Browsing Category

Côte Sud

Côte Sud, Le Cercle d'Or, Voyager en Islande

Hekla, le volcan islandais qui va vous faire frissonner…

Née au pays des volcans (l’Auvergne), petite, je voulais devenir vulcanologue, on me surnommait d’ailleurs le volcan parce que je piquais des crises de colère de manière aussi imprévisible qu’extrême (hum, depuis, ça va mieux hein…). Tout me prédestinait donc à craquer sur l’Islande et ses nombreux volcans… et à craquer sur LUI. Hekla. La porte d’entrée de l’enfer.

Source base photo - Photo modifiée par mes soins

Source base photo – Photo modifiée par mes soins

L’Hekla est un volcan situé dans le sud de l’Islande, c’est l’un des volcans les plus actifs de l’Islande, mais aussi un des volcans dont le nom est le plus facilement prononçable. Et vous et moi, nous savons que c’est important la prononciation facile avec les noms islandais (prononcez-moi d’une traite « eyjafjallajökull » si vous n’en êtes pas convaincu !). Ce volcan, je l’ai vu en revenant du Cercle d’Or, en passant par Hvolsvöllur… et j’ai tout de suite été fascinée par ces cratères que l’on pouvait apercevoir.

Source base - Photo modifiée par mes soins

Source base – Photo modifiée par mes soins

Si on doit être précis, l’Hekla appartient à une chaîne volcanique longue d’une quarantaine de kilomètres. C’est la partie la plus active de cette chaîne, Heklugjá, qui est considérée comme le volcan Hekla. Le volcan Hekla est un stratovolcan, un volcan qui se forme avec l’accumulation des coulées de lave des précédentes éruptions, c’est un volcan dont l’éruption est en général d’abord explosive, avec la projection de débris et de lave et la formation de nuages de cendres, puis effusive, c’est-à-dire que le volcan va littéralement « cracher » de la lave, qui va peu à peu former des coulées.

Mais qu’est-ce qui rend l’Hekla si dangereux (et donc si fascinant) ?

En plus d’être impressionnant à voir de loin, l’histoire de l’Hekla tout comme ses particularités en font un volcan redoutable… et potentiellement meurtrier. Le sommet du volcan a été gravi en 1750 par Eggert Ólafson et Bjarni Pálsson. Et pourquoi pas avant ? Non pas parce qu’il était difficile d’accès mais parce qu’il avait la réputation d’être une des portes de l’Enfer, suite à son éruption en 1104. Depuis, on sait bien sûr que ce n’est pas le cas… mais il n’en est pas moins dangereux.

C’est en effet l’un des volcans les plus actifs de l’Islande avec une trentaine d’éruptions importantes à son actif, dont l’une des plus désastreuses a eu lieu entre 1159 av JC et 950 av JC, projetant plus de 7 kilomètres cube de roches volcaniques dans l’atmosphère. Cette éruption serait à l’origine de la baisse des températures dans le nord de la planète pendant 18 ans, on en aurait même retrouvé des traces en Irlande ! Depuis, le volcan a fait d’autres dégâts, en 1104, son explosion a couvert plus de la moitié de l’Islande, en 1300, son éruption a duré une année et a fait 500 victimes.

Les éruptions de l’Hekla ont une fréquence incertaine, mais plus l’attente est importante entre deux éruptions, plus le résultat est impressionnant. De plus, depuis 1970, il se produit une éruption à peu près tous les 10 ans. La dernière datant de 2000, il était prévu que la suivante aurait eu lieu en 2010… mais elle n’a pas eu lieu. Cependant, des signes d’éruption ont été détectés en 2011 et en 2013, ce qui signifie que cette éruption pourrait bien arriver d’un moment à l’autre…

Et justement, ce qui rend ce volcan dangereux, en plus de son activité intense, c’est sa fâcheuse habitude d’entrer en éruption de manière aussi rapide qu’imprévue. Lors de son éruption en 1991, les premières secousses ont été enregistrées seulement 30 minutes avant l’éruption ! Sachant qu’il faut à peu près 4 heures pour atteindre son sommet, je vous laisse imaginer combien vous allez avoir (très) chaud aux fesses s’il entre en éruption alors que vous êtes en pleine ascension ou descente. L’ascension au sommet est d’ailleurs déconseillée pour cette raison (et en plus, le temps plonge souvent le sommet dans les nuages), au « pire », les paysages autour de l’Hekla sont très sympas. Pour accéder à l’Hekla en véhicule, il vous faudra obligatoirement un 4×4.

hekla hiking

Si vous souhaitez randonner sur l’Hekla et que vous arrivez en bus de Reykjavik, il faudra descendre à Leirubakki (horaires bus Reykjavik Hekla ici) et faire le reste à pied (environ 3 heures) ou en 4×4. Pour se loger, vous pouvez faire du camping sauvage ou privilégier les auberges de jeunesse des alentours.

Pour ma part, je trouve ce volcan fascinant et je pense que si j’ai l’occasion d’entrer davantage dans les terres à mon prochain voyage en Islande, j’opterais pour l’ascension. La dangerosité me poussera sûrement à ne pas traîner vous me direz ! Bien que les conséquences puissent être désastreuses, j’ai toujours trouvé les volcans fascinants, leurs colères droit venues de la terre, ça a quelque chose d’un peu mystique. J’aime les abords sauvages de l’Hekla, ça doit être un moment intense de le voir entrer en éruption… que l’on regrette sûrement très vite si on se retrouve coincé des mois sur l’île parce que plus aucun avion ne peut décoller !

D’autres randonnées autour du volcan Hekla peuvent vous intéresser :

  • la vallée Thjorsardalur et la gorge de Gjain, de nombreuses cascades (Rauda, Hjalparfoss, Gjarfoss) ou même les vestiges de la ferme viking de Stong.
  • Le Landmannalaugar n’est pas très loin non plus, et c’est une des randonnées les plus célèbres d’Islande, et la réserve de Fjallabak

L’article du blog Au bout de la route est bien renseigné sur le sujet et vous permettra de peaufiner votre itinéraire à Hekla. Pour ma part, je vous emmène plutôt du côté des champs de lave d’Eldhaun et des lieux hantés en Islande pour la suite logique (vu que l’Hekla a causé la plupart des morts non naturelles en Islande !), vous venez ?

Pour ceux qui ont déjà fait l’ascension de l’Hekla, qu’en avez-vous pensé ? Et pour les autres, prendriez-vous le risque ? Bonne fin de week-end !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Côte Sud, Le Cercle d'Or, Lifestyle, Voyager en Islande

Les lieux hantés en Islande : on y met les pieds ou pas ? (+ carte des lieux)

Le saviez-vous ? Il existe des lieux hantés en Islande… et j’ai mis les pieds dans l’un d’entre eux ! Les légendes sont en effet nombreuses dans le pays, plus de 60% de la population islandaise croit d’ailleurs aux elfes (un projet de chantier a même déjà été arrêté pour cette raison !). J’ignorais pourtant qu’il existait des lieux hantés lorsque je me suis rendue dans les champs de lave d’Eldhraun et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça m’a marquée…

lieux hantés islande carte

La petite histoire…

Avant de vous parler des endroits hantés en Islande (avec une carte des lieux hantés en Islande et plein d’autres trucs sympas dedans), je vais bien sûr vous parler de ma propre expérience dans les champs de lave. Nous sommes tombés sur les champs de lave d’Eldhraun un peu « par hasard » en allant vers le Jokulsarlon. En même temps, impossible de les rater, ils s’étendent des deux côtés de la route sur 600 kilomètres ! Intrigués, nous nous sommes garés pour nous aventurer dans ces vagues de lave figée. Le champ de lave d’Eldhraun résulte de l’éruption la plus meurtrière d’Islande, l’éruption du Lakagigar. En 1783, une éruption de la chaîne volcanique s’est étalée durant des mois, tuant la moitié du bétail de tout le pays et 20% de la population islandaise est morte de faim.

 eldhraun

C’est donc une sacrée histoire qui habite les lieux même si le paysage est assez nu. A part ces reliefs de roches et de mousse, il n’y a rien, rien que les champs. C’est assez fou quand on y est, nos pas s’enfoncent dans la mousse et y laissent des traces (NB : on est tout de même restés sur la route « normale » la plupart du temps, ne serait-ce que par « prudence » et pour éviter de trop dégrader les lieux^^).

eldhraun lave

On pourrait presque se laisser tomber sans rien risquer tant la mousse amortit nos pas ! Mais je reste prudente, tout de même, il y a pas mal de grottes naturelles dans ces champs de lave et je ne voudrais pas me blesser inutilement.

champs de lave en islande

eldhraun champ de la islande

Mais peu à peu, je me sens mal dans ces champs. Je sais pas, c’était étrange, il faut dire que j’étais dans une humeur spéciale, je lisais un livre de Graham Masterton assez flippant, le temps était plus gris et je pensais à cette catastrophe meurtrière pour l’Islande… Je ressentais une certaine angoisse et je ne fus pas mécontente qu’on reparte. Sauf qu’au retour, mon ami voulait qu’on dorme dans les champs (on avait une tente). Moi, j’ai refusé, prétextant le côté “technique” (et je pense que je n’avais pas tort) mais la vérité, c’est que j’avais peur. Je n’avais pas envie de dormir là, hors de question. C’est rare que je ressente ce genre d’angoisse mais lorsque c’est le cas, j’ai tendance à m’écouter.

eldhraun islandeEldhraun et les autres lieux hantés en Islande

carte fantômes islandeLe truc, c’est que le lendemain, en regardant une carte que j’avais récupérée, j’ai vu que celle-ci comportait des petits fantômes pour signaler les endroits hantés en Islande. Et que Eldhraun était en plein dedans. Ok. Super. Même pas peur. Alors bon, je sais, je suis peut-être contente de pouvoir justifier mon petit coup de flippe. Mais quand même, j’ai trouvé la coïncidence troublante, que je ressente ce mal-être sans savoir que ce lieu était dit comme « hanté ». En même temps, il aurait de quoi donner des frissons^^

Même si je n’ai plus cette carte, j’ai réussi à la retrouver sur internet et j’ai pensé à vous la mettre ici parce qu’elle fournit un paquet d’informations utiles. Non seulement, on retrouve la liste des lieux hantés en Islande mais aussi plein d’autres informations comme : les animaux à observer en Islande, les endroits où il y a des trolls en Islande, les sentiers de randonnées, des anecdotes, des points d’intérêt.

 dr watson's travel tips iceland

Toi qui commence à bien me connaître, cite-moi 3 trucs que j'aurais envie de voir sur cette carte^^

Toi qui commence à bien me connaître, cite-moi 3 trucs que j’aurais envie de voir sur cette carte^^

Vous pouvez retrouver cette carte en entier (appelée Dr Watsons Travel Tips) à cette adresse. Je le dis encore, c’est vraiment une chouette carte si vous y allez (et y’a plein d’infos sur les sorcières et tout qui devraient plaire à la créatrice de mon thème WP^^).

EDIT 2016 : Une carte recensant la localisation de nombreuses créatures issues de légendes populaires islandaises existe maintenant ! Vous pouvez retrouver cette carte de créatures fantastiques en Islande ( trolls, fantômes, elfes, monstres, démons…) juste ici 🙂 Attention, elle est moins « esthétique » que celle du Dr Watsons mais elle fournit pas mal de références bibliographiques.

Alors, ceux sont déjà allés dans les champs de lave, ça vous a fait quelque chose aussi ? Vous saviez qu’il y avait des fantômes en Islande ? Et vous auriez fait quoi à ma place, vous auriez rationalisé ou vous n’auriez pas non plus été prêt à passer la nuit là-bas ?

A lire aussi si vous allez en Islande : mes conseils pour partir en Islande en juin, un aperçu du Cercle d’Or et de la cascade de Seljalandsfoss que j’avais adoré. De même, pour des idées voyage, n’hésitez-pas à consulter ce site pour un voyage en Islande

Rendez-vous sur Hellocoton !
Côte Sud, Lifestyle, Voyager en Islande

Un pied sur les plages de l’Islande… (Vík, Jökulsárlón)

Cela faisait un peu trop longtemps à mon goût qu’il n’y avait pas eu d’articles nature par ici… et puis, je suis retombée sur des photos de l’Islande et j’ai eu envie de vous parler des plages de l’Islande. Parce qu’elles ont eu un effet souvent apaisant sur moi, parce qu’elles me font dire qu’il y a de la beauté dans l’obscurité, et parce que ça correspond bien à l’ambiance de ces derniers jours, parsemée de noir et d’espoir.

SDC11849

Les plages en Islande sont bien éloignées des plages que l’on a l’habitude de fréquenter. Comme on a souvent roulé sur la Route 1, on a longé la côte à de nombreuses reprises, et à chaque fois, le même constat. On ne vient pas en Islande pour se baigner. C’est une île, il y a des plages, mais c’est l’Islande. Après, je pense que ça n’arrête probablement pas les locaux ou les courageux mais en tout cas, ce ne fut pas notre cas lors de notre voyage en juin (à part dans les piscines chauffées à Reykjavik^^).

HPIM0640.JPG

Pourtant, malgré ce côté très sauvage, je garde de très bons souvenirs de deux plages d’Islande : Vík et la plage du Jökulsárlón. Deux plages de vrai sable… mais pas n’importe quel sable, du sable noir ! Qui nous rappelle l’origine volcanique de l’île, les volcans sont actifs en Islande, et les éruptions de ces volcans laissent de nombreuses traces dans le pays. Ce sable noir, ou encore les champs de lave (dont je vous parle très vite d’ailleurs). A part sa couleur et son grain moins fin, ce sable est à l’image de notre sable à nous… et il fait bon y marcher pieds nus !

Vík, l’une des plus belles plages d’Islande

HPIM0653.JPG

C’est à Vík que j’ai expérimenté la chose, après une grosse randonnée. Dès notre arrivée, je suis impressionnée par la plage de Vik. Elle est située au sud de l’Islande et c’est surtout le village réputé comme étant le plus pluvieux d’Islande ! Vous allez me dire, je viens du NORD, ça ne me changera pas ! Mais heureusement, ce jour-là, il faisait un temps relativement beau qui nous as permis de retirer les chaussures pour marcher pieds nus dans le sable (on est à la plage quand même !). Nous avançons vers les aiguilles rocheuses appelées Reynisdrangar, sur lesquelles il y a de nombreux oiseaux. Cet endroit est d’ailleurs un paradis pour les amoureux des oiseaux car on y retrouve notamment des macareux ! Sauf que je n’en ai pas vu. Et en fait sur ce coup-là, je n’ai pas manqué que les macareux mais ça, je vous en parle après. Je me suis risquée à tremper mon pied dans l’eau, et c’était bien bien froid. Les vagues sont intenses, violentes, mais c’est comme ça que j’aime la mer.

HPIM0659.JPG

En arrivant au bout de la plage, on s’est un peu aventurés dans les grottes plus près de l’eau… et forcément, j’ai réussi à me prendre une bonne vague dans la tronche et à me mouiller jusqu’aux genoux. En même temps, fallait bien s’en douter en se « réfugiant » là pour prendre mes photos.

vik islande

Lorsqu’on est rentrés dans la voiture, miracle, je me sens revigorée, je n’ai plus mal aux pieds, je me sens bien, c’était génial. Par contre, je vous disais que j’avais raté quelques petites choses… et en fait, j’ai juste raté une des merveilles de l’Islande, la plage de Reynisfjara avec ses orgues basaltiques et sa colonie de macareux (Cécile ailleurs en parle ici) ! Et j’avais vraiment envie de les voir ces macareux (ils étaient dans mon top 3 des animaux de l’Islande à voir : Les baleines d’Islande (pas vues malgré toutes les fois ou j’ai scruté le rivage avec mes jumelles, au cas ou), Les chevaux islandais (CHECK) et les macareux (inconnu au bataillon alors qu’on a risqué de crever un pneu pour aller sur un spot connu). Comme quoi, s’il y a un truc à toujours avoir quand on va en Islande, c’est un guide bien précis ! Car à plusieurs reprises, on a eu du mal à trouver certains spots (comme certaines sources chaudes) ou à l’inverse, on est passés à côté de choses chouettes à faire parce qu’on a trop été focalisés sur les « endroits à atteindre » fixés. Clairement, si je le refaisais, je prendrais plus mon temps.

Jökulsárlón, ses icebergs, sa plage… un paradis gelé

HPIM0686.JPG

C’était notre dernière destination, le Jökulsárlón. Entre temps, pourtant, on a eu envie parfois de s’attarder, de trainer, on s’est même demandés : est-ce que ça vaut bien le coup ? Mais il fallait y aller. Et je vous le dis encore une fois : il faut aller au Jökulsárlón. Le Jökulsárlón est un lac dit « proglaciaire », au sud du glacier Vatnajökull (pour info’,-jökull signifie glacier en islandais. Si une destination porte ce suffixe, alors il y a de la glace dans le coin^^). Les morceaux de glace qui se détachent du glacier finissent d’abord dans le lac glaciaire avant de rejoindre la mer (et un bon nombre d’entre eux s’échouent sur la plage du Jökulsárlón). Ici encore, on peut apercevoir la faune de l’islande, j’ai nommé ses phoques ! Encore une fois, on en verra pas un seul. Heureusement que je venais pas là que pour les animaux hein 😉

iceberg islande

Sur place, pas d’invasion de touristes, on a du mal à croire que c’est là, d’ailleurs c’est à peine signalisé quand on arrive depuis la route. Vous roulez et d’un coup, vous le voyez. Le temps n’est pas très clair mais c’est un truc que j’ai remarqué de ce côté du pays, c’est très gris et nuageux, sûrement à cause des glaciers plus présents.

jokulsarlon islande

Après une petite promenade au bord du lac glaciaire, j’ai voulu me promener sur la plage qui est juste à côté… et c’était beau ! Glacial, mais magique. En vous approchant du large, vous entendez le courant, fort, rapide, bruyant, au loin, il forme une sorte de barrière. Vous marchez parmi les bouts d’icebergs, je m’approcherais même pour prendre l’un d’entre eux plus près mais je suis restée très prudente. J’étais seule et le courant avait l’air si fort que je ne voulais pas prendre le risque de me retrouver emportée par accident.

HPIM0703.JPG

HPIM0704.JPG

Alors, plutôt plage de Vík ou Jökulsárlón ? S’il ne faut en choisir qu’une, ce sera le Jokulsarlon, parce que c’est plus impressionnant, plus dépaysant. Mais si vous allez à celle de Vík, renseignez-vous avant sur ses petits secrets histoire de ne pas passer à côté de la moitié de ce qu’on peut y voir comme nous 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
Côte Sud, Lifestyle, Voyager en Islande

Road-trip en Islande : mon coup de coeur pour la cascade de Seljalandsfoss

C’est un endroit sur lequel je suis littéralement tombée lors de mon road-trip en Islande ! En effet, la cascade de Seljalandsfoss est visible depuis la route principale qui fait le tour de l’Islande, on la voit donc en passant… et je n’ai pu que m’y arrêter.

cascades islande

La cascade de Seljalandsfoss m’a fait l’effet d’une de ces cascades que l’on peut voir dans les Walt Disney, située dans un pays lointain. Une magnifique cascade, de nombreux filets d’eaux qui l’entourent, un cadre verdoyant et fleuri, un lieu incroyable…

cascade de seljalandsfoss islande

Cette cascade a aussi la particularité d’être la seule cascade d’Islande derrière laquelle on peut passer ce qui permet de l’admirer de derrière. Alors bien sûr, ça mouille et ça glisse, mais c’est très chouette à voir et le chemin est facile d’accès. Attention aux appareils photos qui peuvent souffrir des éclaboussures.

cote sud islande cascade

Lors de notre passage à la cascade de Seljalandsfoss, nous avons aussi vu qu’il y avait un camping qui la bordait. Si je ne me trompe pas, il s’agit du camping de Hamragadar, je n’arrive pas à savoir s’il faut réserver ou pas. J’aurais rêvé de m’arrêter dans ce camping au cadre idyllique, mais la journée n’était pas encore très avancée et nous devions encore rouler un peu.  

cascade de seljalandsfoss cote sud islande

Nous avons eu de la chance, cette cascade est en général très prisée mais il y avait peu de monde lorsque nous y sommes passés. Elle se trouve également non loin de la cascade de Gljúfurárfoss qui est cachée derrière un mini-canyon, à laquelle on accède les pieds dans l’eau, il suffit de marcher le long de la falaise.

seljalandsfoss iceland

En tout cas, cette cascade restera l’un de mes beaux souvenirs d’Islande et c’est pour moi l’une des choses à faire absolument lors d’un voyage sur la Côte Sud de l’Islande. C’est un endroit tellement paisible, en juin, c’est verdoyant, calme, avec pour seule compagnie les bruits de la nature et les oiseaux qui se baladent dans le coin, une pause parfaite pour pique-niquer ou se reposer. Un endroit tellement merveilleux qu’on y organise même des mariages !

Rendez-vous sur Hellocoton !