Lifestyle

Randonner dans la Montagne Ardéchoise, « l’autre » Auvergne !

Jusqu’à présent, lorsqu’on me parlait Ardèche, je pensais plutôt rivières et baignades. Mais en me rendant dans la montagne Ardéchoise, tout au nord de l’Ardèche, j’ai découvert qu’elle était aussi montagnes, volcanisme, et vues incroyables. Surtout, j’ai découvert que cette partie de l’Ardèche à la frontière du Massif Central et ses sucs (volcans éteints) me rappelait tellement mon Auvergne natale que j’en suis venue à me dire « mais en fait, l’Ardèche, c’est l’autre Auvergne ! ».

L’ascension du Mont-Gerbier de Jonc

Pour avoir une vue sur une partie de la Montagne Ardéchoise et les sucs du Gerbier, du Mézenc et de Montivernoux, il faut faire l’ascension d’un des monts emblématiques de l’Ardèche, le suc du Mont-Gerbier de Jonc.

Qu’est-ce qu’un suc ? Il s’agit d’un volcan de type péléen, un volcan dont l’éruption se caractérise par la sortie d’un magma visqueux, qui peut faire prendre au suc différentes formes de dômes. Ainsi est né il y a 8 millions d’années, le Mont-Gerbier de Jonc.

Depuis le sommet du Mont Gerbier

Monter le Mont-Gerbier de Jonc peut paraître facile, en effet, il n’y a que 145 mètres de dénivelé, c’est-à-dire 145 mètres entre son point le plus bas et son point le plus haut. Souvent, en dessous de 200 mètres, on a normalement une randonnée assez facile. Mais déjà, quand on arrive devant le Mont-Gerbier, on se dit que ça va peut-être se compliquer, car cela ressemble littéralement à une montage de cailloux.

Le Mont Gerbier…

Depuis le parking au pied du Mont, il n’est pas compliqué de trouver l’accès au sentier, bien balisé et indiqué avec les flèches bleues. Très vite, on voit que ça ne va pas être de la tarte, car le sentier est très abrupt. Tellement abrupt que c’est en sens unique, on prend un chemin pour monter, et un autre pour descendre.

On comprend mieux pourquoi il est interdit de gravir le Mont Gerbier par pluie ou orage, déjà par temps sec, ça ressemble parfois à de l’escalade et sans être dangereux, j’avoue que je n’étais pas totalement tranquille à certains endroits.

L’ascension ne prend pas très longtemps, moins d’une heure. De là-haut, on a une vision sur le Mont Mézenc, le Suc Sara, et tous les alentours. C’est vraiment sublime et ça me fait penser à la Chaîne des Puys et ses merveilles. Le retour est tout aussi escarpé que l’aller, même si ça se fait plutôt bien. On voit pas mal de gens arriver sur l’aller et je ne regrette pas qu’on soit venues tôt.

Bon à savoir : juste à son pied, la Maison du Site du Gerbier de Jonc vous permet de mieux comprendre la montagne ardéchoise et la manière dont le paysage s’est formé. En plus, en montant tout en haut, vous pourrez découvrir l’une de leurs expositions temporaires, et une vue sur le sommet du Mont Gerbier.

Le Mont Gerbier de Jonc : source de la Loire

Nous faisons un petit détour juste à côté pour retrouver l’une des sources de la Loire ! Il y a d’ailleurs un sentier de 3 kilomètres qui permet de découvrir les trois sources de la Loire : l’authentique, la véritable et la source géographique.

Où dormir à côté du Mont Gerbier de Jonc ?

Pour dormir non loin du Mont Gerbier, l’Hôtel-restaurant du Nord à Sainte-Eulalie propose tout ce qu’il faut pour les randonneurs. On voit que l’endroit est pensé pour les routards, par exemple avec des rebords sur les fenêtres couverts pour y mettre les chaussures. Il y a aussi un sauna et jacuzzi, pratiques pour se détendre.

Alors, qui a envie de partir à la découverte de la montagne ardéchoise avec moi ? N’oubliez-pas de jeter un oeil du côté de mon article sur la cani-randonnée en Ardèche et de consulter le site de la montagne ardéchoise pour voir d’autres paysages du coin.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post

You Might Also Like

No Comments

Laissez votre petit mot

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.