Browsing Tag

hébergement insolite

Blogtrips, Envie de...

J’ai testé : dormir sur l’eau dans une toue cabanée à Digoin

Aujourd’hui, pour le RDV #EnFranceAussi du mois sur le thème Zones humides proposé par Fish & Child et Le Coin des Voyageurs, je vous propose de découvrir un coin de Saône-et-Loire qui est rythmé par l’eau, mais qui est aussi excellent pour la #Teamsansvoiture : la ville de Digoin et le Val-de-Loire, véritable carrefour fluvial avec trois canaux navigables sur les quatre et autant de kilomètres de voie verte pour voyager en vélo. Surtout, c’est là que j’ai dormi pour la première fois dans une toue cabanée !

Dormir dans une toue cabanée

Mais d’abord, c’est quoi une toue cabanée ? Une toue, c’est un bateau de pêche fluvial utilisé traditionnellement pour naviguer sur la Loire. Au village Toue de Chassenard (à côté de Digoin), ces toues ont été aménagées en « cabane sur l’eau » ce qui donne un hébergement insolite très sympa !

A l’arrivée, il faut marcher quelques minutes pour rejoindre l’étang qui abrite toutes ces toues. De mon côté, j’ai préféré opter pour une toue cabanée à quai plutôt que sur l’eau, car si vous optez pour la toue cabanée sur l’eau, il faudra prendre une barque et ramer pour y accéder 😉 Mais rassurez-vous, même avec une toue cabanée à quai, celle-ci est sur l’eau, et on a des sensations identiques.

Lorsque je suis entrée dans ma toue cabanée, j’ai été surprise de voir qu’elle était vraiment très bien aménagée. La chambre peut accueillir deux personnes, la salle de bains est petite mais bien équipée, et surtout le salon est vraiment chouette (et il y a même un canapé-lit). Je me vois bien passer ici un week-end de deux jours, à prendre l’apéritif, le repas, entre deux escapades.

Je sors m’installer sur la terrasse, avec vue sur l’étang. Le bal des chauve-souris qui chasse sur l’étang me fascine (ne vous inquiétez pas, elles ne s’approchent pas trop de vous, moi, je les aime, mais elles sont plus près des arbres^^). Le lieu est paisible, même si l’orage gronde au loin…

Un orage que l’on aura l’occasion d’entendre toute la nuit. Après notre soirée, quand je rentre et finit par m’installer au lit, j’aime le bruit apaisant de la pluie. J’aime moins les grincements du bois qui me donnent l’impression que quelqu’un approche près de ma toue (quoi ? Je suis pas parano’, j’vous jure…). Le lendemain, après un bon petit-déjeuner, nous prenons les vélos direction Digoin. Après avoir du récupérer les garçons dans leur cabane en bateau à moteur car les barques avaient un peu pris l’eau (beaucoup ^^). Clairement, je recommande le Village Toue de Chassenard, les toues sont vraiment bien équipées, on s’y sent bien, et elles peuvent accueillir jusque 5 personnes.

L’Eurovélo 6 : idéale pour visiter Digoin et le Val de Loire en vélo

Si vous êtes de la #Teamsansvoiture et à vélo, Digoin est un point de départ qui ne peut que vous plaire ! En effet, depuis Digoin, il est possible de partir du côté de nombreuses directions en suivant la Voie Verte le long du canal.

Visiter Digoin et la manufacture de Digoin via l’Eurovélo 6

Notre itinéraire commence depuis le Village Toue sur le Pont-canal (magnifique !), vers la manufacture. La manufacture de Digoin existe depuis 1875, mais elle a été fermée pendant un temps car sa spécialité, le travail sur grès, était devenue obsolète avec l’arrivée du verre et du plastique.

En 2014, elle est reprise par Corinne Jourdain, issue de l’univers de la mode, qui s’est mis en tête de la relancer. Nous l’avons rencontré lors de notre visite de la manufacture de Digoin et on peut voir à quel point elle est passionnée, et surtout comment elle a voulu faire les choses au mieux. La manufacture de Digoin se visite lors de journées-vente et je vous recommande l’endroit ! On sent vraiment une âme dans ces lieux, mais aussi un vrai cachet, un savoir-faire.

Vous pouvez aussi partir vers Dompierre, Châlon, Paray-le-Monial… Vous trouverez pas mal d’informations sur ces tronçons sur le site de l’Eurovélo 6 en cliquant ici et ici.

De Digoin à Paray-le-Monial via l’Eurovélo 6

Nous continuons direction Paray-le-Monial. Pour ma part, j’ai du tricher car j’étais malade et concrètement, 5 minutes de vélo avaient suffit à m’achever. Mais tout le reste du groupe s’est dirigé vers le canal, pour 30/45 minutes de vélo sur les berges, de quoi bien s’évader. C’est d’ailleurs Sylvie du Coin des Voyageurs qui a pu me passer ces deux photos pour que vous voyez ce que ça donne… Pas mal hein ?

De là, nous avons rejoint la Maison de la Mosaïque pour un atelier mosaïque, qui était très chouette à faire ! La Maison de la Mosaïque est un petit endroit qui redonne ses lettres de noblesse à cet art. On réalise à quel point il est minutieux, et loin d’être facile.

 

Et pour finir, un peu de gastronomie avec la Ferme Auberge des Collines à Amanzé, où nous avons dégusté un repas avec une viande charolais AOP issue de l’élevage de Philippe, qui gère le restaurant. Le lieu est idéal si vous voulez être sûr de la qualité de votre viande, et qu’elle ait été élevée dans de bonnes conditions. Nous avons aussi goûté au fromage Charolais savoureux 😉

Alors, dormir dans une toue cabanée, ça vous dirait ? Pour en savoir plus sur la Saône et Loire, n’hésitez-pas, le coin vaut le détour.

Merci à Sophie de l’agence Airpur et à mes camarades blogueurs Le Coin des Voyageurs, Culturez-vous, Stylistic, Voyages à deux pour leur bonne humeur.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Bonnes adresses hôtel / resto, Envie de..., Voyager en France

#EnFranceAussi Ma nuit dans une abbaye…

Sobriété, sérénité et cadre architectural de toute beauté : voilà ce qui me vient quand je pense à ma nuit passée dans l’Auberge de Jeunesse de l’Abbaye de Cadouin, en Dordogne-Périgord. Oui, vous avez bien lu, j’ai passé une nuit dans une auberge de jeunesse située dans une abbaye cistercienne du 12/13ème siècle dans le Périgord… et j’en garde un chouette souvenir. Un souvenir que j’ai décidé de vous raconter à l’occasion du RDV mensuel de blogueurs #EnFranceAussi organisé par Le Coin des Voyageurs, et Sabrina du blog « Tu paris combien » sur le thème Virée nocturne.

Mon avis sur l’Auberge de Jeunesse de Cadouin

Suite à un blogtrip gagné au Salon des Blogueurs de Voyage, j’ai eu la chance de me rendre dans le Périgord durant 4 jours avec un programme individuel personnalisé… dans lequel figurait une nuit dans l’auberge de jeunesse de l’Abbaye de Cadouin ! Forcément, dès que j’ai su ça, j’étais ravie, parce que je connaissais déjà un peu les lieux, mais surtout car cela m’intriguait. Vous imaginez, vous, dormir dans une abbaye qui date du 12ème siècle ? Cela m’inspirait la simplicité et la tranquillité…

Et je ne m’étais pas trompée. L’entrée de l’Auberge de jeunesse de Cadouin est située juste à côté de celle du Cloître de Cadouin. On rentre dans une grande cour avec un peu de mobilier de jardin, puis on se rend à l’accueil situé derrière une petite vitre pour récupérer sa clé (sans manquer de faire un coucou au chat). Je monte jusqu’à ma chambre, pas un bruit dans les couloirs.

Après avoir ouvert la porte, je découvre une petite pièce avec lit en mezzanine, une douche (les wc sont sur le palier), un bureau avec chaise et un petit placard. Tout de suite, je me sens bien dans la chambre, parce que c’est sobre sans être austère. Cette simplicité permet de vite s’approprier les lieux (ndlr : et d’étaler son bordel un peu partout^^). Petite cerise sur le gâteau : je suis située juste au-dessus de la borne Wi-Fi, que je capte depuis ma chambre, sinon les murs sont trop épais pour le capter ailleurs que depuis l’accueil et la petite salle à côté 🙁

Mais le meilleur m’attend le lendemain matin, quand je découvre au réveil que ma petite fenêtre donne sur le Cloître de l’abbaye de Cadouin ! Ma nuit a été reposante, et en plus le matin est ensoleillé, je descends prendre mon petit-déjeuner (après une caresse au chat domestique). Je m’installe à côté de personnes déjà présentes sur une grande table, on discute, je me sers en café, yaourt etc… Encore une fois, c’est simple, mais convivial.

Vous l’aurez compris, mon avis sur l’auberge de jeunesse de Cadouin dans le Périgord est plus que positif : c’est toute reposée que je quitte les lieux, et contente de ma nuit dans un lieu atypique et avec un patrimoine culturel fort… mais la visite n’est pas finie…

L’Abbaye de Cadouin : un joyau classé l’UNESCO

L’auberge de jeunesse de Cadouin jouxte l’abbaye (12/13ème siècle) et son fameux cloître, jardin intérieur en forme de carré, entourée par une galerie. Pour la petite histoire, cette abbaye fut fondée en 1115 par Geraud de Salles, et elle figure aujourd’hui parmi les étapes des chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Elle fut rattachée à l’ordre cistercien en 1119 et connut une période très prospère car elle était entourée de la forêt de la Bessède, possédait des terres, des moulins, des rentes… Cette richesse, on en trouve les signes dans son cloître. En effet, comme vous pouvez le voir sur les photos, il y a énormément de détails architecturaux, de belles portes, ce qui n’aurait pas du être le cas pour une communauté de l’ordre cistercien, qui privilégie la sobriété.


Autre clou de la visite, le fameux « Suaire de Cadouin ». Le suaire de Cadouin a été réputé pendant longtemps comme étant le « Suaire du Christ », c’est-à-dire le tissu qui est censé avoir enveloppé le corps du Christ. C’est ce tissu qui en a fait un lieu important du chemin de Compostelle… Cependant, vers 1934, il a été démontré qu’il ne s’agissait pas du Suaire du Christ car il comporte des bandes de textes en coufique (langue arabe), qui indiquent qu’il a été tissé à la fin du XIème en Egypte. Aujourd’hui, même s’il n’est plus vénéré, il demeure un symbole de rapprochement entre la religion chrétienne et musulmane. C’est une copie conforme qui reste ainsi mis en avant dans l’abbaye, le suaire étant en restauration dans la région.

Lors de votre visite à Cadouin, ne manquez pas de vous promener dans les hauteurs de la ville et de visiter les alentours pour découvrir de chouettes petites villages comme Urval et son four à pain ou encore des grandes étendues de forêt ! Ici, tout est  nature et tranquille, on découvre plein de lieux dans lesquels s’attarder, le temps se suspend.

Si vous avez envie de réserver une chambre à l’abbaye de Cadouin, n’hésitez-pas à consulter ce site internet. De mon côté, je suis en tout cas très contente de cette nuit dans une abbaye… j’aime les lieux insolites de ce genre, qui incitent à se recentrer et qui apaisent. Et vous, vous auriez aimé passer une nuit dans l’abbaye de Cadouin ?

Rendez-vous sur Hellocoton !