J’ai beau aimé les séjours tout confort, ça fait quelques temps que je rêve d’un séjour en écovolontariat. Nombreux, ces séjours permettent de contribuer bénévolement à la protection de la nature, au contact de cultures différentes, d’espèces sauvages protégées…

L’écovolontariat : petite présentation d’un mode de voyage pas si connu

Alors, avant de vous en parler plus en détails, qu’est-ce qu’un séjour écovolontaire ? C’est un séjour qui vous permettra de venir en aide aux associations de protection de la nature.

L’accès au séjour est ouvert à tous, il n’y a pas particulièrement de compétences requises si ce n’est de savoir parler anglais (si vous faites un séjour dans un autre pays), d’avoir une bonne forme physique (et de ne pas avoir peur de vous dépenser) et de savoir travailler en équipe. Sur place, l’écovolontaire peut aussi bien soigner les animaux, que les nourrir ou faire des travaux ménagers, il faut être prêt à s’adapter à ce qu’on vous demande, même si vous avez aussi bien sûr votre mot à dire. Sur place, l’écovolontaire sera hébergé, souvent en chambre commune.

Ces séjours sont souvent payants, étant donné que les associations qui proposent ces séjours manquent de fonds, il s’agit surtout de contribuer à la survie d’organisations bénévoles.

Pourquoi je rêve d’un séjour écovolontaire…

Je vous l’ai dit, je ne suis pas une voyageuse routarde, qui part avec son sac à dos et sa boussole à l’autre bout du monde sans problème. Lorsque je voyage, j’aime bénéficier d’un peu de confort, même sommaire, un bon lit, du calme, dans un endroit sympa. Mais il y a aussi une partie de moi qui aime se surpasser, bousculer ses habitudes, son confort…Au final, je suis un peu la voyageuse qui adore les séjours de luxe mais qui n’aurait pas peur de camper pendant deux semaines lors d’un séjour à la roots, limite ça me rend encore plus fière.

Alors quand j’ai découvert le concept du séjour écovolontaire, ça m’a tout de suite plu parce que j’aime aussi beaucoup les animaux et ça me plairait de pouvoir rendre service à une association. J’admire les nombreux bénévoles qui contribuent à la survie de refuges animaliers mais je crois que je ne suis pas assez motivée pour m’y engager de manière permanente, cela me demanderait trop de disponibilité que je n’ai pas. Par contre, consacrer une à plusieurs semaines de mon temps pour aider comme je peux, c’est déjà quelque chose qui est plus à ma portée.

Le séjour écovolontaire dont je rêve…

Pour ma part, je rêve d’un séjour écovolontaire auprès d’espèces qui me fascinent et que je n’ai pas vraiment l’occasion d’approcher : rapaces, loups, animaux de montagne, cétacés… Pour ce qui est du pays, en France et à l’étranger, peu importe.

Alors je me suis renseignée et j’ai trouvé de nombreux séjours écovolontaires à ma portée et qui me plairaient : ce séjour écovolontaire dans un refuge de loups au Portugal me fait par exemple très envie mais sur ce coup-là, je suis un peu freinée par ma propre peur de l’inconnu trop lointain, je préférerais y aller avec une amie. Moins loin, ce séjour en Méditerranée me fait moins peur mais là, c’est le prix qui est en dehors de mes moyens (presque 1000 euros). Il existe quand même beaucoup de séjours écovolontaires qui pourraient me plaire mais il y en a peu en France et à l’étranger, c’est hors de prix (souvent autour de 1 000 euros). J’ai tout de même contacté les associations Ferus, A pas de loup et Picardie Nature qui organisent des missions qui pourraient me plaire.

Alors, je ne sais pas. Peut-être que c’est moi le « problème », je le reconnais, je n’ai pas envie de participer au premier séjour écovolontaire à ma portée (financière et matérielle). Autant je n’ai pas de souci concernant les conditions éventuelles (que ce soit un niveau physique fatigant, des horaires de travail chargés ou des conditions d’accueil très modestes, je sais que ce n’est pas un moyen de prendre des vacances pas chères, bien loin de là), autant j’ai envie d’investir mon temps dans des actions qui me parlent vraiment, je sais, c’est un peu égoïste.  Peut-être aussi que je n’ai pas encore trouvé le séjour qu’il me faut (c’est pas si facile que ça de s’y retrouver dans tous les sites existants) ou que je ne suis pas autant prête que je le crois à m’engager.

En tout cas, si vous avez des pistes, n’hésitez-pas !

Photos issues du site Ecovoyageurs.com et Cybelle