Browsing Category

Citytrips en France et Europe

Bonnes adresses hôtel / resto, Citytrips en France et Europe, J'ai envie de...

Week-end à Boulogne-sur-Mer : du port à la vieille ville

Après vous avoir parlé de ma ballade à vélo dans le Boulonnais, j’ai eu envie de vous parler de Boulogne-sur-Mer dans le cadre du RDV mensuel « En France Aussi » sur le thème de « Gourmandises » organisé par Le Coin des Voyageurs et Pierre du blog Mon Grand Est… tout simplement, parce qu’en plus de m’en prendre plein la vue, je me suis ré-ga-lée ! Premier port de pêche de France, Boulogne-sur-Mer est idéale pour un week-end gourmand dans le Pas-de-Calais et vous allez vite comprendre pourquoi.

Que faire lors d’un week-end à Boulogne-sur-Mer ?

Boulogne, c’est Nausicaa, mais pas que…

Parlons d’abord de la ville de Boulogne-sur-Mer en elle-même. Je vais être honnête avec vous, jusqu’à présent, cette ville se résumait pour moi à Nausicaa, la rade et la plage. Nausicaa, c’est le Centre National de la Mer, un endroit que j’ai fréquenté à plusieurs reprises étant enfant. Le spectacle de phoques, celui des requins dans leur aquarium, l’aquarium aux raies…

J’y suis passée lors de ce week-end à Boulogne, un peu au pas de course, et j’y ai retrouvé cette fascination pour un monde marin inconnu. Mais je me suis aussi régalée du port de Boulogne, de ses vieux bateaux, des mouettes et goélands, jusqu’à la plage. De cette petite promenade agréable à faire à Boulogne sur Mer qu’il pleuve, vente ou fasse du soleil.

La vieille ville de Boulogne-sur-Mer et ses remparts

Si on attribue souvent peu de charme à la ville de Boulogne-sur-Mer, c’est qu’elle a été détruite à 85% durant la seconde guerre mondiale. C’est une ville qui a été très active dans la résistance à l’occupation, mais c’est aussi celle qui a subi le plus de bombardements aériens. Forcément, la ville en a souffert, aussi bien d’un point de vue touristique qu’économique. Pourtant, beau paradoxe, la vieille ville de Boulogne-sur-Mer est aussi le site fortifié du 13ème siècle le mieux conservé du nord de la France. Il faut bien grimper pour accéder à la vieille ville, mais cela vaut l’effort car là-haut, on accède au « beau Boulogne ».

La promenade des remparts est agréable et fréquentée des coureurs ou des familles. On se sent coupé de la ville, mais pas loin, c’est une belle balade à faire lorsqu’il fait beau et que la vue est dégagée, mais c’est aussi un lieu fréquenté des locaux.

La ville fortifiée a aussi beaucoup de charme, la basilique est impressionnante. De vieilles façades, des boutiques anciennes, tout de suite, ça a plus de cachet et pour moi, il faut vraiment visiter la vieille ville lors d’un week-end à Boulogne-sur-Mer pour se rendre compte de sa beauté.

D’ailleurs, chaque été, sur la Place Godefroy de Bouillon, on peut admirer un jardin thématique avec plein de détails et même parfois des jeux à faire. En 2017, c’était la thématique Cinéma, et j’ai adoré retrouvé les références à différents univers… D’ailleurs, petit jeu, reconnaissez-vous les références présentes ci-dessous ?

Où manger à Boulogne-sur-Mer ?

Parce que c’est bien le sujet ici ! En allant à Boulogne-sur-Mer, je ne pensais pas franchement si bien manger. De plus en plus, j’aime en effet manger dans des bons restaurants de bord de mer. Me faire plaisir avec un plateau de fruits de mer, des huîtres. Rien de fou en termes de prix, grand maximum 50 euros, mais quand même. A Boulogne, je m’imaginais ne pas faire de folies, car c’est vrai, je n’avais pas une image brillante de la ville. Comme quoi, même en étant du coin, on peut garder certains clichés de certaines villes… Pour ce week-end, Marion du Pas-de-Calais avait prévu deux restaurants que je ne connaissais pas… et quelle découverte !

La Fleur de Sel – face au port de Boulogne

Au premier, le restaurant Fleur de Sel non loin de la mer, nous avons beaucoup aimé la convivialité, l’ambiance intimiste. J’ai pris une assiette de la mer qui était délicieuse, bien fournie et variée. En dessert, j’avais vu une sphère glacée, mais celle-ci n’était plus faite, j’ai donc opté pour un dessert aux fraises.

Clairement, on se régale au restaurant Fleur de Sel ! Je suis restée assez « simple » dans ce que j’ai pris, mais ils font aussi de nombreux plats très très alléchants comme vous pourrez le voir sur leur page Facebook.

Chez Jules, un restaurant dans la vieille ville de Boulogne

Lorsque nous sommes rentrées au restaurant Chez Jules, pas loin de la vieille ville, nous nous sommes senties un peu « à côté de la plaque », car le décor était très… classieux. Tables bien montés, couverts bien ordonnés, ici, on est dans de la brasserie gastronomique et ça se voit. Mais alors, qu’est-ce qu’on y mange bien !

Dès les premiers plats arrivés, nous n’avions d’yeux que pour nos plats… et notamment pour la plus grande brochette du monde (ou presque) avec la pêche du jour. Regardez-moi la bête ! De mon côté, je me suis aussi régalée, et le merveilleux à la fraise était excellent. Franchement, j’y retournerai lorsque je reviendrai sur Boulogne-sur-Mer, pour prendre une pêche du jour.

Côté prix, le budget est situé dans une fourchette de 25 – 35 euros, et le plaisir ressenti est dans une fourchette de 1000 – 10000% excellent 🙂 Je vous recommande vraiment ces deux adresses de restaurants à Boulogne-sur-Mer pour bien manger ! Enfin, côté hôtel, nous avions dormi à l’hôtel Opal’Inn de Boulogne-sur-Mer, qui fait face à la mer avec une situation idéale.

Vous l’aurez compris, lors de ce week-end à Boulogne-sur-Mer, j’ai un peu redécouvert la ville. Lorsqu’on habite dans le Nord, Boulogne, Dunkerque, Calais, on connait. Ou alors on croit connaître ? Avant, quand on me disait Boulogne, je pensais « ouais pourquoi pas vite fait », maintenant je pense « j’ai hâte d’y retourner, et je vais encore me régaler » 🙂 A ce titre, je remercie spécialement Marion du Pas-de-Calais qui m’a organisée ce week-end. Ce partenariat m’a certes permis de découvrir de belles adresses à Boulogne-sur-Mer, mais surtout il m’a permis d’être là pour vous dire : Boulogne-sur-Mer, allez-y ! Et pas parce que j’aurais été rémunérée (ce qui n’est pas le cas) ou parce que j’aurais dormi et mangé dans des adresses hors de prix (ce qui n’est pas non plus le cas), mais parce que la ville a été une telle bonne redécouverte que j’espère vous voir la découvrir aussi 😉

Et si vous passez un week-end à Boulogne-sur-Mer, pensez à faire du vélo dans le Boulonnais !

(cliquez sur la photo ci-dessous pour découvrir mon article sur ma journée à vélo autour de Boulogne)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Citytrips en France et Europe, J'ai envie de...

Une balade street-art à Paris dans le 13ème

Paris, ville de passage, de soirée, de moments éphémères. Paris fait partie de ces villes que je côtoie depuis bien longtemps, mais que je découvre à peine. J’avais en effet l’habitude d’y passer, mais rarement de l’explorer. Pas le temps. Pas envie. Pas le courage. Dernièrement, j’ai donc eu envie de consacrer une après-midi à découvrir le Paris Street-art et plusieurs spots de la capitale. Pour ce nouveau RDV En France Aussi sur le thème de la « France Underground » organisé par Tu Paris Combien et Le Coin des Voyageurs, j’ai donc décidé de vous emmener découvrir quelques endroits où voir du street-art à Paris.

Où voir du street-art dans le 13ème arrondissement ?

Si vous voulez voir du street-art à Paris en quelques heures, le dilemme qui se posera à vous est sûrement celui du choix. Il y a en effet de nombreux spots dans la capitale, mais il est impossible de tout faire en quelques heures… pas même en une journée ! Pour ma part, je souhaitais vraiment pouvoir voir plusieurs lieux différents sans trop avoir à bouger, j’ai donc choisi de me rendre dans le 13ème arrondissement qui concentre à lui seul plusieurs spots à voir à Paris. C’est surtout un arrondissement aux multiples visages avec une bonne dynamique.

Le village dans la ville : la Butte aux Cailles

Pour commencer, j’ai choisi de découvrir la Butte aux Cailles, un quartier aux airs de village que je ne connaissais pas. En effet, ce quartier a beau ne pas être très loin du métro et des grandes artères, les ruelles y sont nombreuses et tranquilles en pleine journée. J’y retrouve notamment les pochoirs de Jef Aerosol et surtout ceux de Miss.Tic. J’aime beaucoup Miss.Tic, je trouve ses œuvres pleine de poésie, de vérité et d’authenticité.


Je me ballade un peu au hasard, et j’avoue qu’il me manque un plan de pré-repérage, j’ai loupé beaucoup de choses, mais c’est aussi le jeu de la chasse au street-art. Je vous recommande néanmoins cet article et la carte ci-dessous par Trompe L’œil si vous avez envie de ne rien rater du street-art à la Butte aux Cailles.

Street art 13 : street-art et fresques murales « sur le pouce »

Direction le boulevard Vincent Auriol et les fresques murales géantes du collectif Street Art 13. Ces fresques, vous les connaissez sûrement car on les voit depuis le métro en passant. Cette fois-ci, je décide de m’arrêter et d’admirer un peu plus celles que je trouve dans le quartier.

Ce que j’ai aimé ici, c’est le fait d’apporter de l’art sur les murs des HLM. C’est quelque chose que l’on voit beaucoup, et cela permet de donner un autre regard à ces quartiers dans lesquels beaucoup d’entre nous n’ont pas forcément l’habitude de se balader par plaisir. Ici aussi, si vous ne voulez rien manquer, il est préférable de vous repérer au préalable avec cette carte des fresques de Street art 13. Pour ma part, j’ai un gros coup de cœur sur la fresque de « Faile », au niveau patte graphique et intensité, j’adore, même si j’ai eu du mal à prendre une photo potable côté angle de vue^^

Dernier arrêt aux Frigos, un goût de « trop peu »

Je finis cette visite street art dans le 13ème par Les Frigos. Il faut marcher un peu pour découvrir ce lieu, mais il en vaut le coup ! Il s’agit en effet d’anciennes usines frigorifiques qui sont devenues un lieu de création. Les artistes y sont nombreux à avoir leur atelier et j’ai franchement été fascinée par ce bâtiment aux airs de château.

On peut y voir de jolies fresques en extérieur, mais pour le visiter en intérieur, il faut attendre les journées Portées Ouvertes lors du week-end du 27 au 28 mai 2018 ou solliciter un rendez-vous particulier avec un artiste. Personnellement, je reste sur un goût de « trop peu ». Déjà, parce que je ne suis pas fière de mes photos qui n’ont pas forcément su saisir pleinement l’essence du lieu, la faute au « j’ai plus beaucoup le temps », un peu de fatigue et peut-être un peu de lassitude après toutes ces promenades. Ensuite, parce que clairement, ce bâtiment appelle à la visite et j’espère pouvoir un jour le découvrir ! Je voulais aussi passer à la galerie Itinérance qui est derrière les fresques murales du 13ème mais aussi très au fait de tout ce qui se passe en street-art à Paris, mais je n’ai pas eu le temps.

 Pour gagner un bon d’une valeur de 160 euros, commentez cet article et RDV sur la page Facebook En France Aussi

Et vous, quels sont vos lieux préférés pour voir du street-art à Paris ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Citytrips en France et Europe, J'ai envie de...

Visiter le marché de noël de Luxembourg : féerique !

Quand l’imprévu prend le dessus ! Tout le monde a sûrement déjà entendu parler du Luxembourg, mais est-ce que vous avez ne serait-ce qu’une idée de ce à quoi ressemble le Luxembourg ? Moi, non… jusqu’à ce week-end ! Charmée par le marché de noël de Luxembourg-Ville nommé « Winter Lights », j’ai eu envie de vous en parler…

A cause de la neige, nous avons décidé d’annuler notre visite du marché de noël de Colmar, et d’opter pour celui de Luxembourg sur notre chemin vers Lille. Nous avions donc deux grosses heures à passer sur place, avant de reprendre la voiture… et dès notre arrivée, j’ai été séduite par le contraste entre la Basse-Ville et la Haute-Ville, ainsi que la vue sur l’Ancien Château des Comtes du Luxembourg.

Direction le centre-ville, pour se garer à Luxembourg, il y a pas mal de parkings et nous avons opté pour le parking Saint-Esprit, à 3 euros pour environ 2h30 de stationnement. De là, nous nous sommes dirigés direction le marché de la Place de la Constitution, sa grande roue et ses manèges pour enfants. Lumineux, féerique, authentique… plusieurs qualificatifs me viennent à l’esprit dans cet atmosphère de fête foraine de Noël. Au niveau des stands, il y a un peu de tout, les prix restent raisonnables, même si cela monte vite quand on est dans de la création artisanale.

 

Nous nous dirigeons ensuite vers le Marché de Noël Place d’Armes, avec un peu plus de choix et surtout la grande scène sur laquelle un chanteur se produit et des tables avec des réchauds pour manger. Ce qu’on aime ici, c’est qu’on se rend compte que c’est une place de vie pour les locaux. Après avoir acheté de quoi manger, on se pose à l’une de ces tables et on peut voir beaucoup de luxembourgeois discuter, se divertir… Je me laisse porter par les bruits ambiants et j’en oublie le temps.

Au retour, nous faisons un petit détour par la patinoire de place Guillaume II qui est sacrément grande et change des petites patinoires de marchés habituelles. Les stands sont un peu moins intéressants car il n’y a que de la nourriture, mais cela reste beau à voir.

Les autres marchés de noël à voir au Luxembourg

En deux heures sur place, nous n’avons pas pu tout voir, voici ce que nous avons manqué :

– Le Marché de Puits-Rouge ou Marché de la Solidarité avec des stands uniquement associatifs (offerts par la ville), qui se trouve aussi dans le centre-ville
– Le Marché de noël Place de Paris près de la gare
– Le Marché Grund avec des produits gourmands locaux

Si vous voulez manger au marché de Noël de Luxembourg-Ville, vous trouverez largement de quoi faire parmi les différents marchés. On a notamment goûté au Kurtos place de la Constitution et on a adoré.

Ce que j’ai aimé avec ce marché, c’est son côté local. Après avoir visité d’autres marchés bien plus grands, je trouve que le marché de Noël de Luxembourg-Ville a un côté très typique : il est touristique mais pas trop, on trouve partout des endroits pour s’abriter (essentiel quand il fait mauvais temps) entre deux visites de stands, et il y a un côté vivant et joyeux niveau ambiance. Je ne ferais pas le détour exprès tous les ans pour y aller, mais j’aimerais beaucoup y revenir. J’aime l’idée d’avoir plusieurs marchés dans la ville, et beaucoup d’endroits pour se poser.

Visiter le marché de Noël de Luxembourg-Ville en une journée me semble tout à fait faisable, il n’y a que le marché de la Place de Paris qui est éloigné du centre-ville, 20 minutes à pied ou quelques arrêts en bus. Cependant, si vous le pouvez, je vous conseillerais plutôt de visiter Luxembourg-Ville en deux jours, pour pouvoir profiter du marché de Noël et pour visiter les différents coins de la ville qui ont l’air charmants.

Alors, avez-vous déjà pensé à visiter le Marché de Noël de Luxembourg ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
Auvergne, Citytrips en France et Europe, J'ai envie de..., Plutôt France ou Europe ?, Voyage en France

A la Fête du Roi de l’Oiseau, j’ai remonté le temps…

Vivre les fêtes Renaissance du Roi de l’Oiseau au Puy-en-Velay en Auvergne, c’est une envie que j’avais depuis des années. Imaginez, presque toute une semaine durant laquelle vous pourrez croiser des milliers de gens costumés dans la ville, assister à des spectacles, participer aux animations médiévales aux abords des camps…

Ce grand spectacle, c’est mon père qui m’en avait parlé comme d’une fête à faire absolument au Puy, là où il habitait. Et puis, il est décédé, et j’ai gardé cette idée dans un coin de ma tête. Je m’étais promis de revenir un jour au Puy, et j’ai toujours pensé que ça serait à cette occasion. Ce n’est que 12 ans après que j’ai tenu cette promesse, pour vivre un week-end dont je garderai un souvenir fou au Roi de l’Oiseau.

Les fêtes du Roi de l’Oiseau : une fête médiévale à voir en Auvergne

Le roi de l’oiseau, c’est un concours d’archerie qui date de la fin du Moyen-Âge, au XVIème siècle. A cette époque, on tirait « l’oiseau », qui est en fait un perroquet en plumes et en paille, afin de couronner le roi de l’Oiseau, alias le meilleur archer de la ville.

Aujourd’hui, et depuis 32 ans, les fêtes du Roi de l’Oiseau sont un événement-phare de la ville. Durant presque une semaine, la ville se transforme avec des campements, des spectacles, des défilés, des marchés, des saltimbanques. C’est plus qu’une simple manifestation, c’est un vrai moment fédérateur qui est d’ailleurs placé chaque année sous une thématique. Pour les fêtes du Roi de l’Oiseau 2017, c’était le chemin de Saint Jacques de Compostelle, ce qui tombe bien pour un voyage #TeamSansVoiture ! Le Puy-en-Velay était en effet le lieu de pèlerinage le plus connu au Moyen-âge, ce qui a fait sa prospérité… et qui continue encore de faire venir aujourd’hui.

Aller au Roi de l’Oiseau… et ne plus vouloir repartir

A posteriori, je pense que je n’aurais pas pu choisir un meilleur moment pour voyager seule au Puy-en-Velay. Car les fêtes du Roi de l’Oiseau, c’est quelque chose dont on ne ressort pas indemne. Un événement qui nous laisse une trace dans le cœur.

Pour moi, les fêtes du Roi de l’Oiseau ont commencé le vendredi soir. En sortant de mon hôtel, costumée, je décide de goûter l’Hypocras, boisson alcoolisée emblématique de la fête. Une femme m’aborde en me disant « viens goûter l’Hypocras sur mon camp, c’est le meilleur et je te paye un verre ». Cette femme, c’est Maryse, et sans cette invitation, je n’aurais probablement pas vécu les fêtes de la même manière.

Je l’ai suivie jusqu’au camp de l’Estrapade, dans lequel elle m’a fait entrer. Car oui, c’est un privilège de découvrir un camp de l’intérieur : il faut être costumé(e) et invité(e). Je passe une bonne partie de la soirée sur place, à discuter avec les gens, on me propose même de dormir dans l’une des tentes (mais je préfère décliner ayant un week-end chargé même si j’aurais adoré).

Nous continuerons ensuite direction le bal Renaissance, ou j’ai pu m’initier aux danses de l’époque en compagnie d’inconnu(e)s. L’ambiance est festive, les gens ne sont pas fermés, chacun se prend au jeu et je passe une soirée folle, enivrée certes par l’Hypocras, mais surtout par ces instants de pure bienveillance.

Le lendemain, je découvre le Roi de l’Oiseau dans sa face diurne. Après un petit coucou au camp de l’Estrapade, je me dirige vers le marché artisanal du Jardin Vernay. Il y a là une multitude de stands et surtout des produits de qualité. Les gens eux-mêmes sont costumés avec soin, même les petits ont leur costume parfaitement arrangé.

C’est ça, le Roi de l’Oiseau, ce n’est pas une fête où vous pourrez croiser des marchands de barbe-à-papa et des gens déguisés en Batman ou autres personnages qui n’ont rien à voir. On tient à préserver l’authenticité des festivités et toutes les générations sont présentes. Durant toute la journée, je visite différents camps, je m’arrête devant des animations, des spectacles et concerts, défilés. Le soir, on fait la fête, on sort dans les rues, toujours dans une bonne ambiance même s’il y a des excès bien sûr.

Dernier jour des fêtes, dimanche matin, c’est calme, et la ville ne s’animera que dans l’après-midi pour le défilé de clôture. Je le raterai, mais je n’ai pas manqué de saluer au passage une dernière fois Maryse. De passer par ces raccourcis que j’ai appris à connaître presque comme si j’étais dans cette ville depuis des années. Et puis, j’ai rendu mon costume, et puis je suis repartie de la ville… mais mon esprit y est encore à l’heure où j’écris ces mots et j’espère pouvoir revenir l’année prochaine pour vous faire revivre cet événement.

Venir pour les fêtes du Roi de l’Oiseau 

Où louer son costume au Roi de l’Oiseau ?

Comme je vous l’ai dit, j’étais costumée lors de la fête, mais j’ai parfois aussi évolué sans costume et j’ai clairement vu la différence ! Lorsque vous êtes costumé(e), vous participez vraiment aux festivités, les participants sur les camps vous parlent plus facilement… Comme le disait quelqu’un sur le camp : soit tu es sans costume et tu es témoin des fêtes, soit tu viens en costume et là, tu participes.

Pour louer votre costume au roi de l’oiseau, l’adresse officielle, c’est l’atelier couture du Roi de l’Oiseau. Pour 2 jours, le prix est de 45 euros pour un costume adulte, ce qui reste raisonnable.

Où manger et dormir au Puy-en-Velay pendant les fêtes ?

Pour manger au roi de l’Oiseau, il vaut mieux réserver dans les restaurants. De même, attendez-vous à pas mal de menus spéciaux pour l’événement, qui coûtent environ 15-20 euros. Vous pouvez aussi manger sur l’un des nombreux camps ou dans une taverne. Pour ma part, je me suis régalée d’un burger à l’hypocras au restaurant La Plancha en face de la tour Pannessac dont l’accueil était au top.

Pour dormir au Puy-en-Velay lors du Roi de l’Oiseau, réservez tôt ! Je dormais à l’hôtel Saint-Jacques place Cadelade qui a l’avantage d’être à 5 minutes à pied du centre-ville, sans être sur les artères de passage, donc c’est calme. C’est en plus très proche de la gare, je vous recommande donc ce quartier.

Enfin, le Roi de l’Oiseau est accessible aux personnes à mobilité réduite. Chaque année, le festival propose aux personnes souffrant de handicap de participer aux fêtes lors d’une après-midi dédiée dans un lieu spécialement pensé avec de nombreux spectacles. Voilà, j’espère que cet article vous aura donné un bel aperçu d’une fête médiévale à faire absolument à mes yeux si vous aimez l’Auvergne et ce genre d’ambiance 🙂

Cet article fait suite à une invitation de la ville du Puy-en-Velay et d’Auvergne rhone-alpes tourisme

Rendez-vous sur Hellocoton !