Lifestyle

Rencontre avec un greeter à Toulouse : interview de Elodie

Il y a quelques temps, je vous avais parlé du principe des Greeters et ça y est, j’ai rencontré mon premier Greeter à Toulouse ! J’en profite donc pour vous livrer un retour d’expérience mais aussi une interview du Greeter en question, alias Elodie.

elodie greeter toulouse

Le concept de Greeter, rappelons-le, est avant tout une affaire de rencontres. Il s’agit en gros de personnes qui acceptent bénévolement de rencontrer des inconnus de passage dans leur ville afin de leur faire découvrir de nouveaux lieux. On pourrait définir le greeter comme quelqu’un qui vous montre un nouveau regard sur la ville, ce n’est pas un guide, mais quelqu’un qui va vous faire découvrir ses lieux préférés, des bonnes adresses…

C’est dans cette optique que j’ai décidé de contacter les greeters de Toulouse. En effet, j’avais une journée de libre seule dans mon planning et je me suis dit que c’était une bonne occasion. Dans un premier temps, j’ai donc du remplir un petit questionnaire avec mes coordonnées, qui je souhaitais rencontrer, mes disponibilités et mes centres d’intérêt. Et bingo, quelques jours après, on me disait qu’un greeter acceptait de me rencontrer, il s’agissait d’Elodie.

Après quelques échanges de mail, j’ai donc rencontré Elodie du côté du quartier des Carmes et de là, nous avons marché, bavardé, bu un coup au salon de thé de la Fondation Bemberg (après avoir  vidé leur carafe d’eau en attendant le serveur), observé les poissons à la passe aux poissons de l’espace EDF Bazacle (il a fallu que je sois là pour que Elodie voit ENFIN passer des poissons à travers la vitre 🙂 ), bu un verre à Saint-Cyprien… Tout ça par 40 degrés ! Si bien qu’à la fin de la journée, je n’en pouvais plus. J’ai passé un bon moment avec Elodie et on a bien déconné ensemble, c’était chouette de découvrir ses adresses préférées, ses bons coins, de découvrir la ville avec elle et je ne regrette pas ce moment. D’ailleurs, ça tombe bien, Elodie est rédactrice (comme moi) et a aussi son blog voyage (comme moi^^) : Hello Toulouse. Je lui ai donc proposé une petite interview… c’est parti ?

 ***Interview de Elodie, greeter Toulouse***

hello toulouse_avatar

Crédit : Graindesel

– Bonjour Elodie, tout d’abord, peux-tu te présenter aux lecteurs ? (âge, profession, ce que tu aimes etc…)

Je m’appelle Elodie, j’ai 30 ans, je travaille dans la communication et le journalisme à Toulouse. Je blogue depuis 3 ans et je pige pour des magazines. Dénicher, défricher, découvrir, savourer, « Blog’trotter », sortir : c’est un peu ma passion !

Comment as-tu connu le concept des greeters et pourquoi avoir choisi de devenir greeter à Toulouse ?

J’ai découvert que l’Office du Tourisme de Toulouse cherchait des Greeters, des bénévoles qui font découvrir leur vision, plus personnelle de la ville, dans un magazine toulousain. Je rentrais d’Indonésie où les habitants sont si accueillants et si gentils que je me suis dis que j’allais rendre la pareille aux visiteurs dans ma ville. J’ai postulé, et j’ai été prise.

– Pour toi, quelles sont les qualités d’un bon « greeter » ?

Je dirai la curiosité, l’adaptabilité, la convivialité, la passion de la ville et l’envie de la faire découvrir. La volonté de rencontrer d’autres personnes, d’autres cultures également.

– Parlons maintenant rencontres, combien de personnes as-tu rencontré en tant que « greeter » ?

J’ai rencontré 5 personnes en deux ans. Ce n’est pas énorme, mais cela demande d’être disponible. J’ai fait visiter la ville à des français, une espagnole, une québécoise et une américaine. En septembre, c’est une mexicaine que je vais emmener en ville. Ce fait de belles expériences à chaque fois !

– Appréhendes-tu ces rencontres en général ? Comment les prépares-tu ?

Je n’appréhende pas. J’ai plutôt hâte au contraire ! En général, je demande quand la personne est disponible, la journée ou le soir. Je lui demande ce qu’elle aime faire et j’essaye d’imaginer un programme avec mes propositions culturelles et gustatives ! J’essaye de m’adapter aux gouts des visiteurs, à leurs envie, à leur budget… Tout en essayant de coller à ce que je veux montrer de Toulouse et ce que je connais. Mais s’ils ont choisit mon profil, je me dis qu’en général, il y a une chance que ce que je prévois soit assez adapté.

– As-tu des anecdotes à partager à propos de ces rencontres ? Bons souvenirs ou mauvais, ou encore moments sympas etc…

J’ai rencontré une espagnole que j’ai emmené dans mon quartier, Arnaud Bernard. Après un repas au restaurant et un concert Chez Ta Mère, nous avons tellement sympathisé que je l’ai emmené finir la soirée avec mes amis jusqu’au bout de la nuit ! Ce type de rencontres, c’est précieux.

Elodie-3

– Quels sont les lieux que tu as pu montrer en tant que greeter à Toulouse ?

Le week-end, j’emmène souvent les visiteurs faire le marché Saint Aubin ou celui des Carmes : l’un pour l’ambiance, l’autre pour les bons produits ! Ensuite, si c’est en soirée, ou le midi, je prévois un resto sympa puis une balade dans les ruelles de la vielle ville ou vers la rive Gauche de la Garonne, à Saint Cyprien, un quartier que j’adore. Je mise aussi sur les festivals, s’il y en a, comme les Siestes Electroniques ou la Faites de l’Image.

– Quelles sont tes lieux et adresses incontournables de la ville ?

Pour la cuisine, même si je n’y emmène pas souvent les visiteurs car cela n’est pas très typique, les restaurants asiatiques recueillent quelques pépites comme Solaneko et Motchiya (Japonais) ou le Baan Siam (Thaïlandais). Pour la cuisine française, je mise sur les Sales Gosses ou Aux Pieds Sous la Table.
Pour ce qui est des lieux culturels, je vais souvent Chez Ta Mère, un café associatif de mon quartier. Bien entendu, je vais aussi au Bikini, la super salle dédiée aux Musiques Actuelles à Ramonville? Pour le Théâtre, je vais au Grand Rond. Ensuite, je sors souvent au Moloko, pour les cocktail, mais j’aime aussi les soirées Ephémères et les Rendez-vous originaux : et il y en a beaucoup à Toulouse !
Enfin, pour une balades, j’adore les petites échoppes de créateurs dans le quartier des Carmes et de la Daurade et la passerelle du jardin Raymond VI derrière le musée des Abattoirs qui domine la Garonne.
Mais il y a encore beaucoup à découvrir !

– Un mot pour la fin ?

Que Toulouse continue d’être aussi créative et que de plus en plus de visiteurs viennent la découvrir. Avec les Greeters, c’est encore mieux car je dis souvent que plus qu’une ville qui se visite, Toulouse est une ville qui se vit.

Et vous, prêt à tenter l’expérience Greeters ? Merci à Elodie pour ses réponses à mes questions !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Previous Post Next Post

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply Bénédicte Buhrer 24 juillet 2014 at 8 h 15 min

    Bonjour,

    Après avoir lu votre article intéressant sur les greeters de Toulouse, je voulais juste vous laisser ce petit mot pour vous dire que Mulhouse a aussi des greeters et que vous êtes la bienvenue chez nous pour faire une balade avec l’un d’entre eux si vous passez un jour par ici ! 🙂

    • Reply Mali 24 juillet 2014 at 15 h 07 min

      Bonjour Bénédicte et merci pour l’info !

  • Reply Camille - Stendhal Syndrome 24 juillet 2014 at 9 h 46 min

    Ah, Toulouse me manque parfois…
    Cette minute nostalgique passée, c’est un super concept ! Et Elodie a bien raison de faire visiter Saint Cyprien, c’est un quartier injustement sous-estimé !
    Camille – Stendhal Syndrome Articles récents…Apprendre à draguer dans la langue de Casanova avec DuolingoMy Profile

    • Reply Mali 24 juillet 2014 at 15 h 07 min

      Oui le quartier était très sympa 🙂

  • Reply Thomas@Planete3w.fr 29 juillet 2014 at 18 h 52 min

    Je découvre peu à peu le phénomène des greeters qui se répands de ville en ville.Lors de mon prochain voyage (à Berlin), je vais tester histoire de me faire ma propre opinion. Mais quoi de mieux qu’un guide passionné par sa ville ?
    Thomas@Planete3w.fr Articles récents…Un marché flottant authentique à BangkokMy Profile

    • Reply Mali 30 juillet 2014 at 20 h 31 min

      Oui et surtout c’est un vrai moment humain, chouette à partager 🙂

  • Reply Rencontre avec un greeter à Toulouse : i... 24 août 2014 at 8 h 24 min

    […] Il y a quelques temps, je vous avais parlé du principe des Greeters et ça y est, j’ai rencontré mon premier Greeter à Toulouse ! J’en profite donc pour vous livrer un retour d’expérience mais aussi une interview du Greeter en question, alias Elodie.Le concept de Greeter, rappelons-le, est avant tout une affaire de rencontres. Il s’agit en gros de personnes qui acceptent bénévolement de rencontrer des inconnus de passage dans leur ville afin de leur faire découvrir de nouveaux lieux. On pourrait définir le greeter comme quelqu’un qui vous montre un nouveau regard sur la ville, ce n’est pas un guide, mais quelqu’un qui va vous faire découvrir ses lieux préférés, des bonnes adresses…C’est dans cette optique que j’ai décidé de contacter les greeters de Toulouse. En effet, j’avais une journée de libre seule dans mon planning et je me suis dit que c’était une bonne occasion. Dans un premier temps, j’ai donc du remplir un petit questionnaire avec mes coordonnées, qui je souhaitais rencontrer, mes disponibilités et mes centres d’intérêt. Et bingo, quelques jours après, on me disait qu’un greeter acceptait de me rencontrer, il s’agissait d’Elodie.Après quelques échanges de mail, j’ai donc rencontré Elodie du côté du quartier des Carmes et de là, nous avons marché, bavardé, bu un coup au salon de thé de la Fondation Bemberg (après avoir vidé leur carafe d’eau en attendant le serveur), observé les poissons à la passe aux poissons de l’espace EDF Bazacle (il a fallu que je sois là pour que Elodie voit ENFIN passer des poissons à travers la vitre ), bu un verre à Saint-Cyprien… Tout ça par 40 degrés ! Si bien qu’à la fin de la journée, je n’en pouvais plus. J’ai passé un bon moment avec Elodie et on a bien déconné ensemble, c’était chouette de découvrir ses adresses préférées, ses bons coins, de découvrir la ville avec elle et je ne regrette pas ce moment. D’ailleurs, ça tombe bien, Elodie est rédactrice (comme moi) et a aussi son blog voyage (comme moi^^) : Hello Toulouse. Je lui ai donc proposé une petite interview… c’est parti ? ***Interview de Elodie, greeter Toulouse***Crédit : Graindesel- Bonjour Elodie, tout d’abord, peux-tu te présenter aux lecteurs ? (âge, profession, ce que tu aimes etc…)Je m’appelle Elodie, j’ai 30 ans, je travaille dans la communication et le journalisme à Toulouse. Je blogue depuis 3 ans et je pige pour des magazines. Dénicher, défricher, découvrir, savourer, « Blog’trotter », sortir : c’est un peu ma passion !- Comment as-tu connu le concept des greeters et pourquoi avoir choisi de devenir greeter à Toulouse ?J’ai découvert que l’Office du Tourisme de Toulouse cherchait des Greeters, des bénévoles qui font découvrir leur vision, plus personnelle de la ville, dans un magazine toulousain. Je rentrais d’Indonésie où les habitants sont si accueillants et si gentils que je me suis dis que j’allais rendre la pareille aux visiteurs dans ma ville. J’ai postulé, et j’ai été prise.- Pour toi, quelles sont les qualités d’un bon « greeter » ?Je dirai la curiosité, l’adaptabilité, la convivialité, la passion de la ville et l’envie de la faire découvrir. La volonté de rencontrer d’autres personnes, d’autres cultures également.- Parlons maintenant rencontres, combien de personnes as-tu rencontré en tant que « greeter » ?J’ai rencontré 5 personnes en deux ans. Ce n’est pas énorme, mais cela demande d’être disponible. J’ai fait visiter la ville à des français, une espagnole, une québécoise et une américaine. En septembre, c’est une mexicaine que je vais emmener en ville. Ce fait de belles expériences à chaque fois !- Appréhendes-tu ces rencontres en général ? Comment les prépares-tu ?Je n’appréhende pas. J’ai plutôt hâte au contraire ! En général, je demande quand la personne est disponible, la journée ou le soir. Je lui demande ce qu’elle aime faire et j’essaye d’imaginer un programme avec mes propositions culturelles et gustatives ! J’essaye de m’adapter aux gouts des visiteurs, à leurs envie, à leur budget… Tout en essayant de coller à ce que je veux montrer de Toulouse et ce que je connais. Mais s’ils ont choisit mon profil, je me dis qu’en général, il y a une chance que ce que je prévois soit assez adapté.- As-tu des anecdotes à partager à propos de ces rencontres ? Bons souvenirs ou mauvais, ou encore moments sympas etc…J’ai rencontré une espagnole que j’ai emmené dans mon quartier, Arnaud Bernard. Après un repas au restaurant et un concert Chez Ta Mère, nous avons tellement sympathisé que je l’ai emmené finir la soirée avec mes amis jusqu’au bout de la nuit ! Ce type de rencontres, c’est précieux.- Quels sont les lieux que tu as pu montrer en tant que greeter à Toulouse ?Le week-end, j’emmène souvent les visiteurs faire le marché Saint Aubin ou celui des Carmes : l’un pour l’ambiance, l’autre pour les bons produits ! Ensuite, si c’est en soirée, ou le midi, je prévois un resto sympa puis une balade dans les ruelles de la vielle ville ou vers la rive Gauche de la Garonne, à Saint Cyprien, un quartier que j’adore. Je mise aussi sur les festivals, s’il y en a, comme les Siestes Electroniques ou la Faites de l’Image.- Quelles sont tes lieux et adresses incontournables de la ville ?Pour la cuisine, même si je n’y emmène pas souvent les visiteurs car cela n’est pas très typique, les restaurants asiatiques recueillent quelques pépites comme Solaneko et Motchiya (Japonais) ou le Baan Siam (Thaïlandais). Pour la cuisine française, je mise sur les Sales Gosses ou Aux Pieds Sous la Table. Pour ce qui est des lieux culturels, je vais souvent Chez Ta Mère, un café associatif de mon quartier. Bien entendu, je vais aussi au Bikini, la super salle dédiée aux Musiques Actuelles à Ramonville? Pour le Théâtre, je vais au Grand Rond. Ensuite, je sors souvent au Moloko, pour les cocktail, mais j’aime aussi les soirées Ephémères et les Rendez-vous originaux : et il y en a beaucoup à Toulouse ! Enfin, pour une balades, j’adore les petites échoppes de créateurs dans le quartier des Carmes et de la Daurade et la passerelle du jardin Raymond VI derrière le musée des Abattoirs qui domine la Garonne. Mais il y a encore beaucoup à découvrir !- Un mot pour la fin ?Que Toulouse continue d’être aussi créative et que de plus en plus de visiteurs viennent la découvrir. Avec les Greeters, c’est encore mieux car je dis souvent que plus qu’une ville qui se visite, Toulouse est une ville qui se vit.Et vous, prêt à tenter l’expérience Greeters ? Merci à Elodie pour ses réponses à mes questions !  […]

  • Reply Rencontre avec un greeter à Toulouse : i... 24 août 2014 at 8 h 54 min

    […] Il y a quelques temps, je vous avais parlé du principe des Greeters et ça y est, j’ai rencontré mon premier Greeter à Toulouse ! J’en profite donc pour vous livrer un retour d’expérience mais aussi une interview du Greeter en question, alias Elodie. Le concept de Greeter, rappelons-le, est avant tout une affaire de rencontres. Il s’agit en gros de personnes qui acceptent bénévolement de rencontrer des inconnus de passage dans leur ville afin de leur faire découvrir de nouveaux lieux. On pourrait définir le greeter comme quelqu’un qui vous montre un nouveau regard sur la ville, ce n’est pas un guide, mais quelqu’un qui va vous faire découvrir ses lieux préférés, des bonnes adresses…C’est dans cette optique que j’ai décidé de contacter les greeters de Toulouse. En effet, j’avais une journée de libre seule dans mon planning et je me suis dit que c’était une bonne occasion. Dans un premier temps, j’ai donc du remplir un petit questionnaire avec mes coordonnées, qui je souhaitais rencontrer, mes disponibilités et mes centres d’intérêt. Et bingo, quelques jours après, on me disait qu’un greeter acceptait de me rencontrer, il s’agissait d’Elodie.Après quelques échanges de mail, j’ai donc rencontré Elodie du côté du quartier des Carmes et de là, nous avons marché, bavardé, bu un coup au salon de thé de la Fondation Bemberg (après avoir vidé leur carafe d’eau en attendant le serveur), observé les poissons à la passe aux poissons de l’espace EDF Bazacle (il a fallu que je sois là pour que Elodie voit ENFIN passer des poissons à travers la vitre ), bu un verre à Saint-Cyprien… Tout ça par 40 degrés ! Si bien qu’à la fin de la journée, je n’en pouvais plus. J’ai passé un bon moment avec Elodie et on a bien déconné ensemble, c’était chouette de découvrir ses adresses préférées, ses bons coins, de découvrir la ville avec elle et je ne regrette pas ce moment. D’ailleurs, ça tombe bien, Elodie est rédactrice (comme moi) et a aussi son blog voyage (comme moi^^) : Hello Toulouse. Je lui ai donc proposé une petite interview… c’est parti ? ***Interview de Elodie, greeter Toulouse***Crédit : Graindesel- Bonjour Elodie, tout d’abord, peux-tu te présenter aux lecteurs ? (âge, profession, ce que tu aimes etc…)Je m’appelle Elodie, j’ai 30 ans, je travaille dans la communication et le journalisme à Toulouse. Je blogue depuis 3 ans et je pige pour des magazines. Dénicher, défricher, découvrir, savourer, « Blog’trotter », sortir : c’est un peu ma passion !- Comment as-tu connu le concept des greeters et pourquoi avoir choisi de devenir greeter à Toulouse ?J’ai découvert que l’Office du Tourisme de Toulouse cherchait des Greeters, des bénévoles qui font découvrir leur vision, plus personnelle de la ville, dans un magazine toulousain. Je rentrais d’Indonésie où les habitants sont si accueillants et si gentils que je me suis dis que j’allais rendre la pareille aux visiteurs dans ma ville. J’ai postulé, et j’ai été prise.- Pour toi, quelles sont les qualités d’un bon « greeter » ?Je dirai la curiosité, l’adaptabilité, la convivialité, la passion de la ville et l’envie de la faire découvrir. La volonté de rencontrer d’autres personnes, d’autres cultures également.- Parlons maintenant rencontres, combien de personnes as-tu rencontré en tant que « greeter » ?J’ai rencontré 5 personnes en deux ans. Ce n’est pas énorme, mais cela demande d’être disponible. J’ai fait visiter la ville à des français, une espagnole, une québécoise et une américaine. En septembre, c’est une mexicaine que je vais emmener en ville. Ce fait de belles expériences à chaque fois !- Appréhendes-tu ces rencontres en général ? Comment les prépares-tu ?Je n’appréhende pas. J’ai plutôt hâte au contraire ! En général, je demande quand la personne est disponible, la journée ou le soir. Je lui demande ce qu’elle aime faire et j’essaye d’imaginer un programme avec mes propositions culturelles et gustatives ! J’essaye de m’adapter aux gouts des visiteurs, à leurs envie, à leur budget… Tout en essayant de coller à ce que je veux montrer de Toulouse et ce que je connais. Mais s’ils ont choisit mon profil, je me dis qu’en général, il y a une chance que ce que je prévois soit assez adapté.- As-tu des anecdotes à partager à propos de ces rencontres ? Bons souvenirs ou mauvais, ou encore moments sympas etc…J’ai rencontré une espagnole que j’ai emmené dans mon quartier, Arnaud Bernard. Après un repas au restaurant et un concert Chez Ta Mère, nous avons tellement sympathisé que je l’ai emmené finir la soirée avec mes amis jusqu’au bout de la nuit ! Ce type de rencontres, c’est précieux. – Quels sont les lieux que tu as pu montrer en tant que greeter à Toulouse ?Le week-end, j’emmène souvent les visiteurs faire le marché Saint Aubin ou celui des Carmes : l’un pour l’ambiance, l’autre pour les bons produits ! Ensuite, si c’est en soirée, ou le midi, je prévois un resto sympa puis une balade dans les ruelles de la vielle ville ou vers la rive Gauche de la Garonne, à Saint Cyprien, un quartier que j’adore. Je mise aussi sur les festivals, s’il y en a, comme les Siestes Electroniques ou la Faites de l’Image.- Quelles sont tes lieux et adresses incontournables de la ville ?Pour la cuisine, même si je n’y emmène pas souvent les visiteurs car cela n’est pas très typique, les restaurants asiatiques recueillent quelques pépites comme Solaneko et Motchiya (Japonais) ou le Baan Siam (Thaïlandais). Pour la cuisine française, je mise sur les Sales Gosses ou Aux Pieds Sous la Table. Pour ce qui est des lieux culturels, je vais souvent Chez Ta Mère, un café associatif de mon quartier. Bien entendu, je vais aussi au Bikini, la super salle dédiée aux Musiques Actuelles à Ramonville? Pour le Théâtre, je vais au Grand Rond. Ensuite, je sors souvent au Moloko, pour les cocktail, mais j’aime aussi les soirées Ephémères et les Rendez-vous originaux : et il y en a beaucoup à Toulouse ! Enfin, pour une balades, j’adore les petites échoppes de créateurs dans le quartier des Carmes et de la Daurade et la passerelle du jardin Raymond VI derrière le musée des Abattoirs qui domine la Garonne. Mais il y a encore beaucoup à découvrir !- Un mot pour la fin ?Que Toulouse continue d’être aussi créative et que de plus en plus de visiteurs viennent la découvrir. Avec les Greeters, c’est encore mieux car je dis souvent que plus qu’une ville qui se visite, Toulouse est une ville qui se vit.Et vous, prêt à tenter l’expérience Greeters ? Merci à Elodie pour ses réponses à mes questions !  […]

  • Reply Un pied… à l’Holiday Inn Airport Toulouse | Un pied dans les Nuages 10 décembre 2014 at 22 h 58 min

    […] vous parler du plaisir d’arriver à bon port après une journée de marche en compagnie d’une greeter de Toulouse sous 40 degrés grâce à leur service de navette Aéroport-Hôtel gratuit sur demande. Du bonheur […]

  • Reply Rencontrer un greeter pour voyager autrement | Un pied dans les Nuages 14 décembre 2014 at 23 h 11 min

    […] EDIT : retrouvez ici mon article sur ma rencontre avec un greeter à Toulouse […]

  • Leave a Reply

    CommentLuv badge