’être sami pour avoir un élevage en Laponie finlandaise.

Pour les touristes, le renne et la Laponie sont indissociables. Tout le monde veut donc en voir et les fermes de rennes permettent d’avoir facilement une interaction avec cet animal emblématique. L’offre touristique autour des rennes est assez importante et permet aux éleveurs d’avoir une source de revenus complémentaire. Car avoir un élevage de rennes, c’est beaucoup de travail. Les rennes sont en liberté et les éleveurs doivent suivre leurs troupeaux au quotidien (et parfois dans des conditions climatiques difficiles).

Selon ton expérience, à quoi fait-il faire attention quand on visite un élevage de rennes pour être sûr que celui-ci veille au bien-être de l’animal ?

Là où je vis, il n’y a très peu d’offres touristiques autour des rennes. Je ne connais donc pas toutes les pratiques.
Mais globalement, il me semble qu’il n’y a pas vraiment de dérive sur ce secteur (contrairement aux fermes de huskies où la maltraitance existe)

Pour moi il y a deux types d’expériences :
– la première dans les fermes de rennes classiques dans lesquelles ont vous propose de nourrir les rennes (voir de les caresser), faire un tour en traîneau et parfois de déjeuner tout en parlant de la culture sami.
– la seconde, c’est la rencontre avec un éleveur de renne qui va vous faire découvrir sa vie de tous les jours auprès de son troupeau. Pour cette dernière, c’est une expérience vraiment chouette car on est plongé en immersion complète dans la vie d’éleveur. On voit des rennes mais aussi le quotidien de l’éleveur. C’est pour moi l’expérience la plus authentique mais il y a peu d’éleveurs qui le font (étant donné leur charge de travail avec leur troupeau).

Il faut également savoir que le renne est un animal craintif donc il est difficile de l’approcher et de le caresser. Dans les fermes axé sur le tourisme, les rennes le sont moins et on peut les caresser. C’est parce qu’ils ont été élevé pour et deviennent au fil du temps moins craintif. Il faut 3 ans pour apprendre à un renne à tirer un traîneau, c’est beaucoup de travail et pas du tout quelque chose d’inné pour le renne.

Et côté rennes en liberté, ou faut-il aller pour voir des rennes en Laponie ?

Les rennes vivent en semi-liberté en Laponie alors on peut en croiser un peu n’importe où dans la nature. C’est un animal assez craintif (même s’il est habitué à l’homme) alors il vaut mieux ne pas faire trop de bruit dans la nature pour pouvoir les voir. Les rennes bougent en fonction de la période, ils ne sont jamais au même endroit.

On les trouvent aussi en bordure de route l’hiver (c’est le principal danger de la route d’ailleurs). Si vous ouvrez l’œil, vous en verrez certainement lors de vos déplacements. Depuis que je vis en Laponie, il m’arrive de croiser des troupeaux lorsque je me balade en motoneige. C’est assez impressionnant de les voir tous ensemble.

J’ai également la chance de compter parmi mes amis une famille same qui vit de l’élevage de rennes. J’ai donc pu vivre quelques chouettes expériences comme participer à une journée de travail à rassembler le troupeau en pleine toundra ou encore assister au comptage des rennes. J’apprends beaucoup de choses des samis qui ont une connaissance parfaite de leur environnement.

Quel élevage de rennes recommandes-tu en Laponie ?

Je connais peu l’offre car je suis dans un coin peu touristique mais j’ai entendu dire que l’élevage du Reindeer Lake Resort à 70km de Rovaniemi (qui fait aussi hébergement) était pas mal. Le fait de pouvoir loger sur place me semble assez intéressant. Si vous cherchez à visiter une ferme, le mieux est de demander là où vous logez, on vous donnera forcement une bonne adresse.

Alors, vous avez aussi envie de visiter un élevage de rennes ? Avez-vous déjà testé cette activité en Finlande ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Lifestyle

Ma randonnée avec les rapaces du Mont Beuvray

Vous le savez, je ne me lasse pas d’observer les rapaces. Ces oiseaux me fascinent, par leurs couleurs, leur air majestueux. A la fois proches et inacessibles. Ces dernières années, j’ai eu la chance de pouvoir les approcher, les observer, voire même de les toucher et c’est à chaque fois un émerveillement. Vous ne serez donc pas surpris de lire à quel point j’ai aimé ma promenade avec les rapaces de Bibracte.

Dans la forêt du Mont Beuvray

C’est avec l’association Faucon Brionnais que nous allons profiter d’une randonnée dans la forêt du Mont Beuvray avec l’une de leurs buses. Le principe est simple, nous allons marcher dans la forêt, et la buse va nous suivre tout au long, en vol libre. Hop, quelques minutes et voilà que la buse s’est envolée… Comme prévu, nous marchons à pas tranquille, il fait beau, c’est agréable. La buse nous suit, elle ferme souvent la marche. A chaque fois, cela se joue un peu à cache-cache, où est-elle ? Où va-t-elle se poser ?

C’est très agréable de la voir évoluer comme ça. Maud nous explique son fonctionnement, des anecdotes sur les rapaces, on ressent qu’elle aime son oiseau et son métier, c’est un choix, par passion. Au fur et à mesure, la vue se dégage et nous offre un panorama sur le Morvan. J’ai un gros coup de coeur pour le coin, j’entrevois tellement de possibilités de belles randonnées nature, j’adore ces reliefs, qui me font penser à l’Auvergne. Il y a un sentier de grande randonnée qui passe d’ailleurs par le Mont Beuvray, entre autres.

Nous terminons la promenade par un spectacle de vol libre de rapaces avec Julien, l’autre moitié de l’association Faucon Brionnais. Buses, faucons, hiboux sont de la partie… Ici encore, on voit que Julien et Maud sont professionnels et passionnés, ils connaissent leurs oiseaux.

Durant la session, j’ai même la chance de sympathiser avec un faucon crécerelle qui est issu d’un sauvetage et qui prend mon appareil photo pour un perchoir. Bon, clairement, je n’étais pas la mieux placée pour les photos (merci Voyage avec nous qui a pris les photos suivantes) mais du coup, je l’ai vu de très très près !

D’Autun à Bibracte : sur les traces de l’empire gallo-romain

Le Mont Beuvray, en plus d’être un très bel endroit où randonner dans l’Autunois, est le siège d’une ancienne capitale gauloise d’il y a 2000 ans, Bibracte. Ici vivaient et commerçaient des milliers de personnes ! Pas étonnant que parmi les activités à faire au Mont Beuvray, il y ait le musée Bibracte, où l’on découvre le résultat de nombreuses fouilles (toujours en cours) qui ont permis de mettre à jour certains vestiges. On peut même manger un repas gaulois à Bibracte, du contenu de l’assiette à ce qu’on utilise pour boire et manger.

Ce qui est fou, c’est que pendant longtemps, on ignorait que Bibracte était le premier emplacement du peuple d’Autun, avant que celui-ci ne descende plus bas. Autun, fondée par les romains sous le nom d’Augustodunum, pensée pour rendre hommage à la gloire romaine, avec un théâtre romain, un amphithéâtre tout à côté, un temple… Si l’amphithéâtre n’existe plus, on retrouve un théâtre bien conservé et des vestiges des remparts dans la ville, ainsi que pas mal de ruelles et monuments appréciés des touristes 😉

Avant mon week-end en Saône-et-Loire avec Airpur, je ne connaissais pas Autun, ni l’Autunois, ni le Mont Beuvray, mais j’ai clairement été charmée. J’ai aimé l’histoire atypique d’Autun et de Bibracte, j’ai eu envie de randonner au Mont Beuvray bien plus longtemps et de m’aventurer dans le Morvan… bientôt peut-être ?

N’hésitez-pas à me dire ce que vous inspire le coin en commentaire. Et si vous cherchez une activité au Mont Beuvray, je vous recommande l’association Faucon Brionnais et la promenade Echappée Morvan d’Ailes avec leurs rapaces, ils sont vraiment respectueux et chouettes (sans jeu de mots^^). Retrouvez d’autres activités à faire au Mont Beuvray et dans la région sur le site Le Grand Autunois Morvan et Destination Saône-et-Loire.

Rendez-vous sur Hellocoton !