Tests produits et applis

Un samedi à la Japan Expo : c’était chaud, très chaud

Cette journée étouffante m’a rappelée la chaleur de la Japan Expo, et justement je me suis dit qu’il était temps de vous parler de ma première Japan Expo ! Eh oui, je me suis enfin décidée à aller à la grand messe des fans de tout ce qui touche au Japon. Car oui, la Japan Expo, ce n’est pas qu’un événement pour les fans de manga ou que sais-je, c’est un salon autour de la culture japonaise dans son ensemble.

Pourquoi j’étais venue ?

Parce que j’aime ce que j’ai pu voir de la culture nippone même si je ne suis pas experte, parce que c’est quand même un sacré événement et que pour quelqu’un qui se targue d’être over fan de Doctor Who et de japoniaiseries en tous genres, c’était quand même un comble de jamais y être allé, parce qu’en plus il y avait la Comic Con sur le même espace, parce qu’il y avait les copines… Ah et je voulais aussi acheter des goodies. J’aime bien les goodies 🙂

J’y suis allée un samedi et je ne suis pas arrivée à la première heure, je savais bien que je ne pourrais tout voir mais justement je voulais un premier aperçu de l’événement. Voir si ça me plaisait pour revenir l’an prochain plus longuement si c’était le cas.

Premières impressions ?

J’arrive en fin de matinée, la queue passe vite, dans la file, des gens en cosplay. J’aurais bien aimé venir moi aussi en cosplay, j’aime bien les cosplays et j’aime bien m’inventer un personnage. Une nana est venue avec son chaton. Comme ça, sur son épaule, sans laisse, WTF ? J’arrive enfin et là je traîne un peu sur la Comic Con avant de chercher à rejoindre une amie. On mettra une heure à se retrouver, ça capte pas à l’intérieur. On se promène un peu, je découvre pas mal de stands, surtout des stands commerciaux mais c’est aussi ça qui est bien. Des espaces de créateurs. La boutique de Bubble Fever qui est pleine de monde et qui le restera jusqu’à la fin (J’ai pas pu avoir mon Bubble tea 🙁 ). Puis je la perds en route alors je vois pour retrouver une autre amie, au championnat d’Europe de Cosplay.

Du cosplay, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie

Là je m’en suis pris plein les yeux et je regrette de ne pas être arrivée dès le début. C’est juste trop les ECG, tu vois plein de cosplays, bon je connaissais pas la moitié des séries mais j’ai adoré les costumes, les mini-scènes. Et bon, de manière générale, niveau cosplay, tu t’en prends plein les yeux à la Japan et j’adore !

Frustrations ?

Une chose qui m’a marquée, c’est que c’est un événement qui concerne la culture japonaise, dans son ensemble, on a par exemple pu voir un défilé de kimonos dont Blood is The new Black a fait un article qui était très instructif. Il y avait aussi de l’origami, la découverte de sports et d’arts martiaux, de différents arts… Du coup, j’aurais vraiment pu profiter de toutes ces choses plus longuement. Et puis aussi pouvoir tout simplement prendre mon temps car c’était infernal le rythme la-bas.

Et en 2014 ?

Je reviens. Pour plus longtemps. Avec une bouteille de 2litres d’eau, rien sur le dos, un cosplay de sauveteuse d’Alerte à Malibu, un portable à batterie pleine et un programme bien établi ! Ah, et je me suis achetée un porte-clé Sailor Moon et des badges <3

Tests produits et applis

SI t’as jamais été aux Grottes de Lascaux, t’as raté ta vie !

J’avais toujours imaginé la Grotte de Lascaux comme le témoignage d’une époque préhistorique largement révolue : quelques dessins dans une grotte, faits par des mecs pas très évolués intellectuellement, un lieu historique mais pas très impressionnant quand même… FAUX !

Lors de mon week-end en Dordogne, j’ai pu découvrir que les Grottes de Lascaux, ça allait bien au delà de tout ça. Pour la petite histoire, la grotte a été découverte par hasard par des adolescents en 1940 et ouverte au public en 1948. Le passage est nombreux, les conditions de températures ne sont plus les mêmes et les dégradations ne tardent pas à survenir. Des champignons, moisissures apparaissent et la grotte doit subir plusieurs traitements. Cela conduit petit à petit à la fermeture de la grotte au public et à la création d’une parfaite réplique des grottes de Lascaux : Lascaux II, que nous avons visité.

Quoi, Lascaux II, c’est juste une réplique ?

Je vous ai mis cette photo pour que vous puissiez voir « l’échelle » avec quelqu’un à côté

Une réplique, mais une réplique parfaite, dans les moindres détails, la moindre bosse, le moindre trait, même une stalagtite en formation ou encore la température de la grotte, ont été reproduits ! Lascaux II couvre la partie la plus impressionnante de la grotte, qui contient le plus de peintures. Et ce qu’on y trouve à l’intérieur, c’est juste stupéfiant, un bond de presque 20 000 ans en arrière et des peintures de qualité, tout en détails et en couleurs intenses, utilisant le moindre relief des parois et même la perspective.

Honnêtement, quand on est dans Lascaux II, on en oublie que ce n’est « qu’une » réplique, tellement elle est parfaite… et haute, on ne pense pas que l’entrée de la grotte était si haute avec des plafonds situés à plusieurs mètres au dessus du sol. Cette visite m’a permis de réaliser le talent qu’il a fallu pour faire ça, franchement pas à la portée de tout le monde, et j’ai aimé découvrir ces grottes, cette époque, avec un guide qui a su transmettre les mystères qui entourent Lascaux et de réelles émotions.

Pour finir, direction Le Thot

 

Ceci est une photo dossier

Nous avons terminé la visite par le Thot, un parc non loin,  toujours à Montignac, reprenant de nombreuses informations sur la Préhistoire ainsi que des reproductions de parois non présentes à Lascaux II.  Idéal pour les familles car il propose de nombreux ateliers pour les enfants : art pariétal, chasse, un parc animalier pour découvrir les animaux dessinés sur les grottes… et les « grands » enfants que nous sommes se sont aussi bien éclatés. C’est un peu le complément pédagogique aux grottes de Lascaux, à Lascaux II, on ressent, au Thot, on revit, on apprend et on s’amuse.

Matériel pour l’art pariétal

Quelques anecdotes sur Lascaux :

– L’un des adolescents qui a découvert la grotte y a travaillé toute sa vie, il occupait le poste de gardien lorsqu’il est décédé

– Même si elle est bien gardée, on peut apercevoir l’entrée de la grotte originale lorsqu’on repart

– On ne saura probablement jamais quelle était l’utilité de la Grotte de Lascaux mais on sait que personne n’y a jamais habité. De plus, plusieurs types de signes inconnus ont été retrouvés sur les peintures.

– D’ici quelques années, on devrait pouvoir visiter une reproduction intégrale de toute la grotte avec le projet Lascaux 4, j’ai hâte.

Et vous, Lascaux, vous connaissez ?

Sites à visiter : Lascaux (vente des billets uniquement dans le centre ville de Montignac d’avril à mi septembre
prix de l’entrée : 9.70€), Le Thot (7,20 euros l’entrée), l’article de Vol714 avec de nombreuses photos très chouettes

Tests produits et applis

Mon Koh Lanta à moi : j’ai mangé des fourmis comestibles

J’aime les défis, en particulier quand ils sont un peu fous et hors normes… et justement, lors de mon voyage au Périgord, j’ai mangé… des fourmis comestibles ! Et… ce n’était pas « si » mauvais.

C’est Jeff du site Super Insolite qui vend de nombreux produits insolites (coque Insta.gram, insectes comestibles, geek, sexy) qui nous as ramenés un paquet de fourmis tisserandes et d’œufs de fourmis comestibles, déshydratés et préalablement relevées avec du poivre noir et de la sauce soja. A savoir que certains peuples d’Afrique et d’Asie consomment ces insectes régulièrement.

Lorsqu’il a sorti son paquet et versé le tout dans une coupelle, je vous avoue que j’étais plus si sure de vouloir me lancer. Bon, on voit peu les corps des fourmis, il y a surtout beaucoup d’ailes et beaucoup de larves, mais quand même, c’est des fourmis quoi ! Et puis finalement je me suis lancée comme d’autres et ce n’était pas si mauvais. Le goût est légèrement fumé, la texture croustillante et un peu moelleuse pour les œufs.

Bon, ce n’était pas bon au point d’en reprendre jusqu’à tout finir mais j’ai trouvé ça quand même fun à tenter … et pas mal pour des soirées entre potes, pour découvrir et voir qui ose goûter et qui n’ose pas. Moi j’ai osé, mais pas sûre que j’ose avec les sauterelles dont on voit bien les corps, par contre ahah.

Et vous, vous auriez osé ? 🙂

Fourmis tisserandes comestibles – A shopper sur Super Insolite – 8,50 euros

Tests produits et applis

Les visites culturelles en voyage ? Mangez-en, c’est bon pour les souvenirs !

Dernièrement partie pour un week-end dans le Périgord, nous avons fait beaucoup de visites culturelles : châteaux, jardins, grotte… et tout ça m’a rappelé mon enfance.

grotte du roc

J’ai eu une enfance un peu particulière mais s’il y a bien une chose dont je n’ai pas manqué, c’est de visites culturelles. Châteaux de la Loire, Paris et ses  musées, visites de parc… la culture, j’en ai limite mangé autant que de la confiture en vacances (lol). A l’époque, même si j’ai aimé pas mal de visites, j’avoue en avoir eu souvent marre de toutes ces sorties à répétition. Limite si j’aurais pas préféré qu’on se fasse plutôt une aprem télé qu’une aprem culture à de nombreux moments. Je crois que lorsqu’on est enfant, on ne saisit pas que ce que les choses que l’on a peuvent représenter, on pense plus en termes de « j’aime / j’aime pas », si bien qu’on ne se rend pas toujours compte de la chance que l’on a.

roche gageac

Pendant ce week-end dans le Périgord, donc, nous avons fait beaucoup de visites et ça m’a évoqué des souvenirs de mon enfance. Les visites de châteaux que j’ai fait, les activités, les parcs… et j’ai été fière d’avoir ses souvenirs, heureuse d’avoir l’impression de les approcher de nouveau parce qu’ils étaient bien là, heureuse que ces moments d’adulte m’évoquent quelque chose. Lorsqu’on voyage, la découverte est importante mais l’évocation de souvenirs peut aussi apporter une certaine chaleur, quelque chose qui nous touche de près.

Ca m’a fait réaliser que oui, je pense que les visites culturelles sont importantes pour l’enfant, non seulement pour lui apprendre des choses mais pour lui donner des souvenirs qu’il sera amené à retrouver des années plus tard, lorsqu’il sera en âge de comprendre. Des souvenirs d’enfance qu’il se plaira à évoquer adulte en se disant qu’il a eu de la chance de pouvoir vivre ça. Bon, ok, pas au point de frôler l’overdose, trop c’est trop. Mais en tout cas, je dois dire que ça a été une jolie surprise de réaliser des années après que ça n’a pas été que des visites vite faites, vite oubliées, que ça a laissé des traces et des souvenirs pleins de douceur.

Et sûrement que plus tard, ces mêmes visites que j’ai vécu m’évoqueront de beaux souvenirs, les belles émotions que j’ai ressenti et que je penserais « Pfiou, quel week-end ça avait été mais c’était un joli moment, j’ai eu de la chance ».

Et vous, avez-vous beaucoup fait de visites culturelles étant enfant ? Quels souvenirs en gardez-vous ?