Browsing Category

J’ai envie de…

Citytrips en France et Europe, Destinations, J'ai envie de..., Voyager sans voiture

Un pied à Amsterdam : 24 heures de douceur

Amsterdam, depuis le temps que j’entendais parler de toi… Tu n’étais pas si éloignée de moi pourtant, à peine quelques heures en train, mais la rencontre ne s’était jamais produite. Jusqu’à ce mois de novembre, le temps de 24 heures… Le temps d’un premier contact, de premières impressions qui se confirment, juste assez pour me dire que je reviendrai te visiter, aux beaux jours, pour plus de douceur.

Visiter Amsterdam à pied

A la base, je devais rester à Amsterdam 3 jours, qui se sont finalement transformés en 24 heures, avec une arrivée le jeudi vers 16 heures et un retour le vendredi à 14 heures. Autant dire que je savais que ce séjour serait express, mais ça ne me dérangeait pas. C’est ce qui est bien quand on se rend dans une destination facile d’accès et pas « si chère », on ne se fait pas un drame d’une première visite écourtée car on sait qu’on pourra y revenir. J’avais donc décidé de me laisser un peu porter par ma visite… et accessoirement par The Flying Dutchwoman que je rejoignais dès mon arrivée et que je remercie pour m’avoir fait autant vadrouiller pendant ces deux jours 😀

D’Amsterdam, j’ai vu les canaux, les petites rues, les vélos, les cours secrètes, les péniches, les coffee shops, les vitrines rougeoyantes de ce quartier tout aussi ardent, les passants pressés de pouvoir entrer dans la maison d’Anne Franck, les touristes, les locaux, les gens qui achètent du cannabis, les fumeurs de cannabis…

Des quartiers d’Amsterdam, j’ai rapidement vu De Pijp, celui des « 9 straatjes » et ses magasins, le quartier rouge à voir pour l’ambiance et le « folklore ». Nous nous sommes surtout attardées le long des canaux et dans le Jordaan dont la popularité grandit au fil des articles sur les réseaux sociaux. Un quartier tranquille, pour découvrir Amsterdam tout en douceur, sans se bousculer.

D’Amsterdam, j’ai peu consommé, mais j’ai quand même eu le temps de m’émerveiller devant le cinéma rétro « The Movies », et de faire une pause gourmande chez Toki et Vinnie’s avec The Flying Dutchwoman dont je vous recommande les cityguides sur Amsterdam.

De ce que je n’ai pas vu à Amsterdam, il y a le fameux quartier des musées, le grand « I Amsterdam » devant lequel j’aurais aimé me prendre en photo, les parcs immenses… mais est-ce vraiment si grave pour un premier contact ? (Non)

Alors pourquoi vous en parler quand même, moi qui préfère souvent les articles bien complets ? Peut-être pour vous donner un aperçu d’Amsterdam, un début de réponse à tous ceux qui se demandent si Amsterdam vaut le détour. Pour ma part, je dirais oui, bien sûr, pour les ruelles à n’en plus finir, tout ce qu’il y a à voir et tout ce que j’aurais pu voir. J’y reviendrai je pense, mais aux beaux jours, pour profiter comme il faut des canaux et de ma visite.

Où dormir dans une péniche à Amsterdam ?

Si vous passez une nuit à Amsterdam, il est simple de trouver une péniche dans laquelle dormir pour un tarif autour de 50 euros la petite cabine pour deux personnes. Même si le cadre est souvent rustique, c’est l’occasion de tester un hébergement insolite à Amsterdam à moindre prix, à proximité de la gare ou de nombreux lieux d’intérêt.

  • Mon avis sur le Anna Maria II à Amsterdam

J’avais envie de passer une nuit en péniche à Amsterdam, j’ai donc regardé sur Booking les offres présentes. Niveau prix, ça se joue à quelques euros près, autour de 50 euros, avec petit-déjeuner compris. Pour faire mon choix, je me suis surtout décidée à partir des avis de consommateurs et c’est comme ça que j’ai opté pour le Anna Maria II à Amsterdam, non loin de la gare. Sur place, c’est un peu rustique et surtout exiguë, mais c’est à la hauteur de ce qu’on attend. C’est propre, inhabituel, les autres hôtes étaient respectueux. Petit bémol pour les prises, seulement présentes dans la salle commune qui sert aussi pour le petit-déjeuner.

Pour ma part, j’ai aimé cette expérience, mais je crois que je ne recommencerais pas car je me suis fait mal aux vertèbres à cause du peu de place dans le lit. Je bouge souvent la nuit, et je pense que je me suis cognée en dormant, bref, je m’en suis sortie avec un bon mal de nuque pendant deux jours. Je recommande tout de même le Anna Maria II car sans ça, ça ne m’aurait pas gênée même s’il y a peu de place, on est pas dans un paquebot, c’est normal 😉

Comment aller à Amsterdam sans voiture ?

 

Pour voyager à Amsterdam sans voiture, c’est assez simple ! A l’aller, j’ai pris le bus depuis Lille jusque Amsterdam avec la compagnie Flixbus, pour un prix plus que raisonnable de quelques dizaines d’euros. Le trajet est de quelques heures, on part de Lille Europe et on arrive à la gare de Sloterdijk. De là, vous devez prendre un ticket sur une borne jaune et vous pouvez prendre le premier train qui va vers le « Centrum ».

Pour le retour, j’ai pris un Thalys, plus cher mais plus rapide et confort, comme je n’étais là que 24 heures. Ici, le Thalys partait de la gare centrale pour la gare de Lille Europe. De manière générale, Amsterdam est facilement visitable en transports et sur place, c’est le règne du tout-vélo, c’est donc une destination 100% #TeamSansVoiture.

 

Et vous, Amsterdam, vous avez adoré / detesté / pas encore visité mais ça ne saurait tarder ?

Citytrips en France et Europe, Destinations, J'ai envie de..., Visiter Reykjavík, Voyager en Islande, Voyager sans voiture

Mange, sors, dors : que faire à Reykjavík ?

Reykjavík, alias « la baie des fumées », capitale islandaise souvent négligée, et pourtant quelle beauté ! Si vous vous demandez si Reykjavík vaut le coup de s’y attarder, alors la réponse est OUI. Oui, parce que Reykjavík est une ville haute en couleurs, vivante, et qu’on y trouve beaucoup de choses à faire à voir… Mais surtout oui, parce que la ville est un dépaysement à elle toute seule, reflet du mélange de froid et de chaud que l’on ressent à chaque instant lorsqu’on visite l’Islande.

Le centre-ville de Reykjavík est idéal pour une visite à pied

Que faire à Reykjavík ?

  • Se promener au Vieux-Port, et admirer la Harpa et le Drakkar

Une visite du port s’impose 

C’est drôle, mais à chaque voyage à Reykjavík, j’ai commencé par découvrir la ville côté mer. En même temps, il y a de nombreuses places pour se garer facilement à Reykjavík et plusieurs parkings à proximité de la Harpa 😉 Je me rappelle encore ma première découverte de la ville, c’était jour de grève parmi les pêcheurs, et régulièrement sur le port, les cornes et autres signaux sonores retentissaient dans toute leur lourdeur depuis les navires. Je crois que pour la plupart des gens présents, tout ça faisait un énorme vacarme, mais moi, j’avais juste trouvé ça beau et étonnamment « musical » comme son.

Le Drakkar de Reykjavik, emblème de la ville

La Harpa, à voir de nuit avec ses lumières

Vous le comprenez, le vieux-port, je l’adore, mais aussi tout ce qui l’entoure, avec la modernité de la Harpa qui brille de mille feux la nuit, le Drakkar et son design moderne…

  • Découvrir la Hallgrimskirkja, l’emblème de la ville

Si vous faites du shopping à Reykjavik, vous la verrez de loin, la fameuse église luthérienne et surtout sa plus grande église. La première fois que je suis allée en Islande, j’avoue, je n’y ai fait qu’un bref passage devant. La seconde fois en 2016, nous avons pris le temps d’entrer et j’ai aimé son design épuré, même si je n’ai pas eu un coup de cœur comme j’en ai parfois dans les églises.

La fameuse Hallgrimskirkja se voit de loin

L’intérieur de la Hallgrimskirkja se visite aussi

Bon à savoir : l’entrée de la Hallgrimskirkja est gratuite mais vous pouvez monter en ascenseur tout en haut pour avoir une superbe vue panoramique de Reykjavík, pour quelques euros. De même, je vous recommande d’y passer le soir pour voir le vitrail de la façade illuminé, c’est carrément classe.

  • Faire du shopping dans la rue commerçante Laugavegur 

Faire du shopping à Laugavegur et autour

Pour faire du shopping à Reykjavík, Laugavegur et les rues adjacentes sont idéales ! Moi-même, je ne suis pas très « shopping à gogo », je préfère les petites découvertes et enseignes discrètes, mais à Laugavegur, vous trouverez un melting-pot de tout. Plein de touristes, des islandais, des offices de tourisme et organisateurs d’excursions, des boutiques de petits créateurs, des grandes boutiques à souvenirs… surtout de la couleur, beaucoup de couleurs, sur les vitrines, les trottoirs, partout.

De belles boutiques décorées dans les rues !

  • Se détendre au lac Tjörnin 

Si vous avez envie de vous éloigner de la foule, je vous recommande le lac Tjörnin qui est à 5/10 minutes du centre-ville. Simple, ce lac est agréable, mais c’est surtout les quartiers résidentiels tout autour qui sont très chouettes à voir pour s’imprégner encore plus de la culture islandaise. C’est aussi dans ce coin que vous trouverez le vieux-cimetière de Reykjavík.

Un autre coin pour se détendre, c’est du côté du Dôme du Perlan, où vous pourrez retrouver un restaurant tournant, une vue panoramique, et même un geyser artificiel !

  • Se baigner dans l’une des piscines thermales de la ville

Visit Reykjavík / Ragnar Th Sigurdsson

L’Islande est connue pour ses sources chaudes, Reykjavík pour ses piscines thermales ! Si vous avez un peu de temps, n’hésitez-pas à faire un tour depuis la très connue Laugardalslaug avec ses hot pots, ses grandes piscines chauffées, elle est très chouette et on y trouve aussi bien des locaux que des touristes. Elle coûte une dizaine d’euros, tout de même, c’est à noter. J’avais aussi testé la piscine de Sundhöllin avec deux hot pools sur le toit et c’était superbe 🙂 Si vous voulez connaître toutes les piscines de la ville, je vous recommande mon article pour savoir où se baigner à Reykjavík.

  • Où voir du street-art à Reykjavik ?

Street art à Laugavegur

Vous l’aurez remarqué, à Reykjavík, il n’y a pas besoin de chercher le street-art… il est partout dans la ville ! On tombe sur plein d’œuvres en se promenant dans la ville, surtout autour des rues commerçantes, mais aussi dans les parkings, les parcs… On retrouve aussi des installations particulières comme la grille des gants perdus, sur lesquelles vous retrouverez des « single gloves » égarés dans la ville. Vous pouvez aussi retrouver une carte du street art à Reykjavik ici.

  • Quels sont les musées à visiter à Reykjavík ?

Quels musées visiter à Reykjavík ? – Visit Reykjavík / Ragnar Th Sigurdsson

Voici un aperçu des musées à visiter dans la capitale :

  1. Le musée du Phallus, un musée unique en Islande et fun à voir au moins une fois (spoiler : le pénis de l’homme est le + beau^^)
  2. Le musée national d’Islande, pour découvrir l’histoire du pays
  3. Le musée maritime viking, qui retrace l’histoire maritime de l’Islande
  4. Le Saga Museum, avec des personnages grandeur nature, pour réveiller votre côté vikiiiing !
  5. Les musées d’art de Asmundarsafn, Hafnarhus et Kjarvalsstadir
  6. The Icelandic Punk Museum, qui date de 2016, pour le punk qui sommeille en vous !
  7. Le Musée Einar Jonsson et son parc
  8. L’exposition Reykjavík 871 +/- 2, qui reprend les fondations d’une ferme viking pour retranscrire le cadre de vie de l’époque
  9. Le musée de la photographie, pour les passionnés que vous êtes
  10. Le musée des baleines « Whales of Iceland », pour voir des modèles représentés en taille réelle
  11. Le musée Árbær, un peu en dehors du centre-ville, qui recrée un village islandais typique
  12. The Nordic House, aussi un peu en dehors du centre-ville

 

Visit Reykjavík / Ragnar Th Sigurdsson

Où manger à Reykjavík ?

Pour manger pas cher à Reykjavík, vous pourrez trouver votre bonheur dans le quartier 101, alias le centre-ville, et les rues commerçantes. Restaurant à burgers, Fish & Chips, pizzas, sushis… peu d’enseignes internationales, mais il y a du choix ! Pour des restaurants plus luxueux, c’est au Vieux-Port que vous trouverez de beaux restaurants avec des plats typiques.

Le Sea Baron, sur les quais

  • Le restaurant Sea  Baron

Au Vieux-Port, on découvre les saveurs de la mer…  L’un des meilleurs restaurants de poissons à Reykjavík reste le « Sea Baron » (« Saegreifinn »), son cadre rustique et ses brochettes de poissons à tomber. Attention, il faut compter quasiment 10 euros par brochette, et au moins 2/3 brochettes pour être bien rassasié, ça reste un budget

  • Le Reykjavík Fish Restaurant

Le Restaurant Fish & Chips

Tout à côté du port, plus abordable, le Reykjavik Fish Restaurant propose de délicieux fish & chips, et même le fameux requin faisandé ! Je ne suis pas très fan de la déco’ « abat-jours poissons », mais on a bien mangé sur place.

  • Le Bæjarins beztu pylsur

Un petit creux ? Elu le meilleur hot-dog d’Europe, il faut découvrir le hot-dog original de Bæjarins beztu pylsur (traduire : meilleurs hots-dogs de la ville, tout simplement). Bon, clairement, on a testé, il y a toujours un monde de fou… et le hot-dog n’est pas foufou. Enfin, il est bon oui, c’était chouette de le gouter, mais je ne referai pas 20 minutes de queue pour en manger un de nouveau.

  • Le marché aux puces 

Le marché aux puces de la ville, avec un snack pour les locaux

Enfin, si vous passez le week-end à Reykjavík, je vous recommande le marché aux puces de Kolaportið, ouvert samedi et dimanche de 11h à 17h. On y trouve bien sûr de tout niveau produits islandais (et même une machine à jeux à gratter !), ainsi que des produits frais de la mer et un snack avec des sandwichs et gâteaux à très bon rapport qualité-prix.

  • The Lebowski Bar

Décoration atypique au bar Lebowski

Une ambiance très vintage et USA au bar Lebowski ! On y a mangé un bon burger et surtout, on a bien profité de l’ambiance du pub 🙂 Je recommande rien que pour profiter de la déco’ et les desserts / cocktails avaient l’air délicieux.

 

Où faire du shopping à Reykjavík ?

Une boutique de produits de créateurs islandais avec plein de choses mignonnes (et même des cartes humoristiques qui nous ont valu un méga fou rire devant la vendeuse)

Foa, boutique de créateurs

  • Icewear Magasín, Austurstræti

LE magasin de souvenirs islandais par excellence, avec beaucoup de cachet car il est situé dans une ancienne banque dont le magasin a conservé du mobilier. Niveau prix aussi, c’est là que j’ai trouvé du sel de lave au prix le plus intéressant donc je recommande 🙂

Icewear Magasin, pour les souvenirs

  • Litla Jolabudin (Laugavegur) et Jólahúsið (Hafnarstraeti)

Deux boutiques de décorations de Noël ouvertes toute l’année ! Vous pourrez notamment trouver des boules de Noël vraiment jolies à Litla Jolabudin sur lesquelles j’ai eu envie de craquer.

  • Bonus & Kronan : les supermarchés pas chers en Islande

Si vous avez des courses d’ordre alimentaire à faire, ce sont ces deux enseignes qu’il faut choisir ! Le petit plus, c’est que c’est aussi LE top pour ne croiser que des islandais, pour ceux qui trouvent qu’il y a trop de touristes en Islande 😉

Quel souvenir ramener d’Islande ?

Quel cadeau ramener d’Islande ?

Bien sûr, il y a des cadeaux typiques à ramener d’Islande : le pull en laine islandaise, du poisson séché, de la vodka islandaise, un cadeau de créateur, mais ils peuvent être coûteux… Pour un bon rapport qualité-durée-prix, je vous conseille le « Lava Salt » de la marque Saltverk, un sel noir au goût délicatement fumé, vous en trouverez avec de nombreuses déclinaisons dans une multitude de boutiques souvenirs.

N’achetez pas ces savons, ils sentent bons dans l’emballage mais rien du tout sur la peau !

Où sortir et dormir à Reykjavík ?

Où sortir à Reykjavík ?

Voici quelques adresses pour sortir et dormir dans la ville :

  1. Le Bus Hostel, en dehors de la ville, cette auberge abrite le dernier Mac Donalds vendu en Islande
  2. Le KEX Hostel, une ancienne biscuiterie au style très vintage, l’ambiance y était vraiment sympa
  3. Le Kiki / Bravo : bars branchés de la ville, accessoiremment gay-friendly
  4. Ne pas hésiter à passer par AirBnb, c’est comme ça qu’on a pu dormir dans un chalet avec jacuzzi à 20 minutes

De manière générale, la vie nocturne de la capitale est réputée pour être agitée ! Mais elle ne commence qu’après minuit, tout comme les accès à certaines boites deviennent justement payants après minuit. C’est un aspect de la vie islandaise que je n’ai pas encore pu beaucoup tester par moi-même, un jour peut-être 😉

Que faire autour de Reykjavik ?

  1. Visiter l’île de Viðey au large de la capitale
  2. Se baigner dans la source chaude de Hveragerði
  3. Se baigner dans les eaux turquoise du Blue Lagoon
  4. Rouler le long de la péninsule de Reykjanes
  5. Découvrir Krysuvik et la zone géothermique de Seltun
  6. Rouler dans les champs de lave autour de Keflavik
  7. Découvrir les merveilles du Cercle d’Or
  8. Voir les paysages sublimes (et les phoques !) de la péninsule de Snaefellsness
  9. Observer les aurores boréales en hiver quand le ciel est dégagé et le KP suffisant

Voilà, ce cityguide pour Reykjavík se termine enfin et il m’aura pris de nombreuses heures 🙂 Il faut dire que j’avais envie de faire les choses bien et de permettre à tous ceux qui prévoient un ou plusieurs jours à Reykjavík de trouver un maximum d’informations avec cet article ! Si vous avez des questions pour préparer votre voyage, n’hésitez-pas 😉

 Comment aller à Reykjavík sans voiture ?

Reykjavík est une capitale facilement accessible sans voiture ! Il existe en effet des navettes Flybus qui partent depuis l’aéroport de Keflavik, le trajet est de 45 minutes. Vous pouvez aussi envisager le stop car de nombreuses personnes prennent leur voiture de location à l’aéroport !

Pour voir d’autres destinations #TeamSansVoiture, c’est ici, et pour nous rejoindre sur Facebook, c’est ici.

Citytrips en France et Europe, Destinations, J'ai envie de..., Voyager sans voiture

Visiter Vérone à pied : une ode à la « dolce vita »…

Vous êtes à Vérone, la belleuh Véroooonne ! Puisque c’est la Saint-Valentin, je me suis dit que c’était le bon moment pour vous parler de mon week-end à Vérone l’an dernier. Car oui, cette ville concentre une partie de son tourisme autour des fameux amants maudits, Roméo et Juliette, mais c’est aussi une chouette destination à faire sans voiture pour profiter de la « dolce vita » à l’italienne…

Visiter Vérone à pied, façon Roméo et Juliette

Forcément, si je dois vous parler de Vérone, je vais vous parler théâtre et Roméo & Juliette… sachant qu’en plus, je fais du théâtre en anglais depuis maintenant 3 ans (et que j’en fais depuis que j’ai 10 ans, j’ai même suivi une seconde option théâtre 🙂 ) ! Si vous vous posez la question, non, « Roméo et Juliette » n’est pas inspiré d’une histoire vraie, mais d’une multitude d’œuvres. Vérone n’a donc pas été le théâtre d’une des tragédies les plus « romantiques » de la littérature, mais la trace de « Roméo et Juliette » est partout ici.

giuietta

Le lieu le plus emblématique de Vérone sur le sujet est probablement la Casa Di Giulietta, avec le fameux balcon de la demoiselle ! L’endroit est très touristique et dehors, de nombreux touristes se pressent pour prendre une photo avec la statue de bronze de Juliette, une main (ou les deux…) sur son cœur (ou plutôt sa poitrine…) pour porter bonheur. A l’intérieur, quelques costumes d’époque, l’accès pour aller au balcon, et même une boite aux lettres pour envoyer une lettre à Juliette (mon article sur la réponse de Juliette est ici ^^). Clairement, c’est plutôt joli, mais pas extraordinaire, et ça ne vaut pas le coup d’y revenir.

maison de juliette à vérone balcon de giulietta avis casa di giulietta

Toujours si on imagine que Roméo et Juliette est inspiré d’une histoire vraie qui a eu lieu à Vérone, il y a le tombeau de Juliette au cloître de San Francesco al Corso. Pour y accéder, il faut obligatoirement passer par un musée de fresques, plutôt intéressant, mais pas exceptionnel. Le tombeau, quant à lui, a été une déception, en plus la tombe de Juliette est excentrée, on a du pas mal marcher, clairement c’était un détour inutile que je ne conseille pas, même si le lieu a l’avantage d’être tranquille et peu touristique.

tombe de juliette

Autre déception, la Casa Di Romeo ( Via Arche Scaligere) qui n’est rien d’autre qu’une façade car la demeure a été achetée par un particulier… Enfin, si vous avez envie d’en savoir plus sur l’héritage du théâtre à Vérone, il y a les vestiges du théâtre romain à Vérone qui avaient l’air sublimes (mais le site était fermé pour rénovation) et bien sûr, les fameuses arènes de Vérone à l’intérieur desquelles il y a de nombreux concerts, opéras et spectacles ! Ici aussi, pas de chance, un concert nous empêchait de les visiter, mais en tout cas, elles ont fière allure sur la Piazza Bra !

visite à pied à vérone italie théâtre antique de vérone piazza bra vérone arenes de vérone

Visiter Vérone à pied : bonnes adresses et coups de cœur

week end à vérone

Si vous avez bien lu l’article jusqu’ici, vous aurez peut-être compris que le côté romantique de la ville de Vérone et tout le tapage autour de Roméo et Juliette me laissent une impression mitigée. Oui, c’était incontournable de visiter ces sites à Vérone, mais il y manque souvent l’émotion, l’authenticité. Pourtant, ce week-end à Vérone m’a beaucoup plu, et j’adorerais y retourner pour profiter une nouvelle fois de la « dolce vita » à l’italienne. Car Vérone est une belle ville qui ne manque pas de charme, avec ses belles places, ses ruelles dans lesquelles on aime se perdre, et une architecture qui traverse le temps… et en plus, on y mange tellement bien !

visite vérone à pied

Parmi les lieux à visiter à Vérone, l’un de mes préférés fut le Castelvecchio, qui date du Moyen-âge. Le Castelvecchio de Vérone a été tour à tour résidence, prison, caserne… C’est une vraie forteresse dans laquelle on a adoré se perdre, passer d’escaliers, en ponts, en couloirs… C’est aussi un lieu qui permet de découvrir des œuvres et peintures de grands maîtres vénitiens, avec le musée de Castelvecchio. Une vraie pause dans le temps, qui permet ensuite de faire une ballade au fil de l’eau en passant le pont. Surtout, au passage, prenez une glace chez la Trattoria Al Pompiere qui fait glacier et restaurant, elles étaient carrément pas chères et absolument délicieuses <3

castelvecchio véron musée castelvecchio vérone museo di castelvecchio vérona italie musée de castelvecchio ou manger une glace à vérone

Les piazzas de Vérone ont aussi quelque chose de singulier. La Piazza Bra est dominée par les arènes de Vérone, mais l’une de celles qui a le plus de charme est la Piazza Delle Erbe, place historique avec ses fresques vieillies par les années. Ici, on s’arrête pour profiter de l’ambiance, on prend un « aperitivo » sur l’une des terrasses et on observe le défilé entre touristes et locaux. Parmi les cafés de la Piazza delle Erbe, le caffé Anselmi est fréquenté des locaux et surtout, il propose un buffet de tapas gratuits de 19h à 21h si vous prenez une consommation, mais attention, pour cela il faut vous installer à l’intérieur 🙂 Pour avoir une vue sur toute la ville, n’hésitez-pas à monter tout en haut de la Torre dei Lamberti pour prendre quelques photos.

avis caffé anselmi vérone piazzas à vérone piazza delle erbe vérone fresques piazza delle erbe vérone cityguide vérone vue depuis la tour des lamberti vérone

Toujours si vous avez envie de flâner, mais aussi de manger à Vérone, vous verrez que la ville ne manque d’Osteria, ces restaurants / auberges à l’ambiance conviviale dans lesquels on mange VRAIMENT bien. De notre côté, nous avons mangé à l’Osteria Al Duca situé en partie dans la fameuse « maison de Roméo » (mais vous ne pourrez pas la visiter, juste apercevoir sa cour de la fenêtre à l’étage). L’endroit est décoré de façon originale, avec une décoration italienne qui date du 13ème siècle, entre autres.

osteria al duca vérone

L’endroit est très fréquenté des locaux et on est ressortis de là tellement « gavés », qu’on a à peine pu manger le soir. Pour ma part, j’ai adoré les bigolis et j’ai trouvé que les plats étaient bons sans être exceptionnels non plus, mais à la hauteur de ce qu’on attend de ce genre d’endroit. On aurait aussi aimé tester une Osteria du côté de la Via Sottoriva, qui est vraiment très agréable avec ses nombreuses arches !

Bon à savoir : on mange beaucoup de cheval (« caval ») à Vérone ! Et toutes les cartes n’ont pas forcément de traductions FR sur le sujet, donc n’hésitez-pas à vous renseigner si vous hésitez sur un plat histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise.

Enfin, bien sûr, l’Italie est connue pour son shopping… Je n’en ai pratiquement pas fait de mon côté, mais vous pourrez trouver votre bonheur du côté de la Via Mazzini qui part des arènes et des rues adjacentes. Au passage, si vous voulez prendre un goûter, nous nous sommes régalés à la Pasticceria Flego Via Stella, dans laquelle j’ai entre autres pris une patisserie Roméo <3

Vous l’aurez compris, finalement, mon week-end à Vérone, c’était un beau citytrip à faire en Europe et j’aimerais beaucoup y retourner ! Avec l’ami qui m’accompagnait, on en a reparlé il y a quelques jours et on s’est surpris à ressentir beaucoup de nostalgie en repensant à la douceur des températures, à l’ambiance très slow travel sur les lieux, qui invite à s’attarder et à savourer <3

Et si vous préparez un week-end à Vérone, je prévois de publier plus tard un vrai foodguide pour bien manger à Vérone 😉 N’hésitez-pas à me dire tout de suite si ça vous intéresse !

Visiter Vérone avec la Vérona Card

Pour visiter Vérone, nous avons décidé d’opter pour la Vérona Card afin de pouvoir faire un maximum de visites tout en économisant. La Verona Card coûte 18 euros pour 24 heures et 22 euros pour 48 heures. On peut l’acheter à l’office de tourisme, dans les lieux gratuits avec la Verona Card, et dans les tabacs de la ville.

Avec la Vérona Card, vous aurez les transports en bus gratuits et l’entrée à différents monuments et lieux d’intérêt à voir à Vérone : les Arènes de Vérone, la Tour des Lamberti (qui permet de voir Vérone en hauteur), la maison de Juliette, la Tombe de Juliette et le musée des fresques, le théâtre romain, le Castelvecchio, le Musée d’Histoire Naturelle, le Duomo, les églises de Sant’Anastasia / la basilique de San Zeno… Clairement, la Vérona Card est vite rentabilisée pour un week-end à Vérone, même sans se presser.

Bon à savoir : l’entrée est gratuite pour les moins de 7 ans dans les monuments et musées. Toutes les infos sont ici.

Comment aller à Vérone sans voiture ?

Blog voyager sans voitureJ’ai eu la chance de gagner un week-end à Vérone lors d’un jeu organisé sur Twitter par Liligo, avec le transport et l’hébergement compris. Je peux donc vous le confirmer, Vérone peut parfaitement se visiter sans voiture. Pour aller à Vérone sans voiture, vous pouvez prendre un vol depuis Paris ORLY avec Transavia. Pour aller à Paris ORLY, qui est l’aéroport que j’aime le moins de Paris je pense (comme beaucoup de gens), vous devrez prendre soit le RER B et la navette ORLYVAL (environ 12 euros), soit le RER C (environ 6 euros), soit le tramway T7 ou même le fameux ORLYBus entre Denfert-Rochereau et Paris ORLY pour environ 8 euros et 10/15 minutes. 

Ensuite, direction Véroooone, en 1h30, vous y êtes depuis Paris avec Transavia ! Notre vol Transavia s’est passé sans encombres, on a même survolé au passage les grands lacs d’Italie qui ont su me faire rêver de tout là-haut, ça a l’air splendide. Arrivés à l’aéroport de Vérone, il est facile de trouver le bus qui vous emmène à la station de train de Porta Nuova (c’est de cette station que vous pourrez aller facilement en train au lac de Garde pour information). L’Aérobus de Vérone est accessible avec un ticket à 6 euros il me semble, et il y en a toutes les 20 minutes. 

Enfin, sur place, il n’y a pas Uber, mais il y a les bus ATV, si vous avez besoin de sortir du centre-ville. Attention, si voulez profiter de Vérone sans voiture au maximum, je vous recommande de choisir un hôtel dans le centre-ville. En effet, nous n’étions qu’à une dizaine de minutes en bus du centre… mais les bus ne circulaient plus après 21h (environ) et la banlieue de Vérone n’est PAS DU TOUT piéton-friendly. Pour notre part, nous avons dormi à l’hôtel Corte Ongaro, qui a l’avantage de proposer un jacuzzi en terrasse et un petit-déjeuner plus que correct, même si la chambre que nous avions eu avait une décoration malheureusement vieillissante par rapport au reste de l’hôtel au style très design.

Bonnes adresses hôtel / resto, J'ai envie de...

Direction le Périgord, paradis des épicuriens…

Un séjour dans le Périgord, c’est un séjour qui éveille les sens… On en prend plein les yeux, mais aussi plein l’estomac ! La gastronomie ici semble illimitée, à chaque restaurant, je me disais « Allez, je vais être raisonnable, je vais faire léger »… et je craquais devant un plat tout-sauf-léger, mais tellement délicieux. Forcément, pour le RDV #EnFranceAussi du mois proposé par Sylvie du blog Le Coin des Voyageurs et  Paul du blog Petits voyageurs sur le thème « Les bonnes tables », j’ai tout de suite pensé à vous parler de la gastronomie dans le Périgord (alias nouvellement Dordogne), avec au passage mes bonnes adresses pour bien manger dans la région.

que voir dans le périgord

Parlons bien, parlons vin (de Bergerac) !

Avant toute chose, parlons du vin dans le Périgord, une véritable institution. Une histoire qui remonte à l’époque romaine, plus d’une dizaine de milliers d’hectares pour les vins de Bergerac, des vignobles renommés… C’est véritablement dans le Périgord, lorsque j’ai goûté pour la première fois au Monbazillac, un vin liquoreux, que j’ai commencé à aimer le vin, que je boudais jusqu’alors. J’avais à l’époque mangé dans le château de Monbazillac, un très beau domaine que je vous conseille de visiter lors de votre voyage.

visiter le chateau de monbazillac chateau monbazillac

  • La Maison des Vins, Bergerac (1 rue des Récollets)

avis maison des vins bergerac

J’ai particulièrement apprécié ma première étape du voyage, à la Maison des Vins à Bergerac, ma première bonne adresse de cet article. J’ai en effet pu déguster différentes sortes de vins, des rouges aux blancs, du plus amer au plus sucré… J’ai par exemple confirmé ma préférence pour le blanc moelleux voire liquoreux, tout en découvrant que je me lassais vite du vin blanc sec. J’ai de nouveau aimé le Monbazillac, mais j’ai encore plus aimé le Saussignac et le Rosette (dont j’ai acheté une bouteille de chaque), moins sucrés et plus « riches ».

dégustation maison des vins bergerac

J’ai un peu du mal à vous transmettre combien j’ai apprécié cette découverte, mais justement, c’est parce que je pense que la découverte du vin est une affaire personnelle. Oui, je pourrais vous parler grands crus, mais je ne suis pas spécialiste. Je pourrais vous détailler les saveurs de chaque vin goûté, mais vous n’auriez sûrement pas le même avis. C’est pour ça que je vous conseille de commencer votre visite dans le Périgord par une bonne dégustation de vins, pour mieux les appréhender et « éduquer votre palais » comme on dit 😉

ou acheter du vin à bergerac dégustation vin bergerac vin saussignac bergerac vin rosette bergerac

  • Restaurant L’empreinte, Bergerac (12 rue du Colonel de Chadois)

avis restaurant l'empreinte bergerac

Après cette soirée bien commencée (oui, parce qu’après la dégustation de 7/8 vins… inutile de vous faire un dessin^^) et une rencontre avec Cyrano de Bergerac dans les rues de la ville, nous nous sommes dirigés vers le restaurant L’empreinte. Le cadre était à la fois sobre et original, avec un petit côté « retour vers l’enfance », dans le décor et la présentation des plats. C’est une bonne adresse pour bien manger à Bergerac pour une vingtaine d’euros le menu, les plats sont bons, c’est de la cuisine française et c’est carrément bien présenté.

restaurant l'empreinte bergerac ou manger à bergerac

Fini le bla-bla, à nous les bons petits plats (à Sarlat)

La deuxième journée de mon voyage dans le Périgord, je la passerai dans le Périgord Noir… et ça tombe bien ! Lors de ma première venue il y a quelques années, c’est une région qui m’avait éblouie, mais dans laquelle je n’avais fait que passer. Cette fois-ci, j’ai d’abord pu découvrir Sarlat – dont je vous parlerai dans un article-dédié – la capitale du Périgord Noir, son marché, son style médiéval qui lui a amené de nombreux tournages cinéma (dont Jeanne d’Arc)… Au passage, j’ai participé au festival du film de Sarlat, lors duquel j’ai pu voir en avant-première le film « The fits » (si vous l’avez vu, il faut qu’on cause car c’était assez particulier… ).

visiter sarlat visiter sarlat à pied

  • L’hôtel-restaurant La Couleuvrine, Sarlat (1, place de la Bouquérie)

Situé dans une tour de l’ancien rempart de Sarlat, le restaurant La Couleuvrine est un lieu agréable, avec beaucoup de pierres, de la lumière… C’est là que j’ai continué ma découverte de la gastronomie périgourdine ! Ce que j’ai aimé à La Couleuvrine et dans le Périgord, c’est ce mélange de saveurs, beaucoup de sucré-salé, ce que j’aime déguster par dessus tout. A chaque restaurant testé, il y avait toujours des surprises, des plats audacieux, une envie de tout tester, comme mon œuf mollet au maroilles (Ch’nord power !), ou encore le filet de dorade aux noisettes (délicieux) et la Pomme Granny croquante avec mousse en dessert. Ici, le menu entrée, plat, dessert est à 30 euros, et il vaut son prix (tout en n’étant pas trop lourd pour l’estomac et c’est un bon point).

restaurant la couleuvrine à sarlat

ou manger à sarlat

 

Mon restaurant préféré, c’est Le Moulin de Surier (Beaumont-du-Périgord)

restaurant le moulin de surier

Pour tout vous dire, quand je suis arrivée au Moulin de Surier, je voulais (encore) manger léger et je commençais déjà à avoir un bel aperçu de la cuisine du coin (et mon estomac un peu trop aussi^^). Sauf que… devant le menu, on ne savait pas quoi choisir. Tellement de bons petits plats. Le chef, Christian Borini, décide de nous préparer un menu « dégustation » avec plein de petits plats… et comment dire, juste, une, tuerie ! Christian Borini a fait ses armes en tant que cuisinier en Argentine et en Espagne, et on ressent ces influences dans ses plats, de la couleur, des saveurs, de la finesse, un peu d’exotisme… Chaque nouveau plat nous en mettait plein les papilles ! Si on me demandait où manger dans le Périgord, c’est cet endroit que je conseillerais. D’autant plus qu’il fait aussi camping / cabane dans les arbres et que le domaine est très beau 🙂

avis restaurant le moulin du surier ou manger dans le périgord bergerac

le moulin du surier beaumont périgord

Et la truffe du Périgord alors ?

  • La Ferme de Cor, Saint-Avit-Senieur

Comment, vous parler gastronomie du Périgord sans parler truffe ? Car oui, j’ai déjà pu goûter la truffe du Périgord à plusieurs reprises, et j’avais adoré cette saveur. Bonne surprise, parmi toute cette orgie de bouffe (oui, c’est définitivement le terme approprié), un passage toute en finesse dans la Ferme de Cor Noix m’a donnée l’occasion… de voir un chien truffier en plein entraînement ! Le propriétaire a en effet un jeune truffier en plein dressage, et c’était très drôle et impressionnant de le voir s’agiter pour repérer le leurre bien enterré.

vente safran périgord vente safran dordogne ferme truffe périgprd

Au passage, nous avons pris un petit goûter avec une crème dessert au safran. Le safran, je connaissais bien sûr en tant qu’épice, mais je ne savais pas à quel point c’était cher. Normal, quand on sait qu’il faut 150 000 fleurs pour faire un kilo de safran ! C’était intéressant d’en savoir plus sur le sujet et si j’avais été meilleure cuisinière, je pense que je lui en aurais pris un flacon 🙂

Vous l’aurez compris, le Périgord est une région parfaite pour les épicuriens et tous ceux qui aiment découvrir de nouvelles saveurs !Tous les voyages se vivent en partie au travers de la gastronomie du coin, mais ici encore plus… Et si vous aussi, vous avez vécu de belles expériences culinaires dans le coin, n’hésitez-pas à les partager en commentaires 🙂

Envie de gagner un guide Périgord Dordogne ? Commentez l’un des articles #EnFranceAussi (le mien par exemple^^) et le statut sur la page #EnFranceAussi 😉 Bonne chance !

Ce séjour a été organisé dans le cadre d’un jeu gagné durant le Salon des Blogueurs de Voyage à Bruxelles