Browsing Category

J’ai envie de…

Citytrips en France et Europe, J'ai envie de...

Escapade #Teamsansvoiture : une journée au marché de Noël d’Aix-la-Chapelle

Novembre – décembre, la période des marchés de Noël… et celle qui signe mon retour parmi vous ici ( car j’ai enfin fini mon nouveau guide voyage sur Lille à paraître en 2019… mais chut, je vous en dirai davantage plus tard 😉 ) ! Aujourd’hui, je vais donc vous parler de ma journée au marché de Noël d’Aix-La-Chapelle (ou Aachen).

Visiter le marché de Noël d’Aachen / Aix-la-Chapelle en une journée

Plus précisément, en quelques heures ! C’est en bus que je suis allée au marché de Noël d’Aachen (ou Aachener Weihnachtsmarkt). Nous arrivions vers 12h et repartions pour 17h30. Avant de venir, nous avions peur que ça ne soit pas assez pour bien profiter, mais en fait, c’était (presque) parfait.

Le marché de noël d’Aix-la-Chapelle se répartit entre le Dom (aka la cathédrale) d’Aachen et le Rathaus (alias l’hôtel de ville) d’Aachen. Entre ces deux bâtiments emblématiques d’Aix-la-Chapelle sont répartis plus d’une centaine de petits chalets, ainsi qu’une estrade pour des spectacles qui ont souvent lieu le soir.

Quoi acheter au marché de noël d’Aix-la-Chapelle ?

On trouve de tout pour faire son shopping au marché de noël d’Aachen : beaucoup de décorations de noël forcément, mais aussi des bijoux, des petits cadeaux, de la nourriture, de l’alcool, de la liqueur, du glühwein (vin chaud)… Bien sûr, les fameux Printen d’Aachen (sorte de pain d’épices) sont présents sur pas mal de stands, mais vous pourrez aussi en acheter chez Moss, une boulangerie présente à plusieurs endroits de la ville.

Clairement, de notre côté, on a surtout acheté de quoi manger et quelques petits souvenirs. Il n’y a pas trop de stands qui se répètent et le fait que les chalets soient dispersés évite l’impression de redondance.
De manière générale, même si certaines artères sont bien fréquentées, on ne s’est pas trop marchés dessus sauf au moment de prendre du vin chaud, là il a fallu carrément héler le serveur. D’ailleurs, pour information, il n’y a pas de gobelets ou tasses jetables. Si vous achetez un vin chaud ou un chocolat chaud, vous paierez d’office en plus un mug réutilisable (supplément de 3 ou 4 euros).

Où manger pour le marché de Noël d’Aix-la-Chapelle ?

Vous cherchez où manger à Aix-la-Chapelle / Aachen ? Bien sûr, sur le marché de Noël, vous trouverez de la wurst (saucisse) à toutes les sauces ! C’est ce qu’on a fait pour manger quelque chose avant de repartir. On s’en sort pour 5 euros en moyenne et ça cale bien, même si ça ne fait pas office de repas.

Pour décider où manger à Aachen le midi, j’avais organisé notre repérage sur Instagram avec le hashtag #aachenfood mais vous pouvez aussi chercher du côté de #aachenfoodhunter #aachengehtessen #aachenfoodies et le compte @aachen.foodguide.

Notre choix s’est porté sur le Café Colette (même si on a hésité avec Leni loves Coffee / Leni liebt Kaffee), un restaurant à quelques pas du marché de Noël. L’endroit est petit, il faut donc penser à réserver via Facebook par exemple, mais c’est très joliment décoré. J’adore le côté « expressions en français » sur le miroir (tarte du citron… adeptes de franponais, vous devriez aimer^^) et un peu kitsch. Du côté des plats, des bagels, salades et tartines. C’était bon et bien présenté, et le prix reste correct, j’en ai eu pour 12 euros pour des tartines et une limonade à la rhubarbe.

Bon plan gourmand : l’usine Lindt d’Aachen

Comme je vous l’ai dit, j’ai fait cette journée dans le cadre d’un voyage organisé en bus depuis Lille jusqu’au marché… et le parking était situé juste à côté de l’usine de chocolats Lindt d’Aix-la-chapelle.
Nous avons donc voulu y faire un tour et nous n’avons pas regretté ! Alors oui, pour les grands amateurs de chocolats, Lindt peut rester une hérésie. Mais pour les autres, vous trouverez sur place pas mal de saveurs que l’on ne trouve pas en France, de la vente en lot (genre 12 euros pour 1kg de chocolats panachés)… Surtout, ce que j’ai aimé, ce sont les nombreuses éditions décorées de boites de chocolat que l’on ne verra jamais en France.

Faut-il aller au marché de Noël d’Aix-la-Chapelle ?

Si vous avez l’occasion, oui ! C’est un marché suffisamment grand pour qu’il soit intéressant, sans l’être trop non plus. En quelques heures, on a pu vraiment profiter des lieux et de l’ambiance sans avoir à courir, même si bien sûr, avec plus de temps, on aurait pu prendre le temps de visiter la cathédrale par exemple, ou d’explorer davantage les rues commerçantes. En somme, nous sommes rentrées (on était un groupe de 4) de notre journée satisfaites, c’était assez de temps pour profiter, et suffisamment chouette pour ne pas regretter le déplacement (même si on ne ressent pas forcément le besoin de revenir).

Plutôt marché de noël d’Aix-la-Chapelle ou Cologne ?

Si vous cherchez le plus beau des deux, c’est celui de Cologne, avec ses différents marchés dans la ville qui ont toutes une ambiance particulière et des décors travaillés (je parlais du marché de Noël de Cologne dans cet article). Revers de la médaille, on piétine vite parmi la foule et il faut un peu courir pour voir les différents villages en une journée. Si vous n’avez que quelques heures, privilégiez celui d’Aix-la-Chapelle, plus petit, mais plus convivial aussi.

 

Avez-vous déjà été au marché de Noël d’Aix-la-Chapelle ? Quels souvenirs en gardez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
J'ai envie de...

Que faire dans le Larzac (à part élever des chèvres) ?

Que faire dans le Larzac ? Déjà, arrêter de dire « dans le Larzac » ! Je vous vois déjà, connaisseurs, prêts à déchaîner votre fureur… et je vous rassure, j’ai bien retenu la leçon. Car oui, on ne dit pas, dans le Larzac, mais sur le Larzac, car le Larzac, c’est un plateau. Et puisqu’on est dans les « petites choses à savoir », si je ne me trompe pas, on devrait parler plutôt d’élever des brebis sur le Larzac, car il y a peu de chèvres sur le plateau.

Et donc, revenons-en à nos brebis : que faire dans sur le Larzac ? Avant, je ne connaissais du Larzac que le nom. Dorénavant, quand vous me direz Larzac, je penserais villages perchés, plaines interminables, randonnées à pied ou à cheval, troupeaux, petits chemins escarpés… Car le Larzac, c’est ça, c’est un petit bout d’ailleurs, entre enfer et paradis. L’hiver y dure, dure. L’été est dur, dur ! Un peu hostile, mais certainement pas désert, je vous emmène ailleurs, tout simplement.

A la découverte du village templier de La Couvertoirade

Premier arrêt au village de La Couvertoirade, l’un des plus beaux villages à voir sur le Larzac. Des murailles du XVème siècle intact, des ruelles qui semblent figées dans le temps, la lavogne empierrée (mare naturelle) en extérieur…

Dès le XIIème siècle, La Couvertoirade est devenu un village templier, et il a connu une certaine prospérité, même si l’exode rural a aujourd’hui fait son oeuvre. Ce que j’ai aimé, c’est son côté préservé et sa tranquillité (spoiler : venez tôt si possible pour vivre l’expérience plus sereinement).

C’est toujours quelque chose qui m’émerveille, de savoir qu’il y a des gens qui habitent toute l’année dans ces villages. Je me demande quelle vie on peut avoir dans ces endroits isolés. Comment ce serait. J’ai des souvenirs de vacances dans des endroits perchés dans le Sud. C’était bien. Basique. On ne s’émerveillait pas du dernier café à la mode, juste de ce que la nature avait à nous offrir de beau et bon. Et c’était déjà pas mal.

A dos de cheval sur le plateau du Larzac

L’itinéraire continue sur les Causses et un paysage plus aride. Nous rencontrons d’abord un berger et son troupeau avec ses chiens de berger. Lors d’une démonstration, nous pouvons voir à quel point leur travail est précis et les chiens concentrés.

L’exercice est d’autant plus plaisant que j’adore ces chiens et que j’aimerais beaucoup en avoir un, si mon mode de vie me le permettait. C’est ensuite vers un autre animal que nous nous tournons car nous partons pour une balade à cheval vers notre repas.

Si vous aimez le cheval, vous serez servis niveau équitation sur le Larzac car il y a de nombreux clubs et de nombreuses pistes. Mon cheval se nommera Pompom, et avec lui, je passerai un moment plutôt serein à part quelques petites glissades. Nous irons ensuite nous ravitailler au domaine de Gaillac.

Je n’aurais pas été contre un peu plus de trot et une sortie plus longue car j’aime monter. Mais… cela restera tranquille et ce n’est peut-être pas plus mal. C’est bête, j’ai beaucoup monté adolescente, j’ai fait de la voltige (debout sur le cheval en marche), du trot, du galop, de la randonnée en hiver… mais maintenant que je suis adulte, il me faut du temps pour être confiante et je n’en mène pas large au début 🙂

Le village perché de Cantobre

Sur le retour, nous apercevrons le village perché de Cantobre depuis la route. Réputé comme l’un des plus beaux villages d’Aveyron, j’ai beaucoup aimé ce village au panorama… vertigineux. C’est vraiment fou, ce relief, et ces maisons comme ça. J’admire ceux qui ont pu construire ça, en s’accommodant du terrain et des moyens.

Voilà, je sais que ce n’est pas exhaustif, mais après tout, je n’ai passé qu’une journée sur le Larzac, dans le cadre du Salon des Blogueurs de Voyage en Aveyron. Ce qui était largement suffisant pour me donner envie de revenir. Merci à l’organisation du Salon et à l’OT du Larzac pour l’organisation et aux copains blogueurs qui ont partagé cette journée avec moi :

Et vous, vous connaissez le coin ?

Rendez-vous sur Hellocoton !
J'ai envie de...

J’ai testé : être touriste dans sa propre ville

C’est bien connu, on néglige souvent sa propre ville ou région au profit de voyages plus dépaysants. Alors comment jouer les touristes dans sa propre ville ? En rejoignant un peu moins d’une dizaine de blogueurs venus de la France entière le temps d’un week-end spécial « En France Aussi » bien sûr ! Du coup, pour vous parler de ce week-end En France Aussi (collectif pour la promotion du voyage en France), j’ai eu envie de m’inspirer de nos activités pour vous donner 5 astuces pour jouer les touristes dans sa propre ville 🙂

Il faut d’ailleurs savoir qu’en cette période de vacances, être touriste dans sa propre ville, ça a un nom : le staycation ! Ce terme désigne les personnes qui restent dans leur ville pour les vacances, et qui  vont donc chercher à explorer ce qui est à proximité pour s’évader. Même si j’ai la bougeotte, je fais souvent du staycation et j’aime beaucoup ça !

– Visiter la grande expo’ du moment : Ola Cuba à Lille

Qui dit tourisme dit visites culturelles ! Si vous voulez vous dépayser le temps de quelques heures, rien de mieux que de découvrir la dernière exposition en date de votre ville. Nous avons ainsi pris plaisir à admirer les œuvres de l’exposition Ola Cuba à la Gare Saint-Sauveur.

J’ai vraiment aimé cette exposition car elle m’a permis de découvrir un Cuba que je ne connaissais pas. Un Cuba dont les belles voitures sont les témoins de la pression subie par les USA. Un Cuba dont l’accès internet est contrôlé. Un Cuba, derrière l’image un peu carte postale que je pouvais en avoir (car je ne m’étais pas forcément renseignée plus que ça), à l’histoire lourde et complexe.

L’exposition Ola Cuba est jusqu’au 2 septembre 2018, profitez-en !

– Faire un tour dans une villa de riche : la villa Cavrois

On aurait pu opter pour une soirée piscine et cocktails chez les Mulliez, mais ça aurait fait désordre. Du coup, avec toute la petite troupe #EnFranceAussi, on a préféré visiter la Villa Cavrois à Croix.

La Villa Cavrois, je vous en parlerai dans un article dédié, mais pour résumer : elle est plus belle que la plus belle de tes maisons de rêve. C’est une merveille d’architecture, mais aussi d’intelligence. Tellement de détails pensés pour un confort maximisé. Tellement d’argent investi pour tout rénover. Passer une matinée dans la Villa Cavrois, c’est se retrouver propulsé entre présent et passé. Touriste de sa propre ville, et de sa propre vie.

Sur l’image en bas à droite, on voit dans quel état était la villa avant rénovation. En somme, il y avait tout à refaire !

– Dormir dans des endroits insolites

Dormir à l’hôtel / dans un hébergement insolite dans sa propre ville, pour quoi faire ? Pour se changer les idées et pouvoir parler en connaissance de cause ! En effet, on me demande souvent des avis d’hôtels où dormir à Lille et il est toujours compliqué de donner son avis sur des hôtels que l’on ne connait que « de nom ». Du coup, pour ce week-end En France Aussi, j’aurais testé deux hébergements insolites à Lille.

– L’auberge de jeunesse Gastama

Cette auberge de jeunesse à Lille, je n’en entends que du bien depuis longtemps et je trouvais ça intéressant de pouvoir tester par moi-même autrement qu’en soirée. J’aime beaucoup ce bar, avec sa bonne ambiance, les différentes nationalités présentes… et je trouvais intéressant de le tester en contexte hébergement.

Mon avis sur le Gastama Hotel à Lille ? Positif, mon colonel ! Le premier plus que j’ai noté pour la partie auberge : on entend pas le bruit de la musique ou des gens dans le bar. Pour avoir dormi plusieurs fois au Christopher’s Inn Gare du Nord, l’endroit est canon, mais la musique tape jusque 2 heures du mat’. Pas ici, dès qu’on passe le sas, c’est tranquille.

La chambre dans laquelle nous avons dormi, une chambre standard privative pour deux, est simple, mais pratique et bien équipée. Il y a aussi des dortoirs entre 4 et 10 lits et certains uniquement pour les femmes, pour des prix dans la moyenne, entre 20 et 30 euros. Enfin, j’ai beaucoup aimé le petit-déjeuner, il faut choisir entre plusieurs formules et j’ai aimé le côté cuisiné. En somme, je recommande si vous cherchez une auberge de jeunesse à Lille.

– Camper sur le toit de la Condition Publique : Yes we camp !

A l’occasion de l’exposition Habitarium, nous avons pu tester un hébergement insolite à Roubaix : nous avons campé sur le toit de la Condition Publique ! Un moment vraiment canon dont on se souviendra. Nous avions les « suites » qui bénéficiaient d’un petit confort (mais pas trop, faut pas déconner), mais il y a plusieurs tentes disponibles, il me semble d’ailleurs que c’est le dernier week-end pour réserver votre nuit.

L’exposition Habitarium à La Condition Publique était aussi très intéressante pour sensibiliser sur la question de l’habitat. Car finalement, ce qui est la base pour beaucoup, avoir un toit, ça ne l’est pas pour tous… Même si l’expo’ est passée, je vous recommande La Condition Publique en général, c’est un lieu de culture alternative dont j’aime beaucoup l’état d’esprit et le quartier est sympa pour voir du street-art à Roubaix !

– Tester le « bistrot » du coin : le Bistrot de Saint So’

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai tendance à manger un peu dans les mêmes lieux, ou à ne tester qu’un certain type d’adresses. Forcément, j’ai parfois certains préjugés sur certains endroits… et c’était le cas pour le Bistrot de Saint-Sauveur.

Pour moi, le bistrot de Saint So », c’est le bistrot plein à craquer pour boire des coups, sympa pour se poser, mais je n’y aurais jamais pensé pour un repas. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir une cuisine inventive, bien présentée et délicieuse ! Une vraie surprise, à tester de nouveau.

– Acheter un guide insolite sur Lille

Dernier petit conseil si vous voulez visiter Lille comme un touriste : achetez un guide de bonnes adresses ! Et pour le coup, c’est l’instant promo’ car je vous présente un guide touristique sur Lille écrit par moi-même et Hélène Blondel : Aimer Lille, 200 bonnes adresses.

Concrètement, ce guide sur Lille, il regroupe aussi bien des incontournables que des adresses plus secrètes. Son but, c’est justement de vous livrer ces petites pépites dans lesquelles on aime aller en tant que lillois, pour leur charme bien particulier. Le Gastama y figure, La Condition Publique aussi d’ailleurs, et bien d’autres lieux à visiter à Lille.

Je vous en parlerai plus tard, mais n’hésitez-pas à le commander en cliquant ici si vous comptez visiter Lille (il est aussi en magasins, librairies, sur Amazon…).

Bêtisier : ces erreurs qu’on peut faire dans sa propre ville

–  Donner une anecdote pas (encore) prouvée sur un lieu

Il paraît que la façade de l’agence Le Lion Immobilier est inspirée du navire du Capitaine Crochet dans Peter Pan. Le problème, c’est que je ne me rappelle plus de qui je tiens cette information et je n’arrive pas à la confirmer. On va dire que je suis presque sûre que c’est vrai. Presque…

Depuis mon arrivée à #Lille en début d’après-midi je tombe un peu plus en amour de l’architecture lilloise à chaque façade … et quand la nuit est tombée et que la ville s’est allumée … c’était juste féerique 😍 D’apres @malicyel (je préfère citer mes sources), l’architecte de cette façade se serait inspiré du bateau du Capitaine Crochet … comme je trouve que c’est assez ressemblant, je suis sûre que c’est vrai !! …. mais je demanderai confirmation à @lilletourism demain quand même 😏 ___________________ #lilletourisme #enfranceaussi #EnTripALille #travelblogger #igersfrance #igerslille #archi #architecture #lumiere #travel #mytravelingram #travelgram #cirytrip #neverstopexploring #france #nofilter #instagood

Une publication partagée par mitchka☀Blog made in Hérault (@fishandchild) le

Faire prendre des raccourcis qui n’en sont pas vraiment

Pour montrer le vitrail illuminé de la Treille, j’ai fait faire un petit détour aux blogueuses. Le vitrail n’était pas illuminé ce soir-là et en plus, je pense que la route la plus courte que j’ai voulu leur faire prendre après n’était pas vraiment la route la plus courte.

Confondre deux endroits

Cette erreur-là, je ne l’ai pas faite lors du week-end En France Aussi, mais Audrey qui était à l’OT de Lille s’en souvient probablement. On s’était donnés rendez-vous au Beffroi de Lille. J’ai eu un peu de retard, plus de batterie, elle m’attend à l’hôtel de ville. Que je ne trouve pas. Ou est-elle ? Le temps passe, je cherche, encore et encore, jusqu’à réaliser une bonne demi-heure après que… je n’étais pas au Beffroi de Lille, j’étais au Beffroi de la Chambre du Commerce. Mé-ga LOL.

Ci-dessous le Beffroi de la Chambre du Commerce et celui de Lille 

Et vous, vous avez déjà joué les touristes dans votre ville ?

Un grand merci à la ville de Lille, Lille 3000, et I Love Roubaix pour leur accueil, ainsi qu’à Chacha (lisez son article) qui a tout géré et Sylvie pour son implication avec En France Aussi (son article ici). Des bises à toutes les blogueurs et blogueuses présents ce week-end là que j’ai hâte de revoir !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Baignade et plages, J'ai envie de..., Randonnées et escapades nature

La calanque de Sugiton à Merseille : paradisiaque !

Ah, Marseille et ses calanques… les calanques de Marseille font partie des richesses de la ville et je ne pouvais pas me rendre à Marseille sans y aller. Comment ? Rater une occasion de conjuguer mon goût pour la randonnée et ma passion pour la baignade dans des endroits paradisiaques ? IMPOSSIBLE. Et comme en plus, le thème du RDV En France Aussi organisé par Voyage féminin, Le coin des voyageurs et La Terre sur son 31, de ce mois-ci, c’est le sport et qu’en plus, on a tous beaucoup trop chaud… C’est parti pour une pause fraîcheur !!

Randonnée calanques de marseille

Malgré leurs airs d’endroits paradisiaques, les calanques de Marseille ne sont pas forcément une partie de plaisir et certaines d’entre elles sont difficiles d’accès. Pour ma première fois aux calanques, j’ai préféré privilégier une randonnée accessible car je n’avais pas envie de finir ma journée à plat (d’autant plus qu’un mini-road trip le long de la Corniche de Marseille m’attendait mais je vous en parlerai bien assez vite 😉 ).

Quelle calanque de Marseille choisir si on voyage sans voiture ?

rando sugiton

Après prise de renseignements, j’ai opté pour la randonnée vers la calanque du Sugiton qui conjugue plusieurs avantages :
– le belvédère de Sugiton offre une très jolie vue sur la calanque de Sugiton mais aussi sur la calanque de Morgiou ;
– Le départ de la randonnée est accessible en bus (terminus Luminy)
– La randonnée est ouverte à tous jusqu’au belvédère

rando plantes sugiton

Et en plus, pour cette randonnée, je disposais d’un accompagnateur de choix, j’ai nommé Gérard, qui fait partie des Greeters de Marseille ! Je vous ai déjà parlé du concept de greeters dans cet article, et l’expérience a encore été une fois au top ! Gérard a été un accompagnateur aux petits soins, j’ai même eu droit à un mini-atelier « dégustation de plantes sauvages » (car Gérard a une spécialité dans la botanique 😉 ). Je vous recommande vraiment à fond les Greeters de Marseille pour ça, le site est super bien organisé et c’est une belle expérience, gratuite et ouverte à tous.

Aller en bus et à pied à la calanque de Sugiton

Pour aller à la calanque de Sugiton, l’itinéraire commence en bus en allant jusqu’au terminus Luminy. La ligne passe par le centre de Marseille et par d’autres points, le trajet ne dure pas très longtemps, une 20ne de minutes, bref c’est très facile d’aller en bus jusqu’à la calanque de Sugiton. Enfin, jusqu’au début du chemin car après il va falloir marcher !

domaine luminy

Pour aller à pied à la calanque de Sugiton, vous allez pouvoir d’abord aller jusqu’au belvédère de Sugiton (Tour d’Orient). La randonnée jusqu’à la Tour d’Orient est très accessible et se fait en une trentaine de minutes. Il suffit d’entrer dans le domaine de Luminy en passant la barrière à l’entrée et de continuer tout droit jusqu’au Col du Sugiton (sorte de « place centrale »). Là, il vous suffit de tourner à droite et vous voyez déjà le belvédère… Encore un petit effort, quelques marches et vous y êtes !

domaine de luminy

rando marseille

rando marseille facile

 

belvedere du sugiton

calanque morgiou calanque de morgiou

Cette randonnée est très chouette à faire et déjà le matin, on y croise des gens. Non seulement, on se retrouve en pleine nature, on entend les cigales, mais ça offre un beau panorama.

Direction à pied jusque la calanque de Sugiton !

belvédère sugiton

Après ce passage au belvédère, direction la calanque ! Pour y aller, vous avez deux étapes : une étape que vous pouvez faire en mode baroude ou easy, et une étape pour laquelle vous n’aurez pas d’autre choix que l’option baroude.

un pied au sugiton

Pour la première étape, j’ai suivi Gérard pour l’option baroude qui consiste à prendre en revenant du belvédère un chemin qui coupe à travers bois sur la droite et on descend, et on descend. Quasi impossible de se perdre, je pense 😉 Et du coup, je me suis un peu retrouvée à faire parfois de la semi-escalade, et vas-y que je dois m’asseoir parce que le rocher est trop haut, et vas-y que je repère les points d’appui…

rando greeter marseille

Ça fait un peu suer jusqu’à l’arrivée au deuxième « tronçon » de cette randonnée. Tronçon que vous ne pouvez que prendre en option baroude alors si vous y allez, et surtout si vous n’avez pas l’habitude de marcher, optez pour de vraies chaussures ! L’aller ça va encore, c’est de la descente mais ce sera surtout pour le retour que vous allez en ch…

Arrivée en bas à la calanque, il y a déjà des gens, pas trop encore, on s’installe sous un arbre et je file me baigner… Et je me dis que même pour s’y baigner, les calanques de Marseille ça se mérite en fait. Vous marchez sur des galets, beaucoup. Et l’eau est fraîche, vraiment beaucoup. A tel point que j’en avais le cœur qui battait à 100 à l’heure. A tel point qu’à l’aller, j’avais juste encore super froid dans l’eau (j’ai nagé jusqu’à la bouée au loin, le point derrière tous les nageurs <3).

baignade calanque de sugiton

Mais au retour… au retour, c’est comme si mon corps s’était habitué, et j’étais bien ! Pas fatiguée, je voyais les poissons nager en dessous de moi, j’ai regretté de ne pas avoir mes lunettes de natation. J’aurais pu continuer encore longtemps… mais il fallait remonter pour déjeuner 🙂 Ensuite, avec Gérard, nous avons un peu exploré les alentours de la calanque avec des passages un peu sportifs, encore, mais la jolie vue qu’on a valait le détour.

les calanques à marseille calanque sugiton baignade sugiton les calanques de marseille calanque sugiton les calanques à marseille randonnée sugiton marseille calanque sugiton marseille marseille nature

Le pire restait à venir… avec le retour ! Parce que forcément, tout ce qu’on a descendu, il a fallu le remonter. Sous la chaleur. Alors bon, on a fait le premier tronçon en mode baroude parce que de toute façon, on avait pas le choix. Et pour la deuxième partie, on a pris le mode « débutant touriste » alias je suis les lacets du chemin lisse.

Les calanques de Marseille en bus

D’autres calanques de Marseille sont accessibles en bus : Callelongue (ligne 19/20), Sormiou (ligne 23) et Morgiou (ligne 22)… pensez-y ! Néanmoins, je vous conseille de partir bien tôt car même en arrivant pas trop tard, il y avait du monde dans la calanque, mais SURTOUT les bus marseillais bondés en été, c’est l’horreur !

Conclusion : les calanques à Marseille, ça se mérite ! Certes, celle du Sugiton est accessible, mais il y a quand même une petite partie descente – montée qui peut vous donner du fil à retordre. Je vous déconseillerais donc d’y aller en mode pareo – tongs – glacière car vous risquez de bien le regretter. Pour ma part, je n’ai qu’un seul regret : de ne pas avoir opté pour un matériel snorkelling pour découvrir les poissons au dessus desquels je nageais avec plus de clarté… Allez, la prochaine fois, je tente le snorkelling (même si je DÉTESTE les combinaisons de plongée, ça me rend claustro’) ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !