Lifestyle

Ces villes emplies des souvenirs de nos amours passés…

Une ville finit par être une personne. Mais lorsque cette personne – rencontrée lors d’un voyage – fait partie de notre passé au titre « d’ex » et qu’on veut définitivement l’oublier sans pour autant ne plus jamais retourner dans la ville concernée, on fait quoi ? Je me dis que je ne devrais pas en parler peut-être, que ça contribue à retarder mon deuil de cet « amour passé »… mais je me suis aussi dit que les voyageurs que vous êtes comprendraient probablement. Que vous auriez peut-être des choses à me dire, des conseils à me donner. Parce que voilà, cette ville, Grenoble pour la nommer, je l’aime. Et lui, je l’aimais aussi. Mais ce n’est pas parce que j’ai tiré un trait sur l’homme que je veux tirer un trait sur la ville… sauf que je ne sais pas comment faire.

grenoble

Grenoble, c’est une ville que j’ai découvert grâce à lui. Pour la petite histoire (attention, vous allez découvrir que Mali’ est un peu tarée dans sa tête), j’ai rencontré ce mec sur un forum sur internet. J’avais 20 ans, lui 23, on s’envoyait des mails par dizaines, de tout et de rien, pendant des mois. Et puis un jour, j’ai lancé l’idée, à force de se chercher : et si je venais de Lille jusque Grenoble, pour se voir, comme ça ? Je n’avais jamais fait ça, je ne l’ai plus jamais fait pour quelqu’un d’autre et quand j’y pense, c’était quand même complètement fou. Déjà, avant de le voir, je me disais, tu es folle, si ça tombe c’est un vieux pervers de 60 ans (pardon pour les sexagénaires qui me lisent). Et puis quand je l’ai vu, je pensais juste « haaan il est trop beau, il doit trop regretter que je sois là, jamais il va me trouver intéressante ».

27023_390799144667_5934992_n

27023_390799139667_4504888_n

S’en est suivi un week-end avec des soirées à se parler jusque 6h du matin, ballade en voiture jusqu’au Col du Galibier, promenades dans la ville… J’ai tout de suite beaucoup aimé Grenoble, cette impression d’altitude, voir des montagnes à chaque coin de rue, je crois que c’est là que j’ai commencé à être fascinée par cette hauteur. Comme les vagues par tempête m’apaisent, ces montagnes, ça m’apaisait. Et puis il y a eu d’autres week-ends, j’ai découvert la Bastille, les rues piétonnes, je me suis fait une amie sur un forum (que je vois encore à chaque passage dans la ville) (depuis 10 ans !) … Et au fur et à mesure, Grenoble, je me la suis appropriée. Comme si elle était devenue une partie de moi, en même temps que notre histoire devenait une partie de moi. Quand l’histoire s’est terminée, j’ai continué à m’y rendre, une à deux fois par an. Comme quand on retourne dans sa région natale revoir la famille, je retournais à Grenoble revoir une « vieille amie » (la ville) et d’autres personnes au gré des rencontres.

voyage grenoble

 

les oeufs la bastille

L’année dernière, j’ai d’ailleurs passé mon voyage grenoblois en compagnie d’autres blogueurs et j’ai adoré ! On a fait de l‘accrobranche par 38 degrés (et clairement, je me suis liquéfiée sur place), j’ai découvert les ravioles avec Sarah (j’avais jamais goûté !), je suis allée au Lac de La Frais avec mon amie, j’ai mangé avec Je Papote qui m’a parlé d’une randonnée à marmottes qui m’a trop donnée envie…

A la fin !

A la fin !

11713893_810822272359150_7696539192092749628_o 906007_810822262359151_4390518817469970688_o

Sauf que j’ai eu aussi plein de moments de bad parce que je savais que j’étais dans « sa » ville. Quelque part, c’était comme si je l’avais un peu cherché pendant ce temps-là, je me disais, et si je le croisais, et si c’était lui qui arrivait en voiture, qu’est-ce qui se passerait. Pourtant, on avait déjà coupé tout contact mais j’ai senti sa présence pendant tout mon séjour, malgré moi.

11811541_815398895234821_5510213619710833330_n

Cette année, cette histoire est définitivement derrière moi. Les ponts sont coupés depuis un an, je n’y reviendrai pas, et plus le temps passe, mieux je me sens. Parce que cette histoire était morte depuis des années et qu’il n’y avait guère que moi pour m’y accrocher pour de stupides raisons sentimentales et que tout arrêter pour de bon a été l’une de mes meilleures décisions de 2015. Sauf que quand je pense Grenoble, je pense lui. Immédiatement. Et ça m’embête profondément parce que j’adore Grenoble. De plus en plus, je réfléchis à y retourner pour voir Céline, je sais que je passerais de chouettes moments. Mais je me dis aussi : et si je ne retournais à Grenoble que pour essayer de faire revivre mes moments avec lui ? Et si ça ne faisait que retarder encore plus la fin de mon deuil de cette relation ? Et si ce qui m’attirait là-bas, c’était juste le fait qu’il y soit, lui ? Alors voilà, j’ai eu envie de me confier à vous. Pas comme quelqu’un qui a besoin d’être consolée. Comme quelqu’un qui a envie qu’on lui dise comment faire pour détacher une ville d’une personne. Comment faire pour que Grenoble devienne juste une ville que j’adore, et ne soit plus « la ville que j’adore et celle dans laquelle j’adorais le retrouver » ?

A vous la parole 😀 (pleaaaase, ne me laissez pas toute seule à me morfondre^^)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply Camille - Stendhal Syndrome 9 juin 2016 at 10 h 00 min

    Attention, commentaire fleuve.
    Je comprends très, très bien ce que tu ressens.
    J’ai passé bon nombre d’années à Toulouse qui est une ville formidable, qui m’a beaucoup donné à de nombreux niveaux. J’y ai eu des relations sérieuses qui sont autant de souvenirs rattachés à des endroits très précis…
    Depuis que je suis revenue en région parisienne, je n’ai pas remis les pieds à Toulouse, où j’ai pourtant toujours des amis. Ce n’est pas faute d’envie, ni par peur du reste… Déjà, un de mes ex qui refusait catégoriquement de me suivre à Paris, a fini par y atterrir… A deux rues de chez moi. Donc je dirais que si tu dois revoir cette personne un jour, ça n’attendra peut-être même pas que tu retournes dans sa ville. La vie est pleine de coïncidences foireuses.
    Un jour, je retournerai à Toulouse, remuer mes souvenirs et m’en faire de nouveaux, en sachant que la ville aussi bien que moi avons bien changé. Et si je croise d’anciennes connaissances, ma foi, j’aviserai 😉
    Ensuite, je me remémore ton article sur tes 30 ans et je me dis… Quand tu en auras 60, les souvenirs même douloureux seront autant de preuves que tu auras vécu. Après tout, tu as aimé (quelque chose qui n’arrive plus si souvent, de nos jours !) et passé de bons moments, aussi. Ça se célèbre autant que cela se regrette. Je me dis qu’on fait vraiment le deuil d’une relation quand on en développe une nouvelle aussi forte. Donc ta prochaine rencontre (qui sait, peut-être à Grenoble ?) cicatrisera certainement ce qu’il reste à guérir !
    Enfin… Quand j’étais étudiante et Erasmus, j’avais une relation à distance. Aujourd’hui avec le recul et la sagesse de quelques années de plus, je regrette de n’avoir pas davantage profité de l’Allemagne pendant que je pleurnichais parce que mon copain me manquait. Ne te laisse pas gâcher ta relation avec une ville pour un bonhomme : tu as certainement mûri depuis votre rencontre et je suis sûre que quand bien même tu viendrais à le croiser, tu saurais gérer la situation 🙂 Et puis si tu y vas entourée d’amis, tu ne serais pas seule…
    Voilà, j’espère que cela t’aide un peu… Câlin virtuel !
    Camille – Stendhal Syndrome Articles récents…Prague pour un week-end, et plus si affinités : le guideMy Profile

    • Reply Mali 21 juin 2016 at 0 h 11 min

      Hé merci pour ton commentaire fleuve 🙂
      Oui je pense que je saurais gérer si je le croise mais je ne veux plus me gâcher ma visite à cause de ça ou passer le séjour à penser à lui 🙂 Mais plus ça vient et mieux ça va !

  • Reply Valérie@EnvieVoyages 9 juin 2016 at 11 h 13 min

    Je ne peux pas t’aider sur cette question mais parfois vaut mieux laisser son cerveau parler à la place de son coeur, le temps qu’une douce nostalgie vienne s’installer.
    Valérie@EnvieVoyages Articles récents…J’ai testé le LoungeatudeMy Profile

    • Reply Mali 21 juin 2016 at 0 h 10 min

      Oui merci de ton conseil 🙂

  • Reply La sélection du mardi #50 - Le Blog Expedia 14 juin 2016 at 9 h 00 min

    […] Lire la suite sur Ces villes emplies des souvenirs de nos amours passés […]

  • Reply Tiphanya 14 juin 2016 at 13 h 01 min

    Il y a un temps pour tout. Un temps pour ne voir que la douleur qui a suivi la fin d’une histoire, un temps pour n’en garder que le meilleur.
    Pendant un temps j’ai essayé de garder loin de mon esprit toutes les balades que j’ai fait avec un ex. Et puis pourquoi ? j’ai adoré me trouver sur le pont d’Avignon, déjeuner au soleil à Montpellier. Et soyons honnête, sans lui je n’aurai jamais été dans ces villes du sud.
    Alors lui, la fin de notre histoire (vraiment vraiment pourri), c’est du passé que j’essaye d’oublier. Mais tout n’était pas à jeter et je pense qu’il en va de même pour toi.
    Aujourd’hui, je serai plutôt du genre à dire « merci X, grâce à toi j’adore Grenoble et je ne me lasserai jamais de venir ici ». ça aide aussi à tourner la page.

    Et sinon tes photos me donnent envie de retourner à Grenoble. J’y ai passé 2 mois avant de partir fille au pair. Et comme j’ai un peu fui l’IUT où j’étais inscrite, je n’ai pas encore osé y retourner. Mais ça viendra car avoir les montagnes sous les yeux, c’est génial !
    Tiphanya Articles récents…À la découverte de la faune alsacienne à HunawihrMy Profile

    • Reply Mali 21 juin 2016 at 0 h 10 min

      Oui, je commence à m’y faire. Plus je fais le deuil, plus je laisse et jette les souvenirs derrière moi, et mieux j’avance 🙂

  • Reply Celine 22 juin 2016 at 15 h 39 min

    Tiens tiens, moi ici 🙂 Je suis mauvaise pour suivre mes copines blogueuses mais là je me rattrape et je tombe sur ton article. Je ne sais pas trop quoi te conseiller. C’est dur d’effacer des souvenirs et je ne suis pas sûre qu’il faille les effacer d’ailleurs. Faire le deuil d’une relation n’est jamais simple.La meilleure solution est peut etre d’accepter ce que tu ressens et laisser couler tout ca. Petit à petit, ce sera moins douloureux, tu seras moins nostalgique et comme dit Camille, lorsque tu rencontreras quelqu’un, tout sera différent je pense 🙂
    Je te fais de gros bisous et au plaisir de te voir à Grenoble mais fait vite car je vais en partir prochainement… 😉
    Celine Articles récents…Patrimoine & Gastronomie sur la VeloscénieMy Profile

    • Reply Mali 27 juin 2016 at 23 h 57 min

      Héhé ! Oui, faut que je vérifie quand tu pars d’ailleurs pour qu’on se boucle ça 🙂

    Leave a Reply

    CommentLuv badge

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.