Browsing Category

Envie de…

Envie de..., Randonnées ?, Suisse, Voyager en Europe

La Suisse à pied : sur les crêtes, la liberté

Fière, accomplie, avec un sentiment de satisfaction si intense que j’en ai eu les larmes aux yeux. C’est ce que j’ai ressenti en atteignant le point culminant de la randonnée que je vais vous conter. L’histoire d’un rêve réalisé, celui de faire une randonnée jusqu’aux crêtes d’une montagne.

La suisse à pied

Revenir à Thyon 2000 dans le Val d’Hérens en Suisse, c’était déjà quelque chose. J’avais connu les lieux sous la neige en janvier, lors d’un séjour hivernal qui m’avait tour à tour désœuvrée, surprise, enthousiasmée, éclatée, épuisée… Revenir seule dans cette station avec son feuillage d’été, ça avait quelque chose d’un peu nostalgique. Alors même qu’il ne s’était pas passée tellement de temps depuis mon dernier séjour ! Je me suis remémorée les beaux moments, les rencontres, j’ai eu l’impression de revenir sur mes pas, là où je m’étais promis de revenir en automne pour le festival de la raclette « Racl’agettes », et voilà, j’y étais ! C’était parti pour plusieurs heures de randonnée vers les Gouilles d’Essertze, mon point d’arrivée, et ses crêtes vers le Mont Rouge.

Pour aller jusqu’aux Gouilles d’Essertze, il faut juste suivre le chemin qui remonte depuis le bas de la station Thyon 2000 vers le télésiège de la Trabenta et continuer toujours. Attention à ne pas prendre le chemin qui bifurque à un moment vers la droite pour aller jusqu’au télésiège. Après un petit détour inutile, je suis sur le bon itinéraire… en tout cas, il me semble. Le terrain est plutôt accessible, bien que parfois plus sauvage. Mais plusieurs fois, je doute. Et si je me trompais de chemin ? Patricia m’a dit que la randonnée était facile, et le dénivelé est supposé être inférieur à 400 mètres, mais plus le temps passe, plus j’hésite.

Le paysage est sublime, mais pour la première fois lors d’une randonnée, je songe à faire demi-tour. Est-ce la solitude ? La fatigue ? La difficulté de randonner de nouveau après tant de temps sans en faire ? Je l’ignore encore, il faudrait que je retente l’expérience pour le déterminer, mais ce qui est certain, c’est que j’ai failli abandonner plus d’une fois… mais non. Non, je ne voulais pas laisser tomber, parce que je voulais atteindre mon objectif. Ces crêtes, c’était mon rêve, et je n’allais pas laisser tomber aussi facilement. Alors, j’ai continué, encore et encore, jusqu’à atteindre le Saint-Graal.

Arrivée au panneau, la randonnée n’était pas terminée. Il fallait encore monter, un peu plus, pour atteindre les crêtes. La fatigue est là, j’ai de moins en moins le temps de m’attarder, mais ce n’était sûrement pas le moment de me laisser décourager. Alors, j’ai grimpé. Jusqu’à atteindre les crêtes et une vue magnifique sur les Gouilles d’Essertze, de petits lacs dont je n’ai pas eu le temps de faire le tour. Mais ce sentiment que j’ai eu là-haut, c’était juste merveilleux. Un vrai sentiment d’accomplissement, la fierté et l’apaisement.

 

Là-haut, comme le plus beau des symboles, deux rapaces s’élancent dans le ciel, se cherchant et se trouvant. Et moi, je sais que tout ça n’a pas été vain. Au loin, le Mont Rouge me nargue, mais le bus qui ne m’attendra pas en bas, et mes propres compétences m’empêchent de l’atteindre. Ce n’est que partie remise, n’est-ce-pas ?

Le Val d’Hérens, une destination #TeamSansVoiture

Voyager sans voiture est en Suisse est un jeu d’enfant, mais c’est aussi un sacré périple ! Pour faire cette randonnée, je suis partie en bus postal depuis la ville de Sion, jusqu’à Thyon 2000. Sion, que j’avais rejoint le matin-même depuis Vex également en bus et le Chalet Le Rucher de Patricia.

Pour venir en Suisse en train depuis Paris, vous devrez emprunter le TGV Lyria. Toute l’année, celui-ci relie Paris à Lausanne ou Genève pour aller jusqu’à Sion ensuite. En hiver, pour accéder à Thyon 2000, il y a des lignes directes Paris – Sion qui permettent ainsi de venir passer un week-end ski en train en Suisse depuis Paris très facilement. Si vous prenez le TGV Lyria et que vous en avez la possibilité, je vous recommande la première classe Lyria : journaux, confort, et le midi, ils servent un plateau repas inclus dans le prix du billet aux petits oignons 🙂

Pour vous loger dans le Val d’Hérens, je vous recommande un appartement à louer à Thyon 2000 si vous prévoyez de faire plusieurs activités dans la station ou le chalet Le Rucher à Vex pour pouvoir vous déplacer facilement dans tout le Val d’Hérens. Ces deux hébergements dans le Valais sont #TeamSansVoiture, on peut y accéder en bus depuis Sion facilement.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Citytrips ?, Destinations, Envie de..., Voyager en France, Voyager sans voiture

Visiter Nantes en 1 jour : beaucoup trop court

C’est l’histoire d’une blogueuse voyage qui avait bien planifié son voyage à Nantes. Arrivée prévue le samedi à 13h, retour le lendemain à 16h, ce qui lui faisait 24 heures environ pour visiter Nantes à pied. Court, mais probablement suffisant pour réaliser son programme initial : visite du centre-ville de Nantes, la Tour Bretagne, le Château des Ducs de Bretagne, running sur les bords de l’Erdre, découverte du Jardin Japonais de l’île de Versailles, Trentemoult, l’île aux Machines, et au passage une pause goûter par-ci, une pause restau’ par là… Et là, pour quiconque connaissant Nantes et lisant ces lignes, vous êtes probablement en train de bien rire et vous avez raison. Le programme était ambitieux, le résultat un peu frustrant, mais cela ne va pas m’empêcher de vous livrer quelques bonnes adresses et conseils pour visiter Nantes en un week-end 🙂

Visiter à Nantes à pied avec le pass 24 heures ? Mes coups de cœur.

Si vous découvrez Nantes pour la première fois, vous devez savoir que ce n’est pas une ville « si petite » que ça. On peut en avoir facilement un aperçu, les distances ne sont pas si éloignées, mais quand il s’agit de la visiter Nantes en entier, une petite journée ne suffit pas. Un week-end, peut-être, si on arrive le vendredi soir et qu’on évite de trop traîner au lit ou au restaurant.

 Un jour pour visiter Nantes, ce n’est pas assez. Pourtant, le vrai plaisir de Nantes, c’est qu’elle ne cache pas ses atours. A peine on fait quelques pas dans le centre-ville qu’on perçoit son essence, vivante et détonante.

Si vous êtes à Nantes pour un week-end, je vous conseille d’opter pour le pass Nantes 24 heures : en plus des transports gratuits, il donne lieu à de nombreux avantages gratuits et son prix (25 euros pour 24 heures, 35 euros pour 48 heures) est très vite compensé en faisant 3 à 4 visites. Attention cependant, il n’y a pas des visites guidées tous les jours et il faut souvent les réserver, donc renseignez-vous en amont.

J’ai utilisé ce pass pour faire plusieurs visites et voici celles que j’ai le plus aimé…

Le Château des ducs de Bretagne

Rien qu’à lui seul, le Château des ducs de Bretagne résume le prestige de la ville. Vous imaginez, vous, un château en pleine ville ? Tour à tour forteresse, demeure des rois de France, caserne, prison, le Château est classé Monument historique et à usage touristique depuis 1924. On peut visiter gratuitement ses remparts et profiter de ses douves, mais aussi découvrir gratuitement avec le pass le Musée d’Histoire de Nantes ou l’exposition du moment. Pour ma part, j’ai visité l’exposition, mais sans guide, j’avoue que je n’ai pas retenu grand chose 🙁

En tout cas, c’est un de mes endroits préférés à Nantes, je pense que je pourrais y rester facilement des heures à profiter de ses douves, du soleil, des canards qui passent, des tortues etc… Mon seul regret, c’est sa cour intérieure qui ne rend pas justice au lieu. Par contre, bon à savoir, on peut y laisser son vélo 🙂

La Tour Bretagne

C’est une tour abritant des bureaux qui a longtemps été décriée par les nantais et qui n’est pas forcément esthétique… mais elle n’en reste pas moins à mes yeux un emblème de la ville. Surtout, elle permet d’avoir une vue panoramique depuis sa terrasse, gratuite avec le pass Nantes, et ça c’est vraiment chouette pour voir à quel point Nantes est une ville verte, avec plein d’espaces naturels tout autour, à portée de la ville.

Les Machines de l’île

Nantes, c’est incontestablement l’éléphant de Nantes, ses machines, et tout un imaginaire inspiré par Jules Verne, né à Nantes et lui-même inspiré par la ville.  Avec le Pass Nantes, vous pouvez soit visiter la Galerie des Machines de l’île (avec au passage la branche expérimentale de l’arbre des Hérons) ; soit faire un tour de Carrousel des Mondes Marins. J’ai opté pour le Carrousel car je n’avais pas forcément le temps de m’attarder… et c’était plutôt chouette 🙂

Le carrousel est un manège sur 3 niveaux, avec chaque niveau représentant la mer et ses créatures : les fonds marins, les abysses, et enfin la surface. C’est un lieu véritablement enchanteur, pas évident pour les photos, mais parfait pour s’émerveiller, avec les animations, la musique et les drôles de créatures qui le peuplent… Le seul bémol, c’est le prix, plus de 8 euros le tour, forcément, ce n’est pas la sortie « économique » du dimanche par excellence, mais ça vaut le coup de le faire une fois en tout cas 🙂

 

Bien sûr, comme d’habitude, j’ai été fascinée par l’éléphant de Nantes, dans lequel on peut d’ailleurs monter si vous êtes curieux du voyage, je vous conseille de réserver sur internet si vous le pouvez.

Le jardin des Plantes

L’entrée du Jardin des Plantes de Nantes est gratuite, mais avec le pass Nantes, on peut récupérer un sachet de graines à l’accueil (ce que je n’ai pas fait car je n’avais pas vu l’avantage 🙁 ). C’est un endroit parfaitement situé, en face de la gare, j’ai vraiment adoré. Très nature, on y croise canards, oiseaux, bancs géants, serres de plantes tropicales et autres curiosités… Clairement, je vous recommande d’y passer, même juste pour patienter après votre train 😉 C’est l’un des lieux que je tiens à vraiment visiter à Nantes lors de ma prochaine venue.

Visiter Nantes à pied : le pied !

Bien sûr, les rues de Nantes sont aussi parfaites pour s’émerveiller. Les places, comme la place Royale ou la place du Bouffay, le fameux passage Pommeraye, passage sur trois niveaux avec de nombreux commerces, la rue du Château et ses vitrines fantasques… Nantes a une énergie unique, une de celles qui donnent envie de s’attarder. Cause de ma frustration car je n’ai pas pu me perdre dans ses rues quelques heures comme j’aime le faire lorsque je visite une ville.

Bon à savoir pour visiter Nantes à pied : la location d’un audioguide est gratuite avec le pass Nantes 24 heures. Pour ma part, j’attends quand même avec impatience une application qui permette de moderniser le concept 🙂

Mes bonnes adresses à Nantes

Parce qu’un article façon cityguide à Nantes sans de bonnes adresses ne serait pas complet !

Où dormir à Nantes ? L’hôtel Ibis Nantes Tour de Bretagne

Le groupe Accor m’avait invité pour ce week-end à découvrir l’hôtel Ibis Nantes Centre Tour de Bretagne et le séjour s’est très bien passé. Les hôtels Ibis, je commence à connaître, et ce que j’aime, c’est qu’on y retrouve souvent les mêmes standards de qualité : un hall d’accueil coloré et décoré, le petit-déjeuner avec Ibis Kitchen complet en sucré et en salé, des chambres sobres mais confortables, avec le nécessaire, une bagagerie, un point internet. On sait exactement ce qu’on va trouver – normalement – en réservant un hôtel Ibis, un hôtel confort avec sa pointe d’originalité… et c’est exactement le cas de l’Ibis Tour de Bretagne.

Deux mentions spéciales qui complètent mon avis sur l’Ibis Nantes Centre Tour Bretagne : son emplacement parfait avec une jolie vue sur la Tour Bretagne, à 3 minutes de là et juste à côté du tram et le prêt gratuit de vélos ! L’hôtel met en effet à disposition deux vélos avec anti-vol pour sa clientèle, ce qui a été pratique le dimanche car j’avais pas mal à faire. Vous l’aurez compris, l’expérience a été plus que bonne ! Enfin, je pense que vous vous en doutez car sinon je n’aurais pas tant à dire 😉

Où manger à Nantes ?

Pour prendre un goûter : le bar à chats La Maison d’élise

Une adresse que j’avais découvert grâce à Lauren : le bar à chats La Maison d’Elise, avec que des chats de la race maine coon ! L’endroit est également un salon de thé, les pâtisseries y sont bonnes et bien sûr les chats incroyablement beaux <3

J’y suis allée vers 14h à mon arrivée à Nantes, car apparemment il y a beaucoup plus de monde le samedi après-midi, et le meilleur est encore d’y venir le matin.

La Maison d’élise – 6 rue Jean de la Fontaine – Nantes

Le nid : un bar insolite à Nantes

Le Nid à Nantes, je vous en avais déjà parlé, et j’y suis encore retournée avec le Pass Nantes. Il s’agit d’un bar en haut de la Tour Bretagne, sur le thème de la cigogne, avec des poufs en forme d’omelette et une cigogne géante. Parfois un peu dissuasif avec la file à l’entrée, mais très sympa à voir !

La crêperie Bouffay, pour manger le midi à Nantes

Une crêperie sympathique découverte grâce aux Globe Blogueurs, avec qui j’ai mangé à midi à Nantes. Juste à côté de la place Bouffay, la décoration y est jolie et les crêpes bonnes ! Goûtez celle au Curé Nantais et la « Friandise » en dessert, excellentes ! J’y ai aussi découvert une tradition nantaise insolite qui consiste à laisser des petites pièces sur les murs des restaurants !

Crêperie Bouffay – 15 rue des petites écuries

Pour manger le soir à Nantes : le restaurant By Sainbioz

Un très très bon restaurant à Nantes, juste à côté de l’hôtel Ibis Tour de Bretagne en plus ! Je m’y suis régalée et j’y ai mangé sûrement le meilleur burger de Nantes, des bouchées au curé nantais excellentes, un café gourmand vraiment gourmand avec une pavlova d’enfer… Je vous recommande de réserver, c’est vite complet, en tout cas, c’est sûrement mon meilleur moment gourmand de tout mon week-end à Nantes !

By Sainbioz – 34 rue Léon Jamin

Vous l’aurez compris, Nantes est une ville que j’ai beaucoup aimé ! C’est une ville vivante, pleine de nature, une ville dans laquelle je compte retourner à l’occasion de l’événement artistique « Le voyage à Nantes », avec plein d’œuvres dans la ville en été.

BON PLAN pour aller à Nantes : Nantes est une ville #TeamSansVoiture, mais c’est aussi une ville desservie par Ouigo, la ligne low-cost de la SNCF, ce qui vous permet par exemple d’aller de Lille à Nantes pour moins de 50 euros aller-retour 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !