Browsing Category

J’ai envie de…

Baignade et plages, Découvrir de l'insolite et du street-art, Destinations, J'ai envie de..., Voyager sans voiture

Un pied à Ostende : la « Reine des Plages »

Station balnéaire située dans la Région Flamande de la Belgique, Ostende – surnommée aussi « La Reine des Plages » – est une ville dans laquelle il fait bon vivre. Des longues étendues de sable, une belle promenade, des petites cabanes de plage… Je n’avais pas eu l’occasion de visiter Ostende jusque là et j’ai beaucoup aimé cette journée express en Belgique, organisée à l’occasion d’un blogtrip spécial Salon des Blogueurs de Voyage.

Un week-end ou une journée à Ostende : que faire ?

un-jour-a-ostende

Ostende, c’est d’abord la gare et tous ses vélos. Le Fort Napoléon que l’on voit au loin et qui me donne envie de prendre le premier bateau-navette qui passe. Les vendeurs de barquettes de poissons aux abords. Puis la promenade, les yeux vers les plages de sable blanc d’un côté, et vers les maisons de toutes époques de l’autre.

visite-ostende tourisme-ostende que-voir-a-ostende journee-a-ostende mer-a-ostende galeries-ostende

Les Galeries Royales d’Ostende aussi et surtout, qui datent de 1905. Ostende a été surnommée « La Reine des Plages » en référence à l’implication du roi Léopold II dans son développement. Ancien village de pêcheurs, la ville devint peu à peu lieu privilégié pour l’été. Ses galeries royales ont une longueur de 400 mètres et visaient autrefois à éviter aux riches de se faire mouiller par la pluie ou d’être incommodés par le soleil #problemederiches. Aujourd’hui, on y trouve un hôtel 4 étoiles pour rester dans la même ambiance bourgeoise 😀

Où manger à Ostende : la Galerie Beau Site

que-manger-a-ostende

Puisqu’on parle plage à Ostende, lors de cette journée, c’est à la Galerie Beau Site que nous avons participé à un atelier décortiquage de crevettes et préparation de risottos pour finir par déguster un repas su-ccu-lent.

blogtrip-ostende-belgique galerie-beau-site-ostende manger-a-ostende-belgique restaurant-galerie-beau-site-ostende

J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le restaurant La Galerie Beau Site à Ostende : le lieu est magnifique, la cuisine très bonne, et c’est aussi une galerie d’art dans laquelle on peut admirer de chouettes oeuvres. Les prix des plats sont aussi abordables, je n’ai pas pensé à prendre de photos, mais il me semble que le budget était entre 15-20 euros, ce qui est correct pour un restaurant avec « pignon sur rue » et surtout vue sur mer ^^

Une chose à faire à Ostende : du stand-up paddle (même avant l’été !)

Faire du stand-up paddle début avril à Ostende ? CHECK !Il n’y a eu qu’un trio de motivées, Pauline, Lucie et moi, pour se prêter au jeu de faire du paddle alors qu’il faisait beau, mais pas chaud ! C’est avec VVWinout que nous avons effectué une petite séance de paddle en pleine mer, avec des combinaisons qui nous permettaient d’aller à l’eau sans avoir froid.

img_7249 img_7246 img_7245 img_7239

Après quelques hésitations à me décider et quelques appréhensions, j’ai vraiment adoré cette initiation ! J’ai même su me lever sur ma planche après plusieurs chutes et j’aurais aimé rester plus longtemps pour profiter du moment.

Voir du street-art à Ostende : le festival The Crystal Ship

 

street-art-festival-ostende

Vous avez envie de visiter Ostende, mais vous vous demandez quand aller à Ostende ? Passez-y à l’occasion du festival de street art à Ostende The Crystal Ship qui aura lieu en 2017 du 01/04 au 15/04. Il s’agit d’un festival qui habille chaque année les rues d’Ostende avec des œuvres d’art et surtout de nombreuses fresques murales.

the-crystal-ship-ostende

que-faire-a-ostende

visiter-festivl-ostende

Malheureusement, nous sommes arrivés au début du festival et toutes les œuvres n’étaient pas réalisées, mais… ça nous a permis de voir comment des artistes réussissaient à faire de si grandes fresques sans recul ! Si vous manquez le festival, sachez que les fresques peintes restent ensuite sur les murs, donc vous pourrez rattraper votre retard 🙂

street-art-ostende

C’est aussi l’occasion de visiter les rues d’Ostende et ses nombreuses belles demeures, adresses gourmandes et petits détails atypiques. Pour ma part, vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé Ostende et j’espère pouvoir y revenir rapidement pour profiter de son centre animé et de toutes ses beautés !

plage-a-ostende visite-ostende-belgique visite-rues-ostende visite-dans-les-rues-dostende

Merci au Salon des Blogueurs de Voyage, à  « Flandre, The Place To.be » et Visit Oostende pour l’organisation. Dédicace aux blogocopines pour leur bonne humeur Sarah de Rita s’en va, Lucie de Voyages et vagabondages, Audrey de Audrey de Bom Dia Portugal, Sabrina de Voyages et Cie (que j’ai ensuite revu lors de mon blogtrip à Chartres) , Antonia et Pat du blog Les Carnets de Voyage d’Antonia Neyrins et Pauline, la Graine de voyageuse.

Aller à Ostende : destination #TeamSansVoiture

Blog voyager sans voiture

Il est très facile de voyager à Ostende (Belgique) sans voiture ! Pour cela, prenez le train depuis Bruxelles, et vous serez à Ostende en moins de 1h30.

J'ai envie de..., Randonnées et escapades nature

Au cœur du Parc des Ecrins avec Esprit Parc National

Il y a quelques temps, je découvrais la marque « Esprit Parc National » et les bonheurs de randonner dans un parc national lors d’un séjour dans le Parc National des Écrins. Un séjour qui m’a tellement plu que j’ai rempilé en août avec une amie en faisant plusieurs randonnées sur deux jours dans le Parc National des Pyrénées 🙂 Bref, totalement conquise, j’ai eu envie de partager avec vous les photos de ce séjour, mais aussi de vous parler un peu plus de la marque « Esprit Parc National » qui intéressera sûrement tous ceux qui aiment les expériences locales en voyage.

randonnee-glacier-blanc-parc-des-ecrins

Esprit Parc National, c’est quoi ?

La marque « Esprit Parc National » est une marque qui a vocation de proposer des activités / hébergements / produits avec et par des locaux dans les Parcs Nationaux de France. Les parcs actuellement concernés sont :

Le Parc de la Réunion, le Parc de la Guadeloupe, le Parc de Guyane, le Parc des Cévennes, le Parc des Pyrénées, le Parc de la Vanoise, le Parc des Écrins, le Parc du Mercantour, le Parc de Port-Cros, le Parc des Calanques 

esprit-parc

L’avantage avec le site Esprit Parc National, c’est qu’il devient très facile de trouver une activité avec des locaux dans un Parc National, mais aussi des hébergements authentiques, tenus par des gens passionnés qui ont envie de partager leur connaissance des lieux.

Mon séjour Esprit Parc National au Parc des Ecrins

Vous savez que les grands discours, ce n’est pas mon fort alors je vais plutôt vous parler de mon séjour au Parc National des Écrins durant lequel j’ai découvert plusieurs « prestations » proposées sur le site Esprit Parc National.

En 2 jours d’immersion avec Esprit Parc National, j’ai…

 

rucher-mathieu-picavet

Moi, la flippée des guêpes et des abeilles, j’ai découvert le rucher de Mathieu de près avec un haut de tenue d’apiculteur. Au début, je n’étais pas rassurée, mais Mathieu partage tellement bien sa passion que ce n’était pas difficile de lui faire confiance pour le suivre à la rencontre de ses abeilles. Bon, d’accord, il se peut que je sois restée tout de même bien stressée pendant ce moment^^ Une rencontre en tout cas récompensée par la dégustation de leur miel : après l’effort, le réconfort !

rucher ruche-parc-des-ecrins miellerie-esprit-parc-national

 

chalet-au-fil-de-londe-vallouise avis-chalet-au-fil-de-londe

Après cette première découverte, notre petit groupe s’est dirigé vers le gite Au fil de l’Onde à Vallouise de Marion… et là, c’est le coup de cœur. Une petite maison perdue en pleine campagne, au pied des montagnes, avec d’un côté une prairie de fleurs, de l’autre une rivière. J’ai d’ailleurs dormi dans un lit superposé transformé en cabane superposée tout à fait régressive et charmante.

avis-chalet-valouise-au-fil-de-londe

Durant le séjour, nous avons pu aussi dormir au Gite Le Flourou, mais pour ma part, j’ai eu un gros faible pour le chalet éco-construit Au fil de l’Onde pour son côté très nature et reposant, rustique tout en étant confort. Vallouise est d’ailleurs très sympa pour faire des randonnées et la Maison du Parc de Vallouise a fait parler d’elle en installant une webcam dans un nichoir de mésanges qui permet d’observer les petits sans les déranger. Et c’est là que tu vois qu’en fait, des oisillons, au début, c’est juste des becs sur pattes qui n’attendent que de manger 🙂

sejour-vallouise randonnee-vallouise

maison-du-parc-vallouise-webcam randonnee-chalet-parc-vallouise

  • rêvé de châteaux et de princesses à la belle étoile

conteuse-parc-vallouise

Après installation dans les chambres au gite Au fil de l’Onde, nous avons rencontré Sandrine, une conteuse avec qui nous sommes partis pour une ballade à la tombée de la nuit dans les environs. Un petit moment divertissant, avec quelque chose de magique, qui s’est fini par une observation des étoiles avant de rentrer se coucher.

  • randonné à côté des glaciers

 

Une marmotte juste en arrivant au pré !

Une marmotte juste en arrivant au pré !

Ici, une autre marmotte sur un nevé !

Ici, une autre marmotte sur un nevé !

Le lendemain matin, direction le pré de Madame Carle et le Glacier Blanc avec Raphaël Bonenfant. Moment d’extase devant le ciel bleu, mais aussi rencontre avec quelques marmottes. Raphaël, accompagnateur de montagne, nous parle des lieux avec naturel, tout en nous permettant de repérer quelques chamois avec sa longue-vue.

accompagnateur-de-montagne-glacier-blanc-parc-des-ecrins

Malheureusement, nous n’avons pas fait toute la randonnée, mais je me suis notée d’y revenir (je fais au moins un séjour dans le coin par an) car l’endroit est vraiment magnifique.

glacier-noir-parc-des-ecrins rando-glacier-blanc-glacier-noir randonnee-glacier-grenoble randonnee-glacier-blanc randonnee-pre-de-madame-carle

 

jardin-alpin-col-du-lautaret

Dernière activité nature du séjour : la découverte du Jardin Alpin du Lautaret, avec de nombreuses fleurs des montagnes. Malheureusement, question de timing, nous ne pourrons pas faire la randonnée prévue pour se rapprocher des glaciers, mais ça m’a donné envie de revenir ici aussi.

jardin-col-du-lautaret jardin-alpin-du-lautaret jardin-alpin-du-col-du-lautaret glaciers-col-du-lautaret col-du-lautaret-jardin-botanique avis-jardin-botanique-col-du-lautaret-grenoble

TL;DR* : Pour résumer ce séjour avec Esprit Parc National, je donnerais 3 mots : curiosité, authenticité, générosité (oui, ça rime, et c’est cool).

randonnee-parc-des-ecrins-glaciers

J’ai trouvé que c’était un beau moyen de découvrir un Parc National lorsqu’on ne connait pas les lieux, mais aussi une belle incitation à aller à la rencontre des locaux. En somme, à se « laisser guider » (et je vous parlerai plus en détails de plusieurs activités au travers d’articles plus précis). J’ai d’ailleurs voulu refaire une activité Esprit Parc National à titre personnel lors d’un séjour dans les Pyrénées, mais les horaires ne collaient pas avec notre emploi du temps. En tout cas, c’est un réflexe que j’aurais si je voyage de nouveau dans un parc national de France… n’hésitez-pas à en faire autant, vous serez surpris de savoir toutes les activités insolites qu’on peut faire sur place 😉

Cet article a été réalisé suite à un voyage presse avec Esprit Parc National, les opinions exprimées sont propres à l’auteure. 

TL;DR : Too long, didn’t read ^^ 

Citytrips en France et Europe, J'ai envie de..., Visiter Reykjavík, Voyager en Islande

Un pied à Hólavallagarður, cimetière de Reykjavík

This is Halloween, this is Halloween ! Quelle meilleure période pour vous faire découvrir Hólavallagarður, le cimetière de Reykjavík ? Ce n’est peut-être pas l’endroit le plus joyeux à voir à Reykjavík, mais cela n’enlève rien à son charme, avec son ambiance paisible et ses arbres qui s’enchevêtrent au dessus des tombes…

que-voir-a-reykjavik

Situé dans un quartier résidentiel à côté du lac Tjornin, le cimetière Hólavallagarður (traduire « Jardin sur une colline », il offre en effet une belle vue sur Reykjavík) passerait presque inaperçu. C’est pourtant le cimetière le plus imposant que nous avons vu durant tout notre road-trip en Islande, les autres cimetières se limitant à quelques dizaines de tombes. Il faut dire que des murets en béton à hauteur idéale cachent les tombes du cimetière de Reykjavík aux yeux des passants sans lui enlever de son charme.

cimetiere-hollavallagardur-reykjavik

vue-sur-reykjavik-depuis-le-cimetiere cimetiere-reykjavik-sudurgata

Lorsqu’on pénètre dans le cimetière, on se sent très vite absorbés par l’atmosphère de quiétude. Il y règne un certain mélange d’ordre et de désordre. Des longues allées harmonieuses côtoient de petits chemins complètement désordonnés entre les tombes. L’absence de tags et de traces de vandalisme laisse place aux méfaits du temps, avec des croix déracinées ça et là, des fleurs fanées. La découverte devient une promenade entre royaume des vivants et des défunts.

cimetiere-holavallagardur-a-reykjavik citytrip-reykjavik cimetiere-reykjavik cimetiere-reykjavik-sudurgata

Rares sont les tombes imposantes, mais souvent, elles sont ornées de détails, de colombes, d’angelots. Sur mon passage, je ramasse quelques vases de fleurs, remets en place quelques plaques. Je fais la même chose lorsque je dois aller au cimetière en France, c’est pour moi une marque de respect, d’attention, de remettre en place de petites choses comme ça. Quelque part, je me dis que si on ne sait pas respecter les défunts et les hommages qu’on leur rend, alors on ne sait pas respecter la valeur de la vie elle-même.

visiter-reykjavik visiter-reykjavik-et-son-cimetiere visiter-le-cimetiere-de-reykjavik tombes-cimetiere-reykjavik tombe-enfant-reykjavik reykjavik-en-une-journee journee-a-reykjavik-le-cimetiere islande-lieux-dinterets

Nous resterons sur place une petite heure, première escale de notre visite de la capitale après quelques jours en Islande. Une halte intéressante à faire, pour découvrir une ambiance, et une ville, avec peu de touristes car l’endroit est un peu éloigné du centre-ville (15-20 minutes à pied je dirais). Et – pour peu que ce soit utile de le dire – il s’agit aussi d’une activité gratuite à faire à Reykjavík, bien sûr ! En tout cas, pour ma part, l’endroit m’a fait un peu penser aux cimetières que j’ai pu visiter en Irlande ou en Angleterre, bien plus vivants que la plupart des cimetières français.

Blog voyager sans voiture

Reykjavík est une ville #TeamSansVoiture : il est en effet facilement possible de visiter toute la ville à pied ! De plus, l’Islande est desservie par l’avion et il y a des navettes depuis l’aéroport.

J'ai envie de..., Voyager en Islande

Alors, ce road-trip en Islande en septembre ?

Parce qu’il va me falloir un peu de temps avant de pouvoir publier mes premiers articles sur mon voyage en Islande… mais que j’ai quand même besoin de mettre des mots sur ce voyage que j’ai tant attendu. 4 ans ! 4 ans que j’attendais d’y retourner et voilà, c’est enfin fait… pour le meilleur ou pour le pire ?

20160915_190256

L’Islande et… les aurores boréales

C’est une des raisons pour lesquelles nous avons choisi l’Islande en septembre : parce qu’il y avait une chance de voir des aurores boréales, sans avoir trop de mauvais temps. Pour ce faire, je savais ce qu’il nous fallait : du froid, un ciel dégagé, de l’obscurité et en prime, je consultais le site Aurora Forecast pour voir la couverture nuageuse (attention, les prévisions à quelques jours d’avance ne sont pas du tout fiables 🙁 ) et l’application My Aurora qui est en français et permet de connaître le Kp et la probabilité de voir une aurore boréale à l’endroit ou vous êtes.

voyage-en-islande

Et… ON EN A VU UNE ! Et Grâce à Moiiiii. Oui, sur ce coup, je me la pète, mais je suis méga fière. Arrivée en Islande, grand soleil, ciel bleu, je dis à mes amis « ça, c’est un temps à voir des aurores ce soir ». A Reykjavík, le soleil se couche avec une lueur d’un vert qui fait déjà penser aux lueurs d’une aurore. On mange sur place avant de prendre la route vers notre cottage à Mosfaellsbaer…Il est environ 23 heures, je scrute le ciel et là, je vois quelque chose, comme une traînée blanchâtre, un peu colorée, je crie « eh, les mecs, dites-moi que je rêve pas, c’est pas un nuage ça, hein, HEIN ? ». On s’arrête et tadam, elle est là, notre aurore boréale ! Je crie, je saute, j’ai comme un poids qui se libère, je la voulais tellement cette aurore que j’ai explosé de joie. Malheureusement, nous n’avons pas su la prendre en photo et surtout, avec la luminosité proche de la ville, elle n’était pas vert intense. J’aime beaucoup la vidéo de JePapote (qui explique tout sur les aurores dans son article) car elle rend bien la couleur de ce que j’ai vu (au niveau du blanc coloré, pas le vert ni le rose malheureusement).

Malheureusement, le reste du temps était trop couvert pour que nous puissions en voir de nouveau pendant notre voyage, mais je réalise la chance qu’on a eu. On était crevés à notre arrivée, pas le courage de partir à la chasse, et c’est un beau cadeau que l’Islande nous a offert avec cette aurore qui nous est presque « tombée » dessus. J’ai croisé plusieurs personnes présentes depuis une dizaine de jours qui n’en avait pas vu ! C’est à savoir si vous partez en Islande pour voir les aurores boréales : il y a une grosse part de chance là-dedans et l’aurore ne sera pas forcément aussi intense que vous l’imaginez… mais ce spectacle de la nature, c’est juste époustouflant. Une vraie merveille.

L’Islande et… le tourisme de masse

C’est le gros sujet qui fait parler en ce moment : l’Islande est-elle devenue trop populaire ? Si Sarah – dont j’ai aimé suivre les aventures en Islande en été – a fait un bel historique du regain de popularité de l’Islande avec des points de vue d’islandais sur le sujet, pour ma part, je répondrais plutôt à cette question avec mes yeux de « touriste ». Pourquoi « touriste » ? Parce que nos 5 jours de road-trip dans le Sud de l’Islande nous ont fait suivre un itinéraire semblable à celui de la majorité des gens qui viennent pour « découvrir l’Islande ». Et clairement, j’ai vu une différence entre l’Islande de 2012 et celle de 2016, ayant fait quasi la même route et dans des conditions similaires (road-trip hors-saison, juin la première fois, septembre la seconde).

img_20160912_191708

Parmi les avantages, je dois souligner les vols plus abordables car c’est grâce à ce point que j’ai pu revenir (j’ai payé 500 euros la première fois avec Icelandair, 190 euros la seconde avec WOW). J’ai également pu remarquer quelques détails : des routes plus goudronnées autour du Cercle d’Or (donc plus confortables pour la conduite) ; plus d’indications touristiques à Thingvellir ; les sites bien préservés (aucun panneau publicitaire sur les lieux en eux-même, très peu en dehors). Au retour à l’aéroport, nous avons été aussi limite choqués par la route depuis Reykjavík, beaucoup trop éclairée à notre goût (on s’attendait à un retour dans des petits chemins et peu de lumière). De petits aménagements donc, mais surtout un avantage économique avec les lignes plus nombreuses qui desservent le pays.

Parmi les inconvénients, la première chose qui m’a frappée, c’est la présence de commerces à chaque point du Cercle d’Or… jusqu’à Seljalandsfoss !! Et à Geysir, c’est carrément un immense centre commercial qui a pris place… Des lieux sont devenus payants (parking à Thingvellir, entrée au cratère de Kerið), mais surtout il y une affluence constante de touristes. En voyageant en hors-saison, nous avons tout de même été frappés par l’affluence de bus touristiques à chaque coin où nous nous arrêtions, de la péninsule de Snaefellsnes à Seljalandsfoss… où des bus venaient jusque 20h !! La plupart du temps, ces bus ne s’attardent pas, et il suffit de s’éloigner un peu du principal point d’intérêt pour être plus tranquille… mais ça enlève quand même encore une fois une petite partie du charme à l’Islande.

Ce qui n’a pas changé en Islande…

Pourtant, malgré tout ça, il y a de nombreuses choses qui sont restées intactes en Islande… et je pense que c’est important de le souligner.

champ-de-lave-eldhraun

J’ai rencontré des Islandais en Islande. C’est sûrement le mode road-trip qui veut ça, mais je n’ai pas eu l’impression de ne croiser que des étrangers. C’est peut-être aussi car nous avons fréquenté pas mal de lieux « locaux » : les supermarchés « Bonus » et « Kronan » en dehors de Reykjavík (j’ai même eu l’honneur de me faire insulter par un islandais trop pressé pour apprécier ma joie de vivre dans les rayons) (j’ai pas compris ce qu’il a dit mais ça ne sonnait pas comme « oh une française, génial » ^^) ; des petits cafés par-ci, par-là, nous avons aussi dormi en guesthouse et on s’est paumés dans un village pour rien (j’ai pu exercer ma prononciation sur les quelques mots d’islandais que je connais)… Alors, oui, si vous restez à Reykjavík, vous risquez d’être moins dépaysé, mais en dehors, les islandais résistent ! Je pense toutefois que certains en ont marre de voir des gens sur leur propriété, j’ai ainsi vu à Nupsstadùr une barrière « propriété privée » récemment posée, sûrement à cause de l’affluence de gens venus photographier les petites maisons avec herbe sur le toit.

cheval-islande

Les magnifiques paysages islandais sont toujours là. Et eux aussi, ils résistent (et ils prouvent qu’ils existent) (pardon). Pour l’instant, il y a toujours très peu de panneaux publicitaires en dehors de Reykjavík (on a du en voir 3 sur 5 jours),  il n’y a pas de vendeurs à la sauvette, et une fois que vous avez passé l’entrée d’un site, il n’y a en général rien qui a changé depuis 2012 (si ce n’est quelques aménagements pour préserver le paysage). Je n’ai pas été déçue par mon voyage, bien au contraire. Ici aussi, le mode road-trip est avantageux car il permet de faire des détours et de s’éloigner des grosses artères touristiques.

Alors, est-ce que je reviendrai pour un road-trip en Islande ?

Oui, j’aime toujours l’Islande et j’y reviendrai. En revenant, je ne cherchais pas une expérience en mode « no man’s land » et c’est peut-être pour ça que j’arrive à relativiser sur le tourisme (si c’est ce que vous cherchez, ça va devenir de plus en plus difficile). J’ai quelque chose de sentimental avec l’Islande, et je crois qu’il en faudra beaucoup plus pour que ce pays puisse me décevoir… mais je trouve ça quand même triste d’avoir un peu l’impression d’assister à un certain « déclin » de l’Islande. A chaque grosse nouvelle liée au tourisme, chaque gros aménagement, c’est comme si on voyait s’éloigner un peu plus l’image d’une Islande préservée. Une partie de moi a bien sûr envie de se scandaliser et de protester, l’autre sait que la décision ne nous appartient pas et qu’il faut sûrement déjà commencer à faire le deuil de l’Islande en tant qu’île « inaccessible ».

chevaux-islandais

Le voyage est passé beaucoup trop vite, 5 jours à peine de road-trip, c’est passé à toute vitesse et c’était étrange de revenir en France à peine partis. J’ai adoré redécouvrir l’Islande, en voir davantage, et la prochaine fois, j’aimerais beaucoup revenir en Islande pour découvrir enfin le Nord. En tout cas, j’ai hâte de vous emmener dans mon voyage avec de nouveaux articles… 🙂

Carnet de route Islande – Les articles sur mon road trip d’une semaine en Islande