Browsing Category

Tests produits et applis

Tests produits et applis

Restaurant Saint-Jean à Bordeaux : du bonheur pour les papilles !

Dernièrement passée sur Bordeaux à l’occasion de mes vacances, on s’est mis en tête de manger dans un restaurant bordelais un dimanche soir du côté des quais avant de partir pour le camping. Et c ‘est en marchant qu’on est ainsi tombés sur le restaurant Saint-Jean Place du Parlement !

La place du Parlement

A l’arrivée, nous nous installons en terrasse et c’est parti pour la commande ! Le restaurant Saint-Jean propose aussi bien de la cuisine bordelaise que des plats plus général ou élaborés. Au menu, on pouvait ainsi retrouver des burger et cheese burger, des noix de Saint-Jacques, du porcelet caramélisé… Mon choix s’est porté sur le Burger de Jean Au Roquefort : des poires, du roquefort, du steak miam ! Accompagné de ses frites maison. Et quand j’ai vu mon plat, j’ai salivé, mais alors quand j’ai goûté… les frites maison sont VRAIMENT maison et sont juste très très bonnes, parmi les meilleures que j’ai goûté. Le burger jean au roquefort était très bien équilibré, on sentait bien les poires, le roquefort, le steak, je me suis ré-ga-lée ainsi que mes amis ! 🙂

J’AI FAIM !

Alors, bien sûr, quand on nous as demandé si nous voulions un dessert, je n’ai pas pu dire non ! Il FALLAIT que je goûte à l’un de leurs desserts, leurs plats étaient tellement bons… J’ai donc opté pour dessert à base d’une spécialité bordelaise bien connue : le cannelé ! Et donc pour les cannelés façon profiteroles. Eh bien, est-ce que ça vous surprend si je vous dis que c’était délicieux et que je n’ai absolument pas regretté ?

Cannelés !

Encore cannelés !

Honnêtement, mon avis sur le restaurant Saint-Jean Bordeaux est plus que positif : les plats étaient vraiment délicieux, on s’était régalés, le prix est un peu cher mais reste raisonnable. C’est le genre de restaurant que je conseille pour une occasion sympa ou quand on a vraiment envie d’un très bon repas. Le service était bon, notre serveuse adorable, même s’il y avait vraiment pas mal d’attente entre chaque plat, le seul bémol de l’endroit.

Au passage, je trouve la ville de Bordeaux très jolie, j’ai été bluffée par le quartier des quais, vraiment, je n’aurais pas cru que la ville soit aussi top ! Donc j’ai hâte d’y retourner 🙂

Bon, au retour, j’avais vraiment trop mangé (j’avoue) mais c’est pas si souvent que je me fais de si bons restaurants ! Bordelais, connaissez-vous cette bonne adresse ?

Burger Jean Au Roquefort : 17 euros

Cannelés façon profiteroles : 7,90 euros

Site internet du restaurant

Tests produits et applis

Initiation au surf : pas si facile (même pas facile du tout !)

Lors de mes vacances à Soulac sur Mer, j’ai enfin pu tester une activité que j’avais envie d’essayer depuis longtemps : le surf ! Pour cela, je me suis adressée à l’école de surf OSC qui se situe Plage de l’Amélie, qui propose des bons tarifs : 35 euros les 2h d’initiation en groupe, 40 euros le cours particulier d’une heure (si vous aussi, vous voulez faire du surf à Soulac sur Mer, vous pouvez visiter leur site^^). Comme nous étions en début de saison, j’ai opté pour un cours particulier car il n’était pas du tout sûr qu’il y ait un cours en groupe dans la semaine !

Première leçon : les bases du surf, ça s’apprend allongée !

J’arrive et c’est Germain qui m’accueille, celui-ci fait du surf depuis 20 ans et il enseigne depuis un peu moins de 10 ans. Cheveux longs, casquette, teint mat, à part son prénom, c’est quand même l’archétype du surfeur ^^ Il me choisit une combinaison de surf et hop c’est parti pour le cours !

Germain – Ecole de Surf OSC

On se pose donc sur la plage et Germain me signale qu’on va se mettre à cet endroit car plus loin il y a une baïne. Je lui demande de m’en parler un peu plus (je vous en parle bientôt) et il m’explique ensuite les bases du surf : les courants, la nécessité de garder un repère (ses deux drapeaux verts) pour ne pas « dériver » et on commence par un petit exercice : du bodysurf. Pour me familiariser avec la mer, je dois me mettre en position latérale et essayer de « glisser » sur l’eau comme je le ferai avec ma planche. J’avoue, j’en mène pas large, pour cet exercice, il faut mettre sa tête sous l’eau et j’ai un petit vent de panique. C’est vrai que la combinaison qui moule beaucoup (mais qui protège totalement de la froideur de l’eau, le rêve) me donne l’impression de manquer de liberté de mouvements.

On passe ensuite à l’eau avec la planche, l’objectif pour la fin du cours : savoir me tenir parfaitement allongée sur la planche, glisser sur la mousse de la vague et la diriger. Pour cela, même position que pour le bodysurf, debout latéral, la planche sur son côté (et pas devant pour pas risquer de la prendre dans la tête ou autre) et quand la mousse arrive sur le bout de la planche, on pousse en avant en se mettant allongée dessus, bien au centre. Pour diriger il faut utiliser ses mains pour pencher à droite ou à gauche.

Au début, pareil, j’étais un peu beaucoup flippée. Peur de tomber, de me retrouver coincée sous l’eau, finalement c’est plus intimidant dans ce contexte que lorsqu’il s’agit de simplement nager. Puis au fur et à mesure et grâce aux encouragements de Germain, je prends mes aises et à la fin de l’exercice j’arrivais à tenir allongée sur la planche et à diriger un peu même si ce n’était pas encore totalement au point.

Bilan sur cette première leçon de surf ?

De cette initiation au surf, j’en retiens que :

  • la sensation de glisser sur la vague, c’est juste puissant, j’ai beaucoup aimé

  • Mais mine de rien, c’est plus intimidant que ce que je pensais : risquer les chutes, plonger sous l’eau, prendre la vague… autant de choses qui te rappellent que tu te lances dans un sport à sensations et que c’est plus risqué que faire trempette

  • Avant de pouvoir vraiment surfer sur la vague, il faut apprendre les bases et ça prend du temps

Honnêtement, j’ai aimé découvrir le surf, c’est comme si on ré-apprenait toute son approche de la mer … mais je ne sais pas si j’aurais assez de cran pour arriver à surfer. Ah ça, faire un vrai stage de surf d’une semaine, je m’en réjouirais mais sur place, je pense qu’il faudrait bien de la patience aux moniteurs pour me rassurer (parce que je peux avoir du cran, mais tant que je suis en mode « oh mon dieu, qu’est-ce que je fais », ben j’y vais touuuuut doucement:D ).

Si vous avez déjà fait du surf, vous me dites comment on s’en sort au fil des leçons? Et si vous aussi, vous avez été intimidé(e) au début ? 😉

Tests produits et applis

Comment choisir un camping ?

C’est une question simple que l’on se pose pourtant à un moment ou à un autre lorsqu’on prépare ses vacances : comment choisir un camping ? A quels critères doit-on faire attention ? Etant donné que j’ai souvent été en charge de cette recherche (en fait j’adore ça), voici les critères sur lesquels je me suis reposée et comment j’ai fait mon choix 🙂

Le Parc des Maurettes

Ne pas se limiter à votre ville de destination

Tout d’abord, en général, je commence par répertorier tous les campings qui sont présents dans le lieu ou je veux me rendre… et dans les environs ! Par exemple, lorsque je suis allée en vacances à Antibes, j’ai aussi inclus les villes à distance raisonnable de là… et on s’est finalement retrouvés dans un camping à Villeneuve-Loubet (le Parc des Maurettes), choix que nous n’avons pas regretté !

Bien sûr, tout dépendra de si vous visez une ville ou un cadre. A l’inverse, pour mes prochaines vacances, une amie voulait aller à Soulac-sur-Mer car plages de sable + mer sans algues (elle en a peur). On a essayé de trouver un autre camping aux villes alentours (car il faut prendre le BAC pour aller à Royan, La Rochelle etc…) mais aucun ne regroupait ce que l’on recherchait, alors on a dit « tant pis » !

Faire en fonction de ses moyens et de ses besoins

Choisir un camping pour partir en vacances en couple ou en famille, ce n’est pas du tout la même chose ! Il est donc important de faire attention aux services proposés par le camping. Ainsi, au Parc des Maurettes, il n’y avait pas de piscine mais un espace balnéo, nous ne l’aurions pas choisi si nous étions partis avec un enfant. Pareil pour les animations, réfléchissez bien, vous serez sûrement plus rassurés si vous laissez votre enfant dans le club animation du camping plutôt que de devoir l’emmener ailleurs.

C’est souvent la phase la plus fastidieuse parce que au final, chacun a des besoins et envies différentes mais il est important de tout mettre à plat pour choisir le camping qui offre un bon compromis. En général, les points les plus importants à régler sont : présence de piscines / équipements nautiques, animations, localisation, proximité avec la plage / la ville, services, prix et bien sûr hébergements / emplacements proposés.

Dernières vérifications avant de boucler son choix

Maintenant que vous avez probablement fait votre choix sur un ou plusieurs campings, quelques étapes avant de procéder à la réservation.

– Recherchez des avis et photos autres que celles qui sont diffusées sur le site. Pour cela, n’hésitez pas à utiliser Google Maps qui peut donner un bel aperçu de la surface du camping, des sites communautaires, des avis de blogs… Vérifiez aussi sur Camping Qualité.

– Pour autant, ne croyez pas tout  ce qui se lit car il peut y avoir des avis « faux » dissimulés. A l’inverse, nous n’avions trouvé aucun avis sur le Parc des Maurettes avant d’y aller… C’était un risque et pourtant, la prise de risques a payé vu que ce camping était top !

– Vérifiez éventuellement sur les sites Type Last Minute / Groupon Voyages (si vous avez confiance en ces sites) si le camping choisi n’est pas présent. Nous, on a découvert que le Camping Le Palace était présent sur Last minute avec une offre de mobil-home trois chambres moins chère que le mobil home premier prix. Bon, je vous dirais comment ça s’est passé quand j’en reviendrai mais c’était une bonne surprise !

Au final, à moins de connaitre les lieux, le choix d’un camping est toujours délicat et on se retrouve souvent à faire un compromis sur un point en particulier. Mais lorsqu’il s’agit de confort personnel ou de répondre à un besoin particulier, c’est souvent aussi utile que nécessaire. Pour ma part, en tout cas, je n’ai jamais été déçue… et  vous ?

Tests produits et applis, Voyager en Islande

Partir en Islande cet été : mes astuces et conseils

L’Islande est un pays dont on entend régulièrement parler et qui fait beaucoup rêver. Contrées mystérieuses, cascades, aurores boréales, baleines, volcans… autant dire une aventure à l’état pur. Pourtant, entre le rêve et la réalité, nombreux sont ceux qui ne font pas le pas à cause de préjugés infondés. Fière amoureuse de ce pays, voici mes 10 bonnes raisons de s’envoler en Islande cet été !

Pourquoi partir en Islande en été ?

Parce que l’Islande, c’est à 3h30 d’avion pour environ 300 euros

Tout de suite, je vous parle de chiffres… et là j’en vois beaucoup qui disent : ah bon, j’aurais cru que ce serait plus ! Car oui, Paris – Reykjavik, en avion, vous en avez pour 3h30, autant dire c’est du rapide. Et si vous vous y prenez à l’avance, vous trouverez facilement des vols aller-retour pour 300/400 euros sur Transavia ou Icelandair par exemple ou à encore moins sur Wow Air Islande.

islande road trip

Parce qu’il fait jour en permanence en Islande l’été

Et ça, c’est juste un truc génial ! En été, le soleil ne se couche jamais, et même à trois heures du matin, il fait « jour », un peu moins qu’en pleine journée, mais comme une fin de journée quoi. J’ai beaucoup aimé cet aspect car on ne s’imagine pas à quel point le jour peut nous conditionner en  fait. En France, lorsqu’il commence à faire nuit, c’est le signal qu’on va rentrer chez soi, qu’on doit manger, que la journée de travail est finie, qu’on peut faire moins de choses qu’en journée. En Islande, tu t’arrêtes quand tu veux si bien que tu en oublies toute contrainte de rythme et que tu écoutes ton corps et ta fatigue plutôt que le soleil qui se couche ou se lève.

port reykjavik

Il y a aussi un décalage horaire de 2 heures avec la France en été. Autrement dit, quand vous vous levez à 8h la-bas, il est 10h en France. L’avantage, si vous partez peu de temps, quelques jours ou une semaine, c’est que vous n’avez pas le temps de prendre l’habitude, du coup vous n’êtes jamais fatigué même quand vous vous levez tôt en Islande. Testé et approuvé par une couche-tard, lève-très-tard.

Parce que les paysages sont tellement contrastés que le dépaysement est assuré

Lorsque nous sommes arrivés en Islande, après une halte à Reykjavík, nous avons été directement vers le Cercle d’Or, appelé ainsi en raison de trois lieux symboliques de l’Islande qui sont regroupés de façon très proche sur une zone restreinte : les chutes de Gulfoss, Geysir et la faille de Thingvellir. Par la suite, nous avons longé le volcan Hekla pour redescendre vers la côte… et comment dire, j’avais juste l’impression qu’on était là depuis une semaine tellement les paysages se suivent et ne se ressemblent pas ! C’était vraiment unique et c’est ce que j’ai aimé en Islande : les jours se suivent et ne se ressemblent pas, c’est une vraie bouffée d’oxygène !

cercle d'or islande

Parce qu’il ne fait pas si froid que ça (enfin, si vous avez de la chance)

Lorsqu’on parle de l’Islande, on s’imagine de la neige, du froid, un climat hostile. Si c’est plus ou moins avéré en hiver certains jours, en été, à moins de grosses perturbations (ça peut arriver :/ ), vous avez facilement un beau temps printanier. Bien qu’il puisse faire parfois un peu froid et surtout du vent, honnêtement, nous avons campé deux nuits et beaucoup bougé et ça allait.

islande

Pensez à prendre un bon coupe-vent quand même 😉

Alors, bien sûr, n’allez pas en Islande si vous avez envie de lézarder au soleil pour l’été, mais ne vous laissez pas freiner par la peur du mauvais temps. MAIS soyez tout de même prévoyant : le climat islandais est instable, il est agréable au printemps et en été mais il faut toujours prévoir de possibles refroidissements. Ne partez pas sans vêtements chauds quitte à vous charger un peu plus et prévoyez un bon coupe-vent 😉

Parce que je n’ai jamais vu autant de cascades que la-bas

J’aime les cascades. Non, j’adore les cascades. Et en Islande, j’en ai tellement vu que je ne peux les compter ! Des petites, des grandes, des moyennes, certaines qu’on peut approcher, d’autres moins… Mon souvenir cascades le plus magique se situe à Seljalandsfoss. Imaginez-vous un endroit qui fait penser à un conte de fée, à une destination merveilleuse, avec des filets d’eau qui se laissent tomber, le calme… c’est exactement ça. J’ai regretté qu’on ne campe pas sur place car c’est un des avantages de l’Islande, tu peux camper au pied d’une magnifique cascade (à la place on a campé à Skogafoss ce qui est aussi pas mal) !

seljalandfoss

Parce qu’on peut faire des activités  de fou et observer la faune !

Marcher sur un glacier, partir en 4×4 sur un autre glacier, naviguer parmi les icebergs, partir en observation des baleines… l’Islande, c’est aussi une foule d’activités à faire que je regrette de ne pas avoir tenté. Moi qui aime les activités sportives originales, j’aurais été gâtée. Mais c’est un peu le point noir : ces activités chargent vite le budget, il faut partir avec quelqu’un qui a aussi envie de les partager. Pensez à comparer vos activités et à les réserver sur internet avec des prestataires comme Guide to Iceland, par exemple. Par contre, un conseil, un voyage en Islande, ça ne s’organise pas forcément tous les ans. J’ai un peu regretté d’avoir lésiné sur la dépense et les activités pour raison de budget, vu que je n’ai pas encore pu y retourner.. Donc faites-vous plaisir aussi !! De même, en hiver, vous ne pourrez pas observer les baleines en Islande, la saison de l’été est idéale pour ça !

Est-ce que tu vois le petit canoé ? Eh bien, ça pourrait être toi !

Est-ce que tu vois le petit canoé ? Eh bien, ça pourrait être toi !

Parce que c’est un pays sûr, ou il fait plutôt bon vivre

L’an dernier, il y a eu un homicide en Islande. Un seul homicide sur toute l’année et tout le territoire. Truc de fou hein ? C »est un pays dans lequel on se sent vraiment en sécurité, sans craindre pour ses affaires. De plus, un détail m’a frappé, l’air sent toujours bon en Islande. Comment ça, je suis folle ? Je vous jure, l’ISLANDE SENT BON !

Niveau culture, c’est une culture européenne, on y parle principalement anglais (n’essayez vraiment pas de parler français c’est quasiment inutile), il n’y a que peu de risques de « choc des cultures », je pense. De manière générale, je pense que l’Islande est un pays dans lequel je n’aurais pas peur de voyager seule par exemple. Et puis c’est reposant de ne pas devoir faire super attention à toutes ses affaires !

Parce que l’Islande, c’est aussi de nombreuses piscines chaudes naturelles et le Blue Lagoon

Enfin, un truc génial, c’est que même si vous n’irez pas lézarder sur la plage en Islande, vous pourrez vous y baigner ! En effet, il existe en Islande de nombreuses piscines naturellement chauffées, que ce soit à Reykjavik, la capitale, ou en pleine nature (mais il faut les trouver) (et honnêtement c’est pas toujours tentant de se foutre en sous-vêtements quand il vente, même si l’eau est chaude).

Le Blue Lagoon à l'état "sauvage"

Le Blue Lagoon à l’état « sauvage »

Et puis surtout, l’Islande, c’est le fameux Blue Lagoon. Ah ça, celui-là, j’aurais bien aimé vous en parler vu que ça aurait parfaitement collé au thème Voyage & bien-être du blog… mais je n’ai pu y aller. Le Blue Lagoon, c’est un lac de silice aux eaux turquoises naturellement chauffé à 38 degrés. Un endroit de fou qu’on ne retrouve nulle part ailleurs… et le meilleur pour terminer cet article 🙂

Parce qu’il y a des fantômes en Islande et des lieux hantés ! 

lieux hantés islande carte

Je vous en ai parlé dans cet article sur les champs de lave en Islande et les lieux hantés, l’Islande a aussi tout un folklore et il y a donc des lieux dits hantés en Islande et pas mal de légendes autour des fantômes d’Islande. ATTENTION, on ne va pas non plus dire qu’ils croient tous aux fantômes hein, mais en tout cas, ils ont un certain folklore autour de ça et cela peut être intéressant.

Et vous alors, envie de partir en Islande en été ? Si vous avez des questions, n’hésitez-pas !